Tourisme en Auvergne - Vacances et Loisirs

 

  Puy-de-Dôme :

Ambert

 Infos

 

Dictons auvergnats !

Brumes d'août font passer les châtaignes.

Les Pétaros des Volcans sont sur Facebook

Pour découvrir plus d'infos proposées par les Pétaros via Facebook,

Création de la page : janvier 2016

 

 

Mise à jour de la page : 01-11-2016

 

1 - 3     Courses de côte

  1 - 3 - 3      Côte de Gaillon

Historique

 

C'est certainement une des plus anciennes épreuves de sport mécanique de France.

En effet, le journal le Vélo a organisé la première édition le 3 décembre 1899, dénommée alors "Concours de Gaillon" par le Moto-Club, cette manisfestation très prisée ne fut interrompue que pendant les conflits mondiaux.

 

***

Le parcours d'une longueur d'un kilomètre qui s'élève de 88 mètres (pente moyenne de 8,8%), emprunte la côte de Sainte Barbe située à l'ouest de Gaillon dans l'Eure. Cette jolie localité bâtie sur les bords de la Seine entre Mantes et Rouen, à 90 km de Paris, a accueilli très longtemps cette course prestigieuse.

La portion de route utilisée est pratiquement droite. Sur les deux premières centaines de mètres l'élévation est faible, puis celle-ci est beaucoup plus accentuée sur 600 mètres, pour finir à 5¨% avant l'arrivée où est effectué le chronomètrage. Cette côte faisait reculer d'effroi, tous les charretiers, tant sa montée était compliquée !

 

***

L'épreuve était ouverte aux voitures, cyclecars, aux sidecars, moto-cycles (tricycles), aux motocyclettes et bicyclettes à moteur, répartis dans différentes catégories (source d'énergie, poids et type de transmission). Deux formules de départ ont été utilisées au fil du temps, départ arrêté ou départ lancé, d'abord laissé au choix des concurrents, puis à partir de 1901, le départ lancé fut imposé à tous.

Les concurrents démarraient à 600 ou 700 mètres de la ligne de départ, sur une rampe ascendante de 3 à 5%. En 1901 acune voiture, même la 50 HP Nappier, n'atteignait la moyenne de 60 kilomètres/ heure, alors que le tricycle Darracq piloté par Rigal, montait en 50s 2/5 soit à la moyenne de 71 km 800.

 

***

La course de Gaillon a été un formidable terrain d'essai pour les constructeurs qui n'ont cessé d'améliorer, d'une année sur l'autre, les performances des machines ; les 100 km/h de moyenne furent atteints en 1903, par Le Blon sur une voiture à vapeur, Gardner-Serpollet.

Cette compétiton de grande notoriété était un moyen considérable pour promouvoir les qualités des véhicules engagés et de leurs dérivés grand public.

Les spectateurs ont toujours été présents en grand nombre à Gaillon, malgré le positionnement de la course en fin de saison dans le calendrier des épreuves, après la côte de Château-Thierry, et de ce fait, le risque de subir les aléas de la météo.

La qualité de l'organisation était irréprochable, le service d'ordre était confié à une compagnie du 28e de Ligne et à la gendarmerie locale, qui maintenaient le public derrière un fil de fer tendu des deux côtés du parcours !

 

***

 

Extrait du journal Le Petit Parisien du 13/10/1902 :

 

"Dès le matin, Gaillon présente une animation extraordinaire. La grande rue est pavoisée aux couleurs nationales et toute la population est dehors. De Paris et de Rouen, une foule de spectateurs est venue qui en voiture, qui en bicyclette...

Les hôtels sont combles et, malgrè les préparatifs pantagruéliques des cordons bleus de l'endroit, on se demande avec anxiété si l'on pourra déjeuner.

A dix heures tout le monde se dirige vers la sortie du village, au pied de la côte fameuse.

Le préfet et le maire de Sainte Barbe-sous-Gaillon sont présents et veillent à tout.

A dix heures et demi, les épreuves commencent ; les motocyclettes ouvrent le feu. Une à une, dans une joyeuse pétarade, elles montent vers le sommet, les unes au train raisonnable, les autres à des allures vertigineuses.

Que l'on songe, en effet que certaines sont munies de moteur de 8, 10 et même 15 chevaux.

L'après-midi est réservé aux voitures."

 

 

1899  

 

3 décembre - brouillard humide et intense pour la première course de Gaillon, dont le Vélo avait assurré l'organisation. Le règlement appliqué pour la première fois, celui de l'Automobile Club, prévoyait cinq catégories : électriques - voitures au dessus de 400 kilos - voitures au dessous de 400 kilos et motocycles à plus d'une place - motocycles à une place - motocycles sans chaîne.

 

Soixante-treize concurrents étaient venus gravir la belle rampe de 9 p 100, si l'on constatait l'absence d'électriques, une voiture à vapeur Stanley et deux véhicules fonctionnant au pétrole lourd engagés par la maison Koch participaient à l'épreuve.

Dans la catégorie plus de 400 kilos, Vallée se classa premier en 3 m 3s 2/5, mais la performance de la journée revint à un jeune motocycliste "sans chaîne", Villemain, en 1m 16s 1/5.

 

1901             Extrait du journal Le Petit Parisien du 18/11/1901 :

 

Le concours de côte de Gaillon, organisé par notre confrère l'Auto-Vélo, a eu lieu le 16 novembre sur la côte de Sainte-Barbe, à la sortie de Gaillon, et a obtenu un plein succès.

Malgré la saison avancée, malgré le brouillard, qui sur la route empêchait parfois de voir à  deux mètres de distance, malgré la gelée, une foule considérable de chauffeurs parisiens avaient dans la matinée franchi les 90 kilomètres séparant la capitale de la gentille petite localité de l'Eure.

Les résultats du concours sont probants.

En règle générale, on peut dire que nos constructeurs d'automobiles vont toujours de l'avant.

Disons que le meilleur temps a été fait par Rigal, à motocycle. Les 1000 mètres de la côte - à 9% - ont été enlevés en un peu plus de 50 secondes.

Le record était détenu par Béconnais, également à motocycle, en 55 s. 1/5.

Ce serait 5 secondes de gagnées sur un kilomètre en un an. Le résultat est à noter.

 

Quadricycles, motocycles, motocyclettes

 

Quadricycles 1 De Dion Bouton 10 ch 54 s. 1/5 66,666 km/h
       

 

  1 Rigal - Darracq (12 ch) 50 s. 2/5 71,800
  2 Osmont - De Dion-Bouton (10 ch) 51 s. 4/5 70,200
Motocycles 3 Darracq (12 ch - alcool 50%) 53 s. 1/5 67,900
  4 Bardin - Darracq (8 ch) 54 s. 3/5 66,200
  5 De Dion-Bouton (8 ch) 55 s. 1/5 65,454
         
  1 Demester - Bourdiaux 1 m. 26 s. 2/5 42,750
Motocyclettes 2 Devaux - De Dion-Bouton 1 m. 27 s. 2/5 41,370
  3 Pelletier - Dayton (moteur Davis) 1 m. 32 s. 3/5 39,190
  4 Pipperse 1 m. 34 s. 4/5 38
         

1902             

 

12 octobre - annulée au dernier moment par le préfet de l'Eure M Béverin- Vico, la semaine précédente faute d'avoir obtenu les autorisations administratives nécessaires, l'organisateur dut reporter la course le week-end suivant.

 

Le pesage a eu lieu comme de coutume, à la gare de Vernon, le samedi de neuf heures du matin à midi pour les motocycles, motocyclettes et voiturettes, et l'après-midi, de deux heures a six heures, pour les voitures légères et voitures.

 

Le temps ne se montrait guère favorable, et la route détrempée par la pluie était un peu collante.

Cela n'a pas freiné les chauffeurs et les vitesses qu'ils réalisèrent furent d'un très haut niveau.

 

Le chronomètrage a été effectué de midi à cinq heures de l'après-midi dans l'ordre de présentation. A partir de 4 heures les concurrents inscrits pouvaient demander deux essais supplémentaires.

Le droit pour chacun des essais était de 10 francs pour les voitures, voitures légères et voiturettes, 5 francs pour les motocycles et motocyclettes.

 

De cette épreuve, il faut retenir quelques performances exceptionnelles.

Celle de Holey, sur une motocyclette propulsée par un moteur à quatre cylindres, qui a parcouru la distance à la moyenne de 88 kilomètres par heure.

Rutishauser ne fut pas en reste, avec une voiture légère (catégorie 400 à 650 kilos) à vapeur, il montait en 40 s. 3/5 et réalisait une vitesse à peu près équivalente.

Quant à Le Blon qui a littéralement avalé la distance en 36 s., sur sa voiture à vapeur Gardner-Serpollet (650 à 1.000 kilos), a réalisé Cent kilomètres à l'heure dans cette terrible côte.

 

"C'est fou, c'est insensé, et qui n'a pas vu du haut de la rampe de Sainte Barbe, ce boulet de canon qui monte vers le ciel, n'a rien vu. Où s'arrêtera-t-on ? "

 

Voici les résultat de l'épreuve, et plus particulièrement ceux des catégories : motocyclettes, motocycles et quadricycles.

 

Motocyclettes, motocycles, quadricycles

 

    1 Derny 1 m. 2 s. 2/5
    2 Coudert 1 m. 20 s. 1/5
    3 Millo 1 m. 23 s. 1/5
    4 Barret 1 m. 24 s.
Motocyclettes moins de 30 kilos 5 Follaquier 1 m. 29 s. 2/5
    6 Soules 1 m. 34 s. 3/5
    7 Doucin 1 m. 38 s. 4/5
    8 Breuil 2 m. 0 s. 2/5
    9 Doué 2 m. 1 s. 2/5
    10 Ardiot 2 m. 12 s. 4/5
         
    1 Lamberjack 49 s. 4/5
    2 Demester  53 s. 1/5
    3 Bruneau 59 s. 1/5
Motocyclettes   de 30 à 50 kilos 4 Gillot 1 m. 5 s. 4/5
    5 Carreau 1 m. 8 s. 2/5
    6 Robin 1 m. 15 s. 4/5
    7 Ardiot 1 m. 22 s. 4/5
    8 Emile 1 m. 30 s. 4/5
    9 Mme Jollivet 1 m. 34 s. 2/5
         
    1 Holey  40 s. 2/5
    2 Loste  41 s. 4/5
Motocycles de 50 à 250 kilos 3 Demester 43 s. 1/5
    4 Osmont 44 s. 4/5
    5 Philibert 51 s. 3/5
         
Quadricycles   1 Osmont 52 s. 1/5
         

Le ministre de l'agriculture, M Mougeot avait décidé d'attribué une médaille d'or, au véhicule fonctionnant à l'alcool qui serait le plus rapide sur la distance.

Serpollet remporta le prix, sur une voiture forme baleine, en réalisant le temps de 41 s. 2/5.

 

De plus, une médaille de vermeil a été distribuée au mécanicien du premier de chaque catégorie, et dans les deux qui comportent un mécanicien (voitures et voitures légères).

 

L'addition des résultats obtenus, à la côte de Château-Thierry et à celle de Gaillon, a permis de déterminer le classement du "championnat de la côte".

  1 Lhoste Motocycle 1 min. 31 s.
  2 Holley Bic. motocycle 1 min. 32 s.
  7 Osmont Motocycle 1 min. 39 s. 4/100
  12 Lamberjack Motocyclette 1 min. 45 s. 3/100
  16 Osmont Quadricycle 1 min. 53 s. 2/100
  18 Demester Motocyclette 1 min. 54 s. 2/100
  19 Bourdiaux Bic. motocycle 1 min. 57 s. 2/100
  20 Barret Motocyclette 1 min. 59 s. 2/100
  24 Derny Motocyclette légère 2 min. 5 s. 3/100
  25 Carreau Motocyclette 2 min. 8 s. 3/100

***

Article paru dans "Le Petit Parisien" du 20 octobre 1902

 

Depuis les incidents de Gaillon, des bruits nombreux et divers circulent dans le Landerneau automobiliste. Il est question de bien des choses nouvelles, de petites révolutions spéciales.

 

On dit que, désormais, le gouvernement veut prendre le monopole des courses... 

 

On dit qu'aucune autorisation de ce genre ne sera plus accordée a aucun journal et autre organe de publicité ; que les sociétés automobiles ne recevraient d'autre part les permissions demandées par elles qu'à la condition expresse qu'à côté des membres du jury nommés par lesdites sociétés, les pouvoirs publics délégueraient un nombre égal de personnages officiels chargés de surveiller et de contrôler toutes les opérations.

 

On dit que le chronomètrage lui-même subirait les rigueurs officielles et que les chronomètreurs seraient chambrés sur place, ne pouvant donner à personne autre qu'aux délégués gouvernementaux, les résultats.

Ces résultats ne seraient rendus publics et communiqués à la presse qu'à un moment déterminé, afin que nul organe ne puisse prétendre avoir été désavantagé au profit d'un concurrent.

 

On dit encore que les conditions de sécurité, de mesure d'ordre et de police à prendre sur le parcours des courses autorisées, seraient telles à l'avenir, que les plus riches organisateurs reculeraient devant les dépenses à faire.

 

On dit aussi cependant, que toutes les fois que l'alcool jouera un rôle dans les courses projetées, ces projets pourront compter sur une certaine bienveillance dans les sphères officielles.

 

Maintenant toutes ces réformes aboutiront-elles ?

C'est une autre question ; faisons comme le sage : attendons les événements !

 

***

Les records actuels sur le kilomètre lancé, de la course de côte de Gaillon, homologués par la commission sportive de l'Automobile Club de France sont les suivants :

 

  Grosse voiture vapeur ( Le Blon ) 36 s.
  Grosse voiture pétrole ( Heath ) 40 s. 2/5
  Voiture légère vapeur ( Rutishauser ) 40 s. 4/5
  Voiture légère pétrole ( Thery ) 44 s.
  Voiture légère alcool ( Rigolly ) 46 s. 2/5
  Voiturette ( Passy-Telder ) 47 s.
  Motocycle ( Holley ) 37 s.
  Motocyclette au-dessous de 30 kilos ( Derny ) 1 min. 2 s. 2/5
  Motocyclette au-dessus de 30 kilos ( Lamberjack ) 49 s. 4/5
  Quadricycle 2 personnes ( Osmont ) 52 s. 1/5

1903             

 

8 novembre - succés total : 85 engagés, beau temps froid, public nombreux, une belle journée de sport malheureusement ternie par deux accidents mortels. En dehors de l'épreuve officielle, mais dans le contexte de cette manifestation.

Un incident en essai privé, pourtant interdit le matin de la course, a coûté la vie à Jean Denjean parti essayer sa voiture juste derrière Brasier, qui pensait être seul en piste.

L'accident a eu lieu peu après 8 heures, alors que le brouillard était épais et la visibilité limitée à six mètres. Après quelques centaines de mètres de parcourus, Brasier décidait d'arrêter son essai, le moteur de sa voiture ne lui donnant pas satisfaction. Il entreprit de faire demi-tour et de redescendre.

Denjean arrivait alors à pleine vitesse, surpris il évita son camarade Brasier, par la gauche en prenant le bas-côté. Un tas de cailloux le déviait ensuite, faisant éclater un pneu et renverser l'automobile, le pilote et le mécanicien furent éjectés. Ce dernier, Chocholle, tomba sur le dos à quelques mètres de là, Denjean resta coincé sous le véhicule. La poitrine défoncée, les jambes brisées, le crâne fracassé, il mourut à la mairie de Gaillon où il avait été transporté. Chocholle fut conduit à l'hospice de Vernon, gravement atteint aux reins et à la poitrine. il y décédera le 13 novembre, après avoir été opéré plusieurs fois.

 

M Brasier directeur de l'usine Georges Richard et Brasier, d'Ivry-sur-Seine, avait confié à l'ancien mécanicien de la maison Mors, Jean Denjean, la direction des ateliers de montage et des essais des véhicules.

 

Le deuxième accident endeuilla la maison Serpollet.

Six personnes ; contremaîtres et chef d'atelier de la rue Stendhal, avaient pris place dans une voiture de l'usine pour se rendre à Gaillon.

Le véhicule roulait à vive allure sur la route de Rolleboise, lorsqu'un peu avant Bonnières, le chauffeur empiéta sur la gauche de la chaussée pour négocier un virage. Il se trouva tout à coup en face d'un tombereau tiré par un cheval, qui allait en sens inverse.

Pour éviter l'obstacle, le chauffeur donna un coup de volant à droite puis à gauche, c'est alors que la voiture glissa sur la chaussée humide et percuta un arbre après avoir franchi le fossé.

Les six passagers furent éjectés sur le sol. Deux d'entre-eux restèrent coincés sous le véhicule et décédèrent sur le coup. Le chauffeur eut les deux tibias cassés, un autre se brisa une cheville.

 

***

 

La course :

 

L'express du Havre qui part de la gare St Lazare à 8h13, et qui habituellement oublie la petite station de Gaillon, du s'arrêter pour déposer des centaines de sportmen. La route entre Paris et Rouen a été sillonnée toute la matinée par un multitude de voitures pétaradant et coincoinnant dans le brouillard de cette froide journée de novembre.

 

Le record de l'épreuve (36 s.) a été battu par Rigolly, catégorie voitures de 650 à 1000 kilos, en 33s. 3/5 , soit à la moyenne de 107 kilomètres par heure.

 

Voici les résultats des motocyclettes :

    1 Momo 1 m. 2 s. 4/5
Motocyclettes quart de litre 2 Lanfranchi 1 m. 8 s. 3/5
    3 Collomb 1 m. 10 s. 
    4 Bonnel 1 m. 54 s. 2/5
         
    1 Demester 41 s. 
      Carreau 41 s.
Motocyclettes plus de 50 kilos 3 Lamberjack 42 s. 3/5
     4 Collomb 46 s. 4/5
    5 Bucquet 47 s. 1/5
         

Les grands vainqueurs ; Wagner (voiturettes 250 à 400 kilos), Rigolly et Duray (voitures 650 à 1000 kilos), étaient équipés de pneus Michelin.

1904             D'après un extrait de L'Automobile en Seine et Oise du 5/12/1904 :

 

30 octobre - Sur la rampe de Ste Barbe, peu d'engagés mais beaucoup de spectateurs venus, par une délicieuse journée, encourager les chauffeurs qui ont accompli des prouesses.

L'année précédente, Rigolly avait atteint 107 kilomètres à l'heure, ce n'était pas banal et tous les spécialistes avaient crié au prodige.

Les vainqueurs du jour, Barras et Rigolly en voiture et Lanfranchi en motocyclette ont pulvérisé le record, les deux premiers en 29 s., soit à la moyenne de 124 kilomètres 137 à l'heure. Lanfranchi a parcouru la distance en 29 s. 3/5, ce qui fait u 121 kilomètres 621 dans l'heure.

 

Aucun dessinateur, aucun appareil photo, aucune description ne peuvent rendre fidèlement la phisionomie, les gestes du compétiteur.

Sans casquette souvent, les yeux démeusurément ouverts, le corp penché, les mains crispées sur le volant ou le guidon, le conducteur semble venu d'un autre monde, tel un centaure de l'automobile.

 

Tous les concurrents des épreuves de vitesse et de tourisme étaient présents à Vernon, dès le samedi, pour se soumettre au pesage et aux vérifications.

 

Dimanche matin à partir de 9 heures, les catégories "tourisme" établir de belles performances.

Ainsi, dans celle des motocyclettes 1/3 de litre, la jeune marque Magali enlevait les trois premières places, avec Collomb (moteur 3 ch), Bac et Thomas. A la moyenne de 65 kilomètres à l'heure, pour le meilleur. La quatrième place revenait à une motocyclette Lurquin et Coudert.

Pour les voitures de la catégorie 12000 à 15000 francs, Pelser enlevait la première place devant Chenard et Walcker, Radia et Tony Huber.

Cuchelet sur Peugeot, en catégorie 15000 à 18000 francs l'emportait, tout comme Rullot sur Serpollet, en catégorie 18000 à 23000 francs, devant Gasté sur Radia.

Les deux Mercédès, sur lesquelles s'affrontaient Laureinthy-Tolosan et Graves, en catégorie 23000 francs, grimpaient en 49 s. pour le premier (73,469 kilomètres par heure).

 

A la pause de midi, le grand air ayant donné de l'appétit, tous se retrouvèrent place de la Concorde à Vernon, en quête d'un déjeuner. Les auberges étaient surpeuplées, les clients devant aller à la cuisine chercher du pain, une tranche de jambon ou de pâté, dans une cohue bon enfant et une bonne humeur générale.

 

L'après-midi, à 13 heures 30, Lanfranchi sur sa fidèle Peugeot, ouvrit le feu à 121 kilomètres par heure de moyenne, battant le record de 12 s., la moyenne se trouvait améliorée de 34 kilomètres par heure.

Cissac, sur Peugeot également, prenait la deuxième place.

Tavenaux, sur Alcyon, obtenait la troisième place, Lurquin et Coudert, quatrième et Darois cinquième.

 

Dans la catégorie des voiturettes, La Touloubre gagnait sur une Darracq, Birnbaum sur Corre pointait en deuxième position.

En voitures légères, Hemery s'imposait et dans les grosses voitures, Rigolly et Barras étaient "dead-heat" (ex-aequo). Bravo à Darracq qui engagait trois voitures et obtenait les trois premières places.

Notons aussi la belle course de Macdonald sur Napier, et celle des deux Hotchkiss juste derrière.

 

C'est sur cette excellente impression, que s'est terminée l'épreuve et par la même, la saison automobile et motocycliste. 

             

 

1906

 

27 octobre - La meilleure performance a été réalisée par Lee Guinness sur une voiture Darracq, huit cylindres de deux cents chevaux, équipée de pneumatiques Dunlop avec antidérapants Samson, en 25 s., soit à la moyenne de 144 kilomètres par heure.

             

 

1907

 

20 octobre - La huitième édition de la course de côte de Gaillon avait attiré une très nombreuse affluence. Les concurrents avaient répondu favorablement à l'invitation de l'organisateur. Le temps étant agréable, le sport s'en est ressenti : au lieu d'être simplement bon, il a été excellent.

Sur les quatre vingt treize véhicules engagés, soixante cinq d'entre eux ont participé à l'épreuve.

Le record de Lee Guinness n'a pas été battu (25s.) mais le vainqueur Newton, qui pilotait une six cylindres Napier, a réalisé une superbe performance en escaladant la pente en 26 s. 3/5, c'est à dire à plus de cent trente six kilomètres à l'heure.

Sa course est d'autant plus belle, qu'il avait à faire à forte partie ; la Mercedes de Gore, la Darracq de Rigal, la Mors de Georgel et la Rebour de Jatteau.

Dans la série du Critérium de France, Blaizot, sur Martin-Lethimonnier, triomphe en 57 s. 3/5 de la Gladiator et de la De Dion Bouton.

 

Voici les résultats d'après le "Sport Universel Illustré" :    

Tourisme 1 Capeaumont Lurquin-Coudert 1 m. 14 s. 1/5
Motocyclettes 2 Louis Quentin 1 m. 16 s. 3/5
tiers de litre        
         
Motocyclettes 1 Bourguignon Guerry-Bourguignon 1 m. 16 s. 2/5
demi litre        
         
Tri-cars 1 Barenton Quentin 1 m. 21 s. 3/5
- du demi litre   Guerry Guerry-Bourguignon 2 m. 50 s. 4/5
         
demi litre à 1 litre   Coudert Lurquin-Coudert 1 m. 15 s
         
Vitesse        
Motocyclettes 1 Bucquet Griffon 37 s. 3/5
- de 50 kilos  2  Gauthier Griffon 42 s.
         
Motocyclettes 1 Grapperon Alcyon 36 s. 1/5
+ de 50 kilos 2 Bucquet Griffon 38 s. 1/5
  3 Arthez Peugeot 40 s. 2/5
  4 Plomb Desville 54 s. 3/5
  5 Oliesloigers Albatros 1 m. 21 s
         
Tri-cars 1 Loubier Régence 52 s.
- de 200 kilos        
         

1908

 

4 octobre - Pas de commentaire disponible !

 

Motocyclettes 1 Guippone Peugeot 32 s. 1/5
+ de 50 kilos  2  Grapperon Alcyon 33 s. 1/5
  3 Montel Anzani 43 s. 2/5
         
Motos        
(Mono jusq 65 mm 1 Vilbois Lurquin-Coudert 1 m. 30 s.
Bicyl jusq 50 mm)   Guippone Peugeot Déclassé
         
         

1909

 

3 octobre - C'est le pilote Boillot, sur une cent chevaux de course, qui a enlevé l'épreuve, tout comme il l'avait fait au Mont Ventoux.

La seconde place revenant à une voiture allemande (Opel) conduite par Joerns.

 

De nombreux concurrents avaient fait le déplacement pour lutter de vitesse, sur la célèbre côte de la route de Paris à Rouen, aussi bien en catégorie tourisme qu'en catégorie course. 

1910

 

2 octobre - Quarante sept engagés pour une journée qui promettait, car parmi les concurrents on trouvait Camille Jenatzy (Mercedes) mais aussi les marques Benz, Sizaire-Naudin, Delage, Guillemin-Le-Gui, Fiat, Phoenix, Rolland-Pilain, Stabila pour les automobiles. Les motocyclettes n'étaient pas en reste, jugez plutot : René Gillet (1/3 litre), Lurquin-Coudert (1/4 litre), Peugeot et Griffon (+ de 50 kilos), Pedolia (Tricars et quadris).

Erle sur Benz a monté la rampe en 23 s. (157 km/h), alors que Vilbois sur sa Lurquin-Coudert (1/4 litre) a été qualifié d'un temps de 1 m. 37 s.

On notera que les véhicules de petite puissance sont désormais capable d'atteindre des vitesses élevées, ce qui est intéressant pour le "touriste" qui désire faire une bonne moyenne, sans grande consommation d'essence et de pneumatiques. 

1912              Article paru dans L'Aéro du 7/10/1912 :

 

La Benz de Erlé en bas de la côte de Gaillon - Source Gallica

 

6 octobre - Une superbe journée d'automne, fraîche et ensoleillée sert de décor à la quatorzième course de Gaillon.

 

Le matin

 

Dans la ville règne une grande animation, que le va-et-vient incessant des concurrents s'entrainant en vue de la course et les sportmen arrivant de toutes les directions ne fait qu'augmenter.

Sur la route poudreuse, on voit arriver tels des bolides ; les Crespelle, Bugatti, la Grégoire, la rouge Fiat et la formidable Benz, peinte en gris comme un cuirassé. Ces deux dernières voitures, qui sont les favoris logiques de la catégorie course, parcourent nombre de fois la route en soulevant d'énormes nuages depoussière ; leurs départs merveilleusement rapides sont beaucoup admirés.

On remarque aussi la présence de Boillot sur Peugeot, qui émerveille les curieux par la façon dont il arrête sa voiture en toute vitesse en la faisant pivoter sur elle-même. Zuccarelli, sur Lion-Peugeot, a aussi été à Gaillon pour faire un peu de vitesse avec sa maëstria habituelle et on a beaucoup regretté l'abstention de ces deux pilotes qui ne purent s'engager à temps pour la course.

Mais une note gaie intervient : chauuffeurs, sportmen et curieux donnent maintenant l'assaut aux différentes hostelleries qui bientôt sont combles et on s'entasse tant bien que mal pour avaler en hâte un poulet qui sent l'essence.

A midi, l'exode vers la côte commence et bientôt celle-ci est bordée d'une foule clairesemée mais entousiaste, qui commente les chances des concurrents, tandis que ceux-ci arrivent, les motos d'abord, puis les tricars et les sidecars, les voitures de tourisme, enfin les engins de vitesse.

La course

 

Le premier départ est donné à Franquebalme, qui sur une petite 1HP3/4 Terrot démarre superbement. Viennent ensuite les motos des différentes catégories, elles escaladent la côte de Gaillon qui, comme on le sait est très dure - 9 pour cent - avec une vitesse et aisance qui suscite l'admiration de la foule.

dans les première, deuxième et troisième catégorie, se sont Franquebalme (Terrot), Douglas (Douglas) et Dixon (Singer) qui remporte la victoire en respectivement 56s. 1/5, 47s. et 42s.

Après arrivent les tricars et sidecars, où Fenton (Clément) et Bourbeau (Bédélia) fournissent les vainqueurs.

L'épreuve des motos étant terminée, on commence à donner le départ aux voitures de tourisme, ce qui excite au plus haut degré les spectateurs.

On exprima beaucoup de sympathie pour les belles courses fournies par les SCAP, qui réussissent à se classer dans les trois catégories dans lesquelles elles étaient engagées.

Les Hispano-Suiza, la Barré et la Sunbeam de Rigal ont également été fort ovationnées.

Mais ceux qui ont connu les plus grands succés publics furent sans doute la roulotte Grégoire (carrosserie imitant une roulotte Gipsy) qui a monté ses deux tonnes et demie à 45 kilomètres à l'heure et la jolie 12 HP Buick. L'intérêt, qui se concentrait sur la Buick de Pouget, s'explique par le fait que cette voiture est d'un type de tourisme auquel on a enlevé les marchepieds et les garde-boues, et qui en courant sous la formule vitesse, remporte la septième catégorie.

Mais le clou de la journée fut indubitablement la performance fournie par ces bolides mécaniques que sont la FIAT et la Benz. Lorsque Chavés passa, dans un tumulte d'acier tourmenté, le poteau d'arrivée, l'opinion unanime était que, quoique belle, cette performance ne réduirait point le record du monde. En effet, ainsi fut-il, car Chavés mis 26s. 4/5 à escalader la côte.

Mais lorsque la grise Benz de Erlé passa comme un projectile entre les spectateurs - qui ne se tenaient jamais à des distances raisonnables - bolide filant à 163 kil. 600, un seul cri s'éleva de toutes les poitrines : le record du monde est battu !

Et ce cri fut la plus belle partie de la journée.

 

***

Motocyclettes
  1 Franquebalme Terrot 56 s. 1/5
  2 Lacroix Peugeot 1 m. 5 s.
Catégorie 1 3 Stoffei Alcyon 1 m. 8 s.
  4 Komermant Lurquin-Coudert 1 m. 29 s. 2/5
  5 Moussart Pygmée 2 m. 4 s.
         
  1 Guiguet Motosacoche 44 s. 1/5
  2 Cuzeau Terrot 46 s. 4/5
  3 W. Douglas Douglas 47 s.
  4 Schwalm Terrot 50 s. 3/5
  5 Decaup Alcyon 53 s. 2/5
Catégorie 2 6 Lacroix Peugeot 53 s. 3/5
  7 Bashall Douglas 55 s. 1/5
  8 Devaux Peugeot 55 s. 4/5
   9  Dacier Austral 56 s. 2/5
  10 Bollack Singer 1 m. 4 s. 2/5
  11 Frédérick Lurquin-Coudert 1 m. 26 s. 4/5
         
  1 Dixon Singer 42 s.
  2 Taylor Rudge-Whilworth 42 s. 2/5
Catégorie 3 3 Devay Triumph 42 s. 4/5
  4 South Rudge 43 s.
  5 Scott Rudge 48 s. 2/5
  Martinez Triumph 48 s. 2/5
  7 Touchet Wanderer 1 m. 5 s. 2/5
         
Classement général Motocyclettes
  1 Dixon Singer 42 s.
  2 Taylor Rudge-Whilworth 42 s. 2/5
  3 Devay Triumph 42 s. 4/5
  4 South Rudge 43 s.
  5 Guiguet Motosacoche 44 s. 1/5
  6 Cuzeau Terrot 46 s. 4/5
  7 W. Douglas Douglas 47 s.
  8 Scott Rudge 48 s. 2/5
  Martinez Triumph 42 s. 4/5
  10 Schwalm Terrot 50 s. 3/5

 

***

Article paru dans "La vie au grand air" du 12 octobre 1912

Parc voitures à Gaillon Source Gallica

Sur la côte de Gaillon 

***************

 Le record est battu

 

On a couru dimanche dernier, et pour la quatorzième fois, la course de côte de Gaillon. N'attendez pas de moi que j'essaie de vous en donner le détail ou même un aperçu. Ces courses de côte sont aujourd'hui, et furent d'ailleurs un peu toujours de phisionnomie assez confuse et de philosophie médiocre. C'est un peu le "bachot", l'honnête bachot de l'industrie automobile.

Il y a une trentaine de catégories, ce qui fait déjà une trentaine de vainqueurs réguliers.

Joignez-y ceux qui n'eurent pas de chance par suite du destin et ceux qui vont chercher là-bas qu'un testimonial sans classement.

Ils sont trop.

L'épreuve n'en est pas moins fort pittoresque. Elle a son passé, elle a sont histoire.

Un de nos confrères s'étonnait de ce chiffre : quatorze ans. Je m'en étonne aussi, mais je l'avoue dans un sens tout opposé. Et je dirai volontiers : Quoi donc ! Il n'y a que quatorze ans !

A cette date on se demandait, non sans anxiété, si toutes les voitures pourraient monter la côte. Aujourd'hui, les "pères de famille" l'escaladent à quarante kilomètres à l'heure, et il s'est trouvé un brave à trois poils et une voiture à quatre cylindres pour grimper ce kilomètre de dure côte qui atteint un moment 9 pour cent, à 163 kilomètres à l'heure !

Qui nous eut dit cela jadis, il y a quatorze ans, c'est à dire hier, à l'époque où on hésitait à prendre la côte et où on se rabattait avec prudence sur la nouvelle route qui monte en lacets doux, escamotant en douceur la butte de Sainte Barbe, au travers de laquelle la route de la course tape en plein.

Pauvre côte de Gaillon, jadis effroi des enfants que nous étions, on hésitait à la monter, faute de puissance suffisante dans les moteurs, on hésitait encore plus de la descendre, faute de sécurité suffisante dans les freins. Les taxis, les humbles taxis, que dis-je, les autobus se rient de toi, aujourd'hui, toi qui faisais peur à Levassor, lui-même ! 

Toutes les courses de côte des environs de Paris, Chanteloup qui fut la première, Château-Thierry qui fut la dernière, ont successivement disparu devant la vitesse même. Seule Gaillon a persisté et persistera longtemp encore. La route est droite et large, aussi peut-on sans inconvénient y augmenter la vitesse.

Quel remue-ménage se fut quand on y atteignit 60 à l'heure !

Lorsque Serpollet, puis Le Blon firent du 100 à l'heure !

C'étaient des événements nouveaux !

 

La promenade est d'ailleurs charmante, route connue,  200 kilomètres et un mauvais déjeuner à faire dans sa journée. Aussi c'est comme un pélerinage. C'est la dernière de la saison, la clôture, et un plaisir s'ajoute, raffinement dernier, un peu du regret des choses qu'on voit cette année pour la dernière fois.

Georges Prade

 

1913              Article paru dans La Presse Sportive du 9/10/1913 :

 

Crespelle - vainqueur en 1913 Crespelle sur Crespelle - vainqueur en 1913 - Source Gallica

Ils ont grimpé

la fameuse côte de Gaillon

 

Nos meilleurs conducteurs pilotant des grandes marques ont accompli de belles performances. Crespelle remporta un gros succés en réalisant le temps record de la journée et en s'adjugeant la victoire au rendement avec la Martini de Lamberjack - révélation du nouveau moteur Ballot type sport.

 

5 octobre - Seul, le soleil ne voulut point assister à la victoire de Crespelle, ni au retour de Lamberjack et se fut sous une pluie fine, qui depuis le matin ne cessait de tomber, détrempant la route à plaisir, que se courut la course de côte de Gaillon. La route collante réduisit sensiblement la vitesse des voitures, dont certaines, malgrés les sages conseils donnés à leur conducteur par le sympathique directeur de Continental, M. Eschalier, restèrent montées sur antidérapants.

Le record de 1912 ne fut point battu ; il est toujours à Erlé sur 200 HP Benz. Attention toutefois et gare en 1914 !!! la course à peine terminée ne chuchotait-on point que l'an prochain une 300 HP serait engagée. Soyons discrets et attendons...

 

Par suite de difficultés d'organisation, les catégories motocyclette sont supprimées cette fois, le journal organisateur l'Auto ne voulant point prendre le couvert d'un club motocyclettiste pour faire disputer cette partie des épreuves, ni contrevenir aux règlements de l'ACF.

 

Nombreux étaient les partants et c'est avec regret que nous avons vu écarter des concurrents, la Hispano-Suiza de Molon revenue de Brooklands spécialement pour cette course, mais dont la carrosserie ne satisfaisant point au réglemnt de Gaillon, ne courut qu'officieusement, gravissant la côte en 33 s. 2/5.

Au point de vue clientèle la course de Gaillon est, certes, celle qui a le plus d'influence et les résultats, cette année, en ont été particulièrement brillants.

 

Les vainqueurs

 

** Touristes

- Deuxième catégorie (de 5 litres 300 à 6 litres 500)

    Th Schneider (Gabriel) 38 s. 3/5 - à la  moyenne de 93 kil. 364 - pneus Continental

 

- Quatrième catégorie (de 3 litres 750 à 4 litres 600)

    Barre (Ravaud) 48 s.

 

- Cinquième catégorie (de 3 litres à 3 litres 750)

    Despagna (Despaigne) 51 s. 1/5

 

- Sixième catégorie (de 2 litres 700 à 3 litres)

    SCAP (Launay) 42 s. - moyenne 85 kil. 714, Martini (Lamberjack) 43 s. 1/5, Alda (Tabuteau) 45 s., Anasagati (d'Avaray) 50 s. 2/5

 

- Septième catégorie (de 2 litres 300 à 2 litres 700)

    Hispano-Suiza (Masuçar) 43 s. 3/5 - pneus Continental

 

- Huitième catégorie (de 2 litres à 2 litres 300)

    DFP (Boyer) 1 m. 7 s. 3/5

 

- Neuvième catégorie (de 1 litre 750 à 2 litres)

    Pierron (Galichon) 1 m. - pneus Continental

 

- Dixième catégorie (de 1 litre 400 à 1 litre 750)

    SCAP (Launay) 55 s. 1/5

 

- Onzième catégorie (de 1 litre 200 à 1 litre 400)

    Bugatti (Edazam) 55 s. 3/5

 

- Douzième catégorie (au dessous de 1 litre 200)

    Violet-Bogey (Violet) 1m. 22 s. 4/5 - pneus Continental

 

** Course

- Première catégorie (au dessus de 6 litres 500)

    Grégoire (Costa) 36 s.

 

- Troisième catégorie (de 5 litres 600 à 5 litres 300)

    Pierron (Delaunay) 35 s. 3/5 - pneus Continental

 

- Quatrième catégorie (de 3 litres 750 à 4 litres 600)

    Aquila Italiana (Marsaglia) 41 s. 3/5

 

- Cinquième catégorie (de 3 litres à 3 litres 750)

    Bedelia (Bourbeau) 43 s. 1/5

 

- Sixième catégorie (de 2 litres 700 à 3 litres)

    Crespelle (Crespelle) 35 s. moyenne 102 kil. 827 - pneus Continental, Th Schneider (de Tassigny) 42 s. 3/5

 

- Septième catégorie (de 2 litres 300 à 2 litres 700)

    Aquila Italiana (d'Argentina) 45 s. 3/5

 

- Huitième catégorie (de 2 litres à 2 litres 300)

    Vermorel (Gasté) 48 s. 3/5

 

- Neuvième catégorie (de 1 litre 700 à 2 litres)

    Pierron (Galichon) 50 s. 3/5 - pneus Continental

 

- Dixième catégorie (de 1 litre 400 à 1 litre 750)

    Suère (Suère) 49 s. 4/5

 

- Onzième catégorie (de 1 litre 200 à 1 litre 400)

    Bugatti (Frederich) 52 s. 2/5

 

- Douzième catégorie (moins de 1 litre 200)

    Violet-Bogey (Violet) 58 s. 4/5 - pneus Continental

    

Tableau des coefficients de rendement

Course

1 Crespelle   Crespelle ..................................... 0.8603

2 Pierron      Galichon ...................................... 0.8411

3 Bugatti       Friedrich ...................................... 0.8408

Tourisme

1 Martini      Lamberjack ................................... 0.8742

2 Hispano-Suiza     Messuger ........................... 0.8639

3 SCAP       Launay ......................................... 0.8584

4 Buick        Repusseau ....................................0.8579

5 Alda         Tabuteau ....................................... 0.8538

 

Parmi les performances à retenir, il faut en toute première ligne, signaler celle de Crespelle, qui se classe premier des catégories de course et qui, une fois de plus, vient donner une preuve indiscutable de la régularité de ses voitures en étant à nouveau vainqueur au rendement. Cette victoire apporte à notre ami Crespelle la récompense de son travail, de sa tenacité, ainsi que de sa grande expérience de la mécanique automobile. Nous sommes les premiers à nous en réjouir, mais ce serait injustice si, à son succès, nous n'associons point le moteur Janvier, dont sa voiture était munie. Th Schneider, Alda, Bugatti, Martini, Barré de Niort, Buick méritent aussi d'être cités.

Quant Gasté, il nous a donné une fois de plus la preuve du haut rendement de la marque lyonnaise Vermorel.

Violet-Bogey, comme au Mans du reste, s'est adjugé dans ses catégories la première place ; il sera difficile de la lui enlever. Le rendement de ses petites voitures est vraiment extraordinaire ; nous en reparlerons sous peu, ainsi que de la marque Audax, qui prenait part pour la première fois à une course et qui, avec deux voitures de série se classaient néanmoins dans leur catégorie, deuxième et troisième à quelques secondes du premier. 

 

Le roi du moteur

 

C'est à vous Ballot, que je m'adresse : toutes mes félicitations.

Six voitures engagées, six premières places ! Bravo !

Quelle belle performance a accompli votre nouveau moteur 3 litres, type sport, qui, monté sur la SCAP de Launay, laissait loin derrière lui tous les autres concurrents ; vous pouvez vous adjoindre ce qu'à écrit Corneille : "pour leur coup d'essai, veulent des coups de maître".

Vous en avez donné la preuve à Gaillon et je suis certain quelles seront suivies de beaucoup d'autres.

Pour terminer cette course, qui elle aussi termine le meeting d'automobiles de l'année 1913, je tiens à citer que les deux tiers des concurrents avaient confié pour leurs pneumatiques, leurs chances à Continental, pour l'essence à l'Automobiline et pour l'huile à la Vaccum Mobiloil.

Et maintenant, à l'année prochaine, la 300 HP !

Boy.

1920              D'après un article paru dans Le Génie Civil du 23/10/1920 :

 

La Sunbeam de Thomas Source Gallica

10 octobre - Il n'y avait pas moins de 29 voitures de course d'engagées cette année sur la course de Gaillon, dont une très puissante, la Sunbeam, seule de sa catégorie de cylindrée supérieure à 6,5 litres. Cette voiture pilotée par le coureur Thomas, a réalisé le kilomètre en 20 s. 3/5, soit 174 kil 816 à l'heure.

Ses principales caractéristiques sont les suivantes : moteur de 400 chevaux à 12 cylindres en V, de 120 millimètres d'alésage et 125 millimètres de course ; allumage par deux magnétos ; carburateur Claudel-Hobson ; embrayage par disques métalliques ; boite de vitesses à quatre rapports et marche arrière ; freinage sur les roues arrières et sur l'arbre de transmission. Son poids est approximativement de 1200 kilogrammes.

On estime qu'en palier elle pourrait atteindre 300 kilomètres-heure.

 

Violet remporta la catégorie des cyclecars, Chassaigne sur Ballot fut vainqueur en cinquième catégorie, alors que Artault sur Voisin, s'offrit celle des voitures de tourisme.

Péan gagna la catégorie des motocyclettes, Anthony sur scooter emporta sa catégorie, comme Alexander en sidecars.

 

 

1921              D'après un article paru dans Le Matin du 02/10/1921 :

 

Source Gallica

02 octobre - Jamais Gaillon ne vit autant de monde qu'hier

 

Le concours de la côte de Gaillon, organisé par l'Auto pour la dix-septième fois, s'est déroulée par une belle météo et fut un succés.

C'est entre deux haies de spectateurs, massés principalement aux endroits où l'ombre étendait sa bienfaisante fraicheur, que les concurrents effectuèrent leurs essais. Entre 9 heures et midi, les bicyclettes à moteurs, les scooters, les motocyclettes, les sidecars et les cyclecars se sont élancés tour à tour, dans la terrible côte. A partir de 14 heures place aux voitures. Les temps auraient peut-être été améliorés si l'état de la route s'y était prêté. Malheureusement l'administration locale n'avait rien entrepris pour faire de ce chemin de croix des voitures, émaillé de silex découverts et pointus, une piste roulante à souhait.

Ni Thomas, ni Lee Guiness n'ont voulu se risquer avec la voiture de 400 ch qui détient le record de la montée en 20 sec et 3/5 (174 km 700 à l'heure).

 

Les classements donnent les résultats suivants :

 

 

Motocyclettes

Motocyclettes

250 cc

1 Bartlett

41 s. 2/5

 

2 Georges Jolly 43 s. 1/5
3 Marcel Jolly 43 s. 3/5

Motocyclettes 

350 cc

1 Meunier

39 s. 3/5

90,900 km/h

2 Bartlett 41 s. 2/5
3 Delaunay 45 s. 3/5

Motocyclettes 

500 cc

1 Georges Jolly

32 s. 1/5

112 km/h

2 Péan 33 s. 3/5
3 Marc 33 s. 4/5

Motocyclettes 

750 cc

1 Péan

30 s. 2/5

118 km/h

Motocyclettes 

1000 cc

1 Pélissier

 30 s. 3/5

117 km/h

2 Gillard 35 s. 3/5
3 Crillier 40 s.
Sidecars
500 cc 1 Bartlett 48 s. 3/5
1000 cc 1 Cequidé

45 s. 1/5

80 km/h

2 Bartlett 46 s. 3/5
3 Baillif 51 s. 4/5
Cyclecars
Monoplace 1 Darmon

36 s. 1/5

100 km/h

2 Mauve

41 s. 1/5

 

Biplace 1 Sénéchal

42 s.

86 km/h

2 Chabreiron 42 s. 1/5
3 Lombard 42 s. 4/5
Voitures de course
1,400 à 1,500 litre 1 Thomas

31 s. 3/5

113,900 km/h

2 Collomb

33 s. 2/5

107,700 km/h

1,500 à 2 litres 1 Chassagne

29 s. 1/5

123,300 km/h

2 ,500 à 3 litres 1 Goux

25 s. 2/5

141,700 km/h

2 Bac

29 s. 2/5

122,450 km/h

1922              D'après un article paru dans Le Journal du 02/10/1922 :

 

Source Gallica

01 octobre - Le motocycliste Franconi fait le meilleur temps à Gaillon

 

Un accident a motivé la décision des organisateurs d'arrêter la course de côte de Gaillon, alors qu'une partie seulement des voitures de tourisme avaient été contrôlées et qu'aucune voiture de course n'avait encore pris le départ. Cette décision prise sous le coup d'une émotion bien compréhensible, empêcha les constructeurs engagés de réaliser les performances dont ils voulaient faire état au prochain salon de l'Automobile et qu'ils avaient préparées sans ménager leur travail ni leur argent.

Malgré le mauvais temps, la doyenne des courses de côte a remporté son traditionel succès, Gaillon a été envahi par de nombreux spectateurs venus par la route ou par le train.

Le meilleur temps de la journée a été réalisé par Franconi sur motocyclette Motosacoche 500 cmc, à une moyenne de 125 kilomètres à l'heure.

Le matin lors d'un essai chronométré hors classement, Franconi sur Motosacoche 750 cmc, avait réalisé le temps de 28 s. 2/5, moyenne 126 kil. 760, record de la côte pour motocyclette.

 

Les vainqueurs dans les différentes catégories sont : 

Motocyclettes
Bicyclettes à moteur 1 Solary  

58 s. 2/5

61,613 km/h

Motocyclettes

250 cc

1 G. Jolly Alcyon - pneus Dunlop

45 s. 3/5

109,756 km/h

Motocyclettes 

350 cc

1 Pullin Motosacoche

32 s. 4/5

109,756 km/h

Motocyclettes 

500 cc

1 Franconi Motosacoche

28 s. 4/5

125 km/h

Motocyclettes 

750 cc

1 Péan Peugeot - pneus Dunlop

30 s. 1/5

118,431 km/h

Motocyclettes 

1000 cc

1 Duverne  

 31 s. 1/5

115,384 km/h

Cyclecars
750 cc 1 Sénéchal Sénéchal - pneus Dunlop

44 s. 1/5

81,31 km/h

1100 cc 1 Benoist Salmson

33 s. 4/5

106,508 km/h

2 Darmon Morgan

34 s. 2/5

104,657 km/h

Voitures de tourisme
1100 cc 1 Fratissier Amilcar

44 s. 1/5

81,447 km/h

1500 cc 1 René Marie Bugatti

37 s. 1/5

96,774 km/h

2 litres 1 Suère Suère

52 s. 3/5

68,441 km/h

2 litres 500 1 Troncy Rudge

45 s. 2/5

79,295 km/h

3 litres 1 Montier  

46 s. 3/5

77,253 km/h

3 litres 500 1 Bally  

1 m. 20 s. 4/5

44,554 km/h

Après ses succès dans Paris-Nice, le circuit de Lyon, le Bol d'Or, les six jours internationnaux, etc... et après avoir gagné le titre de champion de France vitesse (motocyclettes 500 cc), Motosacoche se devait de terminer l'année sportive sur un triomphe éclatant.

Avec une 500 cc, seulement, Motosacoche fait à Gaillon le meilleur temps de toutes les catégories.

D'autre part, le record motocycliste de la côte est également battu par la grande et vieille marque. Les Motosacoche-Sport sont les machines idéales pour le tourisme et la vitesse.

MP

1923             D'après un article paru dans Le Matin du 08/10/1923 : 

Source Gallica

07 octobre - Soleil et accélération

 

La course annuelle de côte de Gaillon, favorisée par un joli temps sec et clair, avait amenée hier au pied de la butte de Sainte Barbe, un grand nombre de touristes. Organisée par l'Auto et ayant comme commissaire général Charles Farroux, elle a remporté le plus vif succès.

Une innovation avait été introduite dans le règlement de cette année ; au lieu d'escalader la côte après une lancée de 500 mètres, les concurrents devaient couvrir cette fois leur kilomètre départ arrêté, ce qui mettait à l'épreuve de façon beaucoup plus sévère les facultés d'accélération des moteurs. En conséquence du reste de ce nouveau règlement, deux classements avaient été prévus ; l'un à la vitesse pure et l'autre à l'accélération. Ce dernier classement tient compte de la vitesse de la voiture en mètres par seconde, de son poids en ordre de marche et de la cylindrée du moteur, de telle façon qu'à vitesse et poids égaux, est classé premier celui des véhicules ayant la plus faible cylindrée.

Dans la matinée dès 9 heures, les bicyclettes à moteur, les motos et les cyclecars montèrent à l'assaut de la côte et le meilleur temps fut réalisé par Franconi grimpant la rampe à 96 kilomètres à l'heure. Après le déjeuner, ce furent les voitures de tourisme et de course qui livrèrent bataille, depuis le cyclecar à deux places de 1100 cc de cylindrée jusqu'au puissant 4 litres équipé en torpédo de luxe.C'est Rougier qu fit le meilleur temps des touristes avec une moyenne de 82 kilomètres. Thomas qui a pourtant dépassé les 101 kilomètres, a été déclassé car l'empattement et la voie de son véhicule n'étaient pas réglementaires, sa performance a été comptée avec la catégorie course. Le pilote se ratrappa largement dans cette catégorie, en conduisant deux voitures différentes, menant l'une à 104,651 kilomètres à l'heure et l'autre à 116 kilomètres.

Le chronomètrage était assuré par un appareillage électrique qui donna toute satisfaction.

La sécurité avait été renforcée, le service d'ordre ne tolérant aucun stationnement le long des bas côtés.

 

Voici le classement en vitesse pure : 

Bicyclettes à moteur
Bicyclettes à moteur 75 cc 1 Douet Rovin

1 min. 44 s. 1/5

34,548 km/h

2 Vallet Collet Anzani

1 min. 56 s. 4/5

 

Bicyclettes à moteur 100 cc 1 Lezin Rovin

56 s. 2/5

63,82 km/h

2 Moussard Propulcycle 1 min. 13 s. 1/5
3 Detrez Vélomotor 1 min. 30 s. 1/5
Bicyclettes à moteur 125 cc 1 Barthélemy Rovin

1 min. 5 s. 1/5

55,214 km/h

2 Liaudois Mascotte 1 min. 21 s. 2/5
3 Béranger Mascotte 1 min. 26 s. 1/5
4 Legendre Legendre 1 min. 42 s. 1/5
Motocyclettes

Motocyclettes

250 cc

1 Meunier Labor

51 s. 4/5

69,498 km/h

2 Bartlett Bradshaw 55 s. 3/5

Motocyclettes 

350 cc

1 Marc Alcyon

46 s. 1/5

77,922 km/h

2 Bartlett Bradshaw 53 s. 2/5

Motocyclettes 

500 cc

1 Franconi Motosacoche

37 s. 1/5

125 km/h

2 Péan Peugeot 38 s. 1/5
3 Georges Jolly Alcyon 40 s. 2/5
4 Durand Pierton 50 s. 1/5

Motocyclettes 

750 cc

1 Gillard Peugeot

44 s. 1/5

81,447 km/h

2 Lambert Koehler-Escoffier 50 s. 1/5

Motocyclettes 

1000 cc

1 Vulliamy Harley-Davidson

 38 s. 1/5

94,240 km/h

2 Lambert   42 s. 1/5
3 Bartlett Jap 43 s. 4/5
4 Chambaud   43 s. 4/5
5 Randevnes Roue Quidet 46 s. 4/5
6 Houllier Excelsior 51 s. 4/5
Cyclecars
750 cc 1 Rubin Sandford

54 s. 4/5

65,693 km/h

2 Lejeune BNC 55 s. 2/5
3 Bosseboeuf Fournier 1 min.
1100 cc 1 Mestivier Amilcar

43 s. 4/5

82,191 km/h

2 Collet Collet

54 s. 2/5

Voitures de tourisme
1100 cc 1 Sénéchal Sénéchal

49 s. 1/5

73,171 km/h

2 Morel Amilcar 50 s. 1/5
3 Lafont GAR 56 s. 2/5
4 Simon BNC 1 min. 11 s. 1/5
5 Gardahaut GAR 1 min. 16 s. 4/5
1500 cc 1 René Marie Bugatti

52 s. 2/5

68,702 km/h

2 Streucler Citroën 1 min. 4 s.
3 Lefèvre La Perle 1 min. 4 s. 2/5
4 Crespelle Citroën-Crespelle 1 min. 6s.
5 Bendix Citroën-Crespelle 1 min. 6 s. 4/5
6 Dumoulin Tic-Tac 1 min. 27 s. 4/5
2 litres 1 Pigeon Bignan

1 min. 7 s. 4/5

53,097 km/h

2 litres 500 1 Vasselle Hotchkiss

1 min. 2 s. 4/5

57,324 km/h

2 Malardier Slim 1 min. 3 s. 4/5
3 King DFP 1 min. 5 s. 1/5
3 à 3,5 litres 1 Glatzmann Chenard et Walcker

52 s. 2/5

68,02 km/h

3,5 à 4 litres 1 Rougier Voisin

 43 s. 4/5

82,191 km/h

Voitures de course
Moins de 1500 cc 1 Bonaire SCAP

51 s. 4/5

69,498 km/h

2 de Brémond Mathis 1 min. 4 s. 3/5
1500 à 2000 cc 1 Celerier Bugatti

46 s. 2/5

77,586 km/h

2000 à 2500 cc 1 A. Colas DEP

79,646 km/h

2500 à 3000 cc 1 Camousse Ford

41 s. 3/5

86,538 km/h

3000 à 5000 cc 1 Lefevre Voisin

37 s.

97,207 km/h

2 Pagniez CAP Janvier 49 s.
Plus de 5000 cc 1 R. Thomas Delage

31 s.

116,122 km/h

2 Thomas Delage 34 s. 2/5
3 R. Thomas Delage 35 s. 3/5
4 Clément Peugeot 49 s. 4/5
5 Bogenschulté   50 s. 2/5

 

Classement à l'accélération

 

1 Glatzmann (Chenard et Walcker) ; 2 Rougier (Voisin) ; 3 René Marie (Bugatti) ; 4 Pigeon (Bignan) ; 5 King (DPF) ; 6 Crespelle (Citroën) ; 7 Morel (Amilcar) ; 8 Bendix (Citroën) ; 9 Celerier (Bugatti), etc

1924             D'après un article paru dans Le Matin du 29/09/1924 : 

28 septembre - Vulliamy a grimpé Gaillon à la vitesse de 102 kil. 273

 

Favorisée par un temps splendide, la course de côte de Gaillon fut suivie par un grand nombre d'automobilistes venus de Paris. L'épreuve s'est courue sur 1 kilomètre, avec départ arrêté.

 

Voici les résultats :

Vélomoteurs

 

100 cc 1 Vulliamy Griffon 1 min. 4 s. 3/5

 

Motocyclettes

 

Motocyclettes

175 cc

1 Liaudois Griffon 57 s. 1/5

Motocyclettes

250 cc

1 Baudelaire Griffon

53 s. 1/5

Motocyclettes 

350 cc

1 Bartlett AJS

40 s. 1/5

Motocyclettes 

500 cc

1 Bernard Gnôme et Rhône

50 s. 1/5

Motocyclettes 

750 cc

1 Péan Peugeot

38 s. 4/5

Motocyclettes 

1000 cc

1 Vulliamy Harley-Davidson

 35 s. 1/5

102,273 km/h

 

Voitures de tourisme

 

moins de 1100 cc 1 Sénéchal Sénéchal

50 s. 2/5

1101 à 1500 cc 1 Lefévre La Perle

50 s. 4/5

1501 à 2 litres 1 Clause Bignan

 53 s. 3/5

2 Pisart Chenard et Walcker  58 s. 1/5

2 litres à

2 litres 500

1 Vasselle Hotchkiss

57 s. 2/5

2 litres 500 à

3 litres

1 Sénéchal Chenard et Walcker

51 s. 2/5

3,1 à 4 litres 1 Pagniez Peugeot

 58 s. 1/5

 

Voitures de course

 

Moins de 1100 cc 1 Mestivier Amilcar

43 s. 1/5

83,333 km/h

1100 à 1500 cc 1 Scales Talbot

37 s. 1/5

96,774 km/h

1501 à 2000 cc 1 Detilleux Bugatti

38 s. 4/5

92,783 km/h

Plus de 5000 cc 5 Bogenschutz Bogenchutz Spéciale

41 s. 4/5

86,124 km/h

 

Après la course, le retour des spectateurs s'est effectué rapidement. Au carrefour dangereux de Vernon - rues carnot et Albuféra- 202 voitures sont passées entre 16 et 18 heures. Grâce au dévouement de la police municipale de Vernon, tous les véhicules sont passés sans incident.

1925             D'après un article paru dans Le Matin du 19/10/1925 : 

R. Thomas sur Delage à Gaillon Source Gallica

18 octobre - seize records battus ou établis, départ arrêté

 

Organisée par l'Auto ce dimanche après-midi, par beau temps, les véhicules ont battu ou établi de nombreux records. Malgrè quelques incidents de parcours, sans gravité, comme la chute au premier essai de Péan, peu après avoir démarré, ou l'abandon de Divo juste avant l'arrivée.

Thomas a battu son propre record, de la précédente édition ; 121 kil. 621 contre 116 kil. 129.

 

 

 

Les résultats :

Vélomoteurs

 

125 cc 1 Renaud Gourdin 1 min. 20 s. 3/5

 

Motocyclettes

 

Motocyclettes

175 cc

1 Bourdot Monet Goyon 48 s.
2 Meunier Alcyon 51 s. 1/5
3 Roudadou Dédé-Moussard  
4 Liandois Dollar 55 s. 2/5

Motocyclettes

250 cc

1 Gaudet Terrot

52 s. 1/5

2 Drus Dollar 52 s. 2/5

Motocyclettes 

350 cc

1 Jolly Alcyon

39 s. 4/5

2 Gaudet Terrot 44 s. 2/5

Motocyclettes 

500 cc

1 Péan Peugeot

34 s. 2/5

2 Clech Rovin 35 s. 4/5
3 Joussier Norton 37 s. 2/5

Motocyclettes 

750 cc

1 Péan Peugeot

34 s. 3/5

Motocyclettes 

1000 cc

1 Vulliamy Harley-Davidson

 35 s. 1/5

102,273 km/h

 

Cyclecars

 

350 cc biplaces 1 Neermans Villard 1 min. 21 s. 3/5
500 cc biplaces 1 Doré Sima Violet 1 min. 1 s. 4/5
2 Cohn   1 min. 28 s. 3/5
750 cc biplaces 1 Violet Sima Violet 47 s.
2 Sandford Sandford 54 s. 2/5

 

Voitures de tourisme

 

1100 cc 1 Lepicard Donet zedel

1 min. 5 s. 1/5

2 Seguy GM 1 min. 16 s. 1/5
1500 cc 1 Breimont Mathis

53 s. 1/5

2 Micheloff GM 59 s. 4/5
2 litres 1 Clause Bignan

 51 s. 4/5

3 litres

1 Coularé Buick

59 s. 2/5

 

Voitures de sport

 

1100 cc 1 Ismalun Salmson

51 s. 3/5

2 Froissart Rally 52 s. 1/5
3 Rothschild Rally 52 s. 3/5
1500 cc 1 Celreier BUC

47 s. 3/5

2 Deloron Bugatti 58 s.
3 Bouriat EHP 58 s.

 

Voitures de course

 

1100 cc 1 Morel Amilcar

34 s. 3/5

104,046 km/h

1500 cc 1 Chassagne Talbot

33 s. 2/5

107,704 km/h

2 Bourlier Talbot 34 s. 4/5
2 litres 1 Divo   abandon
3 litres 1 Caplain Ballot

33 s.

94,736 km/h

6 litres 1 Thomas Delage

29 s. 3/5

121,621 km/h

 

Classement au rendement

 

Chassagne ( Talbot) - Bourlier (Talbot)

1926             D'après un article paru dans Le Matin du 04/10/1926 : 

03 octobre - Vingt-deuxième édition, nouveau record !

 

La course de côte de Gaillon a remporté cette année son succès habituel. De nombreux engagements et un public sportif assurèrent l'éclat de la réunion. En moto, Richard sur Peugeot 1000cc (118,421 km/h) ainsi que Divo sur Talbot 5 litres (125,874 km/h), Benoit sur Delage, Morel et Martin sur les petites Amilcar, en catégories sport et course, firent les meilleurs temps de la journée. La participation de voitures extrêmement rapides avaient décidé beaucoup d'amateurs à y assister, et ils ne furent pas déçus par le grand intérêt de l'épreuve.

 

Les résultats :

Vélomoteurs

 

100 cc 1 Rapeau Rapeau 1 min. 27 s. 1/5
2 Biémans Prester 2 min. 2 s. 2/5
125 cc 1 Portrait Dollar 1 min. 49 s. 1/5

 

Motocyclettes

 

Motocyclettes

175 cc

1 Hommaire Monet Goyon

45 s.

80 km/h

2 Gaussorgues Monet Goyon 49 s. 1/5
3 Gérard Monet Goyon 52 s.

Motocyclettes

250 cc

1 Andreino Terrot

50 s. 1/5

71 km/h

2 Roudadou Dé-Dé  

Motocyclettes 

350 cc

1 Gaussorgues Monet Goyon

38 s. 3/5

Read Harley-Davidson
3 Laurent Saroléa 39 s. 4/5
4 Hommaire Monet Goyon 40 s. 1/5
5 Métral AJS 42 s.
Ramus
7 Charron Favor 44 s. 4/5

Motocyclettes 

500 cc

1 Péan Peugeot

36 s. 3/5

98,351 km/h

2 Guy Rovin 38 s. 2/5
3 Bernard Gnôme et Rhône 40 s. 1/5
4 Gascard Saroléa 40 s. 3/5
5 Andreino Norton  43 s. 1/5
6 Sablonnet AJS 44 s. 3/5

Motocyclettes 

750 cc

1 Franconi Motosacoche

33 s. 1/5

108,434 km/h

2 Richard Peugeot 35 s.

Motocyclettes 

1000 cc

1 Richard Peugeot

 30 s. 2/5

118,421 km/h

2 Borgotti Motosacoche 35 s. 1/5
3 Gysler Motosacoche 35 s. 4/5

 

Tricyclecars

 

750 cc 1 Marzelle Morgan

47 s.

76,596 km/h

1100 cc 1 Sandford Sandford

41 s. 2/5

86,957 km/h

2 Nova-Cosa d'Yrsan 42 s. 1/5
3 Dhôme Morgan 42 s. 3/5

 

Voitures de tourisme

 

750 cc 1 Ivanwosky Ratier

1 min. 10 s.

1100 cc 1 Maillet Mathis

49 s. 1/5

73,171 km/h

2 Ismalun Salmson 52 s. 
3 Inot Ariés 1 min. 1 s. 4/5
4 Closset Ariés 1 min. 2 s. 3/5
5 Wellinz Donnet 1 min. 10 s. 1/5
1500 cc 1 Malterre Jean Graf

 1 min. 21 s. 1/5

2 litres 1 Clause Bignan

49 s.

73,460 km/h

3 litres

1 Vasselle Hotchkiss

48 s.

75 km/h

2 Bommé Oméga Six 48 s. 2/5

 

Voitures de sport

 

1100 cc 1 Martin Amilcar

33 s. 1/5

108,434 km/h

2 Vanhoff GAR 41 s. 4/5
3 Saffores Salmson 47 s. 3/5
4 Giraud Caban 47 s. 4/5
5 d'Havrincourt Salmson 49 s. 1/5
1500 cc 1 Nardon Alba

51 s. 1/5

69,500 km/h

2 litres 1 Deloron Bugatti

42 s. 2/5

84,906 km/h

3 litres 1 Derons Delage

1 min. 2/5

58 km/h

 

Voitures de course

 

500 cc 1 Sorgel Sima-Violet

1 min. 8 s. 1/5

52,941 km/h

750 cc 1 Violet Sima-Violet

46 s. 2/5

77,596 km/h

1100 cc 1 Morel Amilcar

31 s. 4/5

113,208 km/h

1500 cc 1 Divo Talbot

33 s. 2/5

111,111 km/h

2 litres 1 Benoist Delage

31 s. 2/5

114,650 km/h

5 litres 1 Divo Talbot

28 s. 3/5

125,874 km/h

 

1927             D'après un article paru dans Le Matin du 26/09/1927 : 

25 septembre - Eddoura sur moto 1000 cmc grimpe la côte à 111 kilomètres à l'heure

 

La course de Sainte Barbe, disputée hier après-midi à Gaillon a obtenue un grand succès.

Le beau temps et la foule nombreuse ont contribué à la réussite de cette belle épreuve, vieille de 23 ans.

 

Infos sur la moto d'Edouard Grammont dit Eddoura  --- ici ---

 

Les résultats :

Motos

 

100 cc 1 Liaudois Liaudois 1 min. 13 s. 2/5
2 Favre Favre 1 min. 13 s. 4/5
125 cc 1 Portrait Dollar 1 min. 13 s. 1/5
2 Gilbert Mascotte 1 min. 22 s. 2/5

175 cc

1 Sourdot Monet Goyon

42 s. 4/5

84,110 km/h

2 Robert Thomann 48 s. 4/5

250 cc

1 Roudadou Dé-Dé

59 s. 2/5

350 cc

1 Boetch Magnat-Debon

42 s. 3/5

 500 cc

1 Borgotti Motosacoche

41 s. 1/5

750 cc

1 Berrenger BSA

42 s. 4/5

1000 cc

1 Eddoura Koehler-Escoffier

 32 s. 1/5

111,800 km/h

2 Naas Naas 33 s. 1/5

 

Cyclecars

 

500 cc 1 Dhome Morgan

51 s. 3/5

69,760 km/h

1100 cc 1 Sandford Sandford

41 s.

90 km/h

2 Remond Darmon-Morgan 52 s.

 

Voitures de sport

 

1100 cc 1 Lefevre Despoux BNC

41 s. 1/5

87,380 km/h

2 Dugat Derby 46 s. 2/5
1500 cc 1 Grégoire Tracta

48 s. 4/5

2 Jean Graf Jean Graf 1 min. 21 s. 3/5
2 litres 1 Busienne Sizaire

46 s. 3/5

3 litres

1 Tourbier Panhard Levassor

41 s. 2/5

86,950 km/h

2 Auvray Delahaye 47 s. 2/5
5 litres 1 Ortmans Panhard Levassor 36 s. 4/5

 

Voitures de course

 

500 cc 1 Rovin Rovin

45 s. 

750 cc 1 Viollet Sima Viollet

46 s. 1/5

1100 cc 1 Seojacq BNC 48 s.
1500 cc 1 Jean Graf Jean Graf 56 s. 1/5
2 litres 1 Mme Jenneky Bugatti

40 s. 4/5

88,230 km/h

 

Voitures de tourisme - réservé aux membres de l'ACO

 

1100 cc 1 Hodey Donnet

1 min. 27 s. 4/5

1500 cc 1 Michel Doré La Licorne

39 s. 4/5

3 litres 1 Coty Omega six 59 s. 3/5
5 litres 1 Paul Morard Panhard Levassor

57 s. 4/5

 

1928             D'après un article paru dans Ouest Eclair du 01/10/1928 : 

30 septembre - de nouveaux records établis

 

La course de Gaillon a obtenu un gros succès, nombre de records ont été battus.

Le meilleur temps toutes catégories, a été accompli par Morel (Amilcar) qui a monté la côte en 26'' 2/5, moyenne horaire 136 kilomètres 350, battant le record établi par Divo de plus de deux secondes (voir le démenti). En moto, le meilleur temps a été accompli par Eddoura (Koehler-Escoffier) en 27'' 2/5 à la moyenne de 131 kilomètres 327.

 

Les résultats :

Motos

 

125 cc 1 Portrait Dollar

1 min.

60 km/h

2 Favre Moto Record 1 min. 13 s. 3/5

175 cc

1 Sourdot Monet Goyon

44 s. 2/5

81 km/h

2 Tualktin Indian 1 min. 5 s. 4/5

250 cc

1 René Indian

49 s. 2/5

2 Brouet Soyer 52 s. 2/5

350 cc

1 Gaussorgue Monet-Goyon

35 s. 2/5

101,690 km/h

2 Jouvart Indian 36 s. 4/5

 500 cc

1 Francisquet Sunbeam

27 s. 4/5

129,496 km/h

2 Flahaut Indian 29 s.
3 Boescht Magnat Debon 29 s. 4/5

1000 cc

1 Eddoura Koehler-Escoffier

 27 s. 2/5

131,387 km/h

2 Lambert DSM 32 s. 4/5

 

Tricyclecars

 

350 cc 1 Cheret Austral

57 s. 2/5

62,718 km/h

750 cc   Darmon Darmon-Morgan

49 s. 1/5

73,171 km/h

1100 cc 1 Dhome Darmon-Morgan

33 s.

109,090 km/h

2 Sandford Sandford 33 s. 4/5
3 Patron Sandford 36 s.

 

Voitures de sport

 

1100 cc 1 Giraud Cabantou Salmson

32 s. 2/5

93,750 km/h

2 Lepicard Donnet 33 s. 4/5
3 Gendron GM 52 s. 2/5
1500 cc 1 Dutilleux Bugatti

33 s. 2/5

107,780 km/h

2 Grégoire Tracta 47 s.
2 litres 1 Busienne Sizaire

42 s. 4/5

84,110 km/h

2 Saboureau Bignan 52 s. 4/5

3 litres

1 Mlle Yvette Laurent Omega Six

42 s. 4/5

84,900 km/h

 

Voitures de course

 

750 cc 1 De Rovin Rovin

38 s. 4/5

92,780 km/h

1500 cc 1 André Morel Amilcar

26 s. 2/5

136,360 km/h

2 Mlle Lejeune Bugatti 56 s. 3/5
2 litres 1 Mme Jenneky Bugatti

28 s. 3/5

125,870 km/h

2 Coty Bugatti 34 s. 1/5
3 Nandillon Vermandi 40 s. 2/5

 

                 Article paru dans Ouest Eclair du 02/10/1928 : 

1929             D'après un article paru dans Le Matin du 30/09/1929 : 

30 septembre - cette fois, Eddoura a bien battu le record de la côte

 

Trente cinq concurrents ont pris le départ de la vingt cinquième course de Gaillon.

La meilleure performance a été réalisée par Eddoura sur moto 1000 cmc, couvrant le kilomètre départ arrêté et arrivée lancée en 27'' 3/5, soit à la moyenne horaire de 130 kilomètres 430, battant le record général de la côte que détenait Divo avec 28'' 3/5.

 

Les résultats :

Motos

 

100 cc 1 Henger 61,220 km/h
125 cc 1 Portrait

.54,540 km/h

175 cc

1 Sourdot

85,310 km/h

250 cc

1 De Latour

98,360 km/h

350 cc

1 Braconier

86,540 km/h

 500 cc

1 Flahaut

107,180 km/h

1000 cc

1 Eddoura

 27 s. 3/5

130,430 km/h

 

Voitures de sport

 

1100 cc 1 Giraud Cabantou

94,240 km/h

1500 cc 1 Michel Doré

64,280 km/h

2 litres 1 Wegener

46,870 km/h

3 litres

1 Robert Sénéchal

86,950 km/h

5 litres 1 Robert Sénéchal 52,320 km/h

au dessus de

8 litres

1 Robert Sénéchal 60,810 km/h

 

Voitures de course

 

500 cc 1 De Latour

60,200 km/h

750 cc 1 Ménage 50,560 km/h
1100 cc 1 Giraud Cabantou

113,200 km/h

1500 cc 1 Michel Doré 102,860 km/h
2 litres 1 Jean Clercx

86,950 km/h

 

 

A suivre

 

Ch 1 - Vitesse
- Haut de la page -
Ch 2 - Endur.