Proverbes et maximes

C'est un terrible avantage que de n'avoir rien fait, mais il ne faut pas en abuser.

Rivarol.

Antoine de Rivaroli, écrivain, journaliste né le 26 juin 1753, à Bagnol-sur-Cèze, mort le 11 avril 1801 à Berlin

Les Pétaros des Volcans sont sur Facebook

Pour découvrir plus d'infos proposées par les Pétaros via Facebook,

Création de la page : avril 2020

 

 

Mise à jour de la page : 16-05-2020

Edition de 1939

 

3 - Les courses sur vélodromes

3 - 2      Grand Prix   de   l'Auto  des  bicyclettes à moteurs et  petites motos

Créée en 1922 par le journal l'Auto, cette épreuve, qui se disputait sur 100 kilomètres au vélodrome du Parc des Princes, était réservée aux petites cylindrées jusqu'à 125 cm3.

L'épreuve sera courue sur l'autodrome de Montlhéry à partir de 1935, le Parc des Princes n'étant plus adapté aux vitesses atteintes.

 

Désignée par "Grand Prix de l'Auto des bicyclettes à moteur" de 1922 à 1925, elle se transforma en "Grand Prix de l'Auto des petites motocyclettes" (ou motos) jusqu'en 1936, puis devient la Coupe de l'Auto en 1937 et intégra séparément les 175 cmc.

 

 

1922 

 

 L'Auto 29-04-1922

 

Les bicyclettes à moteur auront leur Grand Prix le 12 juin

 

Il aura pour cadre le vélodrome du Parc des Princes et sera une démonstration inégalable de résistance.

 

La bicyclette à moteur est la machine qui vient. Ses progrès mécaniques depuis un an ont été étonnants. Parallèlement son succès auprès du public s'est affirmé très rapide.

Déjà nous avons vu ces petits engins populaires participer à des concours touristiques, à des épreuves de côte.

 

L'Auto a pensé qu'il serait curieux de les voir démontrer leur aptidude au "fond". Nous souvenant de l'intérêt soulevé jadis par les courses réservées au "tiers de litre", au Parc des Princes - courses qui firent tant pour le développement de ce qui était alors "motocyclette à petit moteur" - nous organiserons, le 12 juin, une course de vitesse  sur 100 kilomètres pour les bicyclettes à moteur, à ce même Parc des Princes, dont les dimensions se prêtent bien à une telle démonstration.

 

L'épreuve se disputera par séries de huit machines, qualifiant un ou deux machine, et finale entre les vainqueurs des séries.

Le classement se fera au meilleur temps.

Un classement spécial sera établi pour les machines n'atteignant pas le maximum autorisé de 125 cmc de cylindrée, et cela par fraction décroissante de 20 cmc.

 

Les engagements fixés à 30 francs par machine, sont reçus dès maintenant à l'Auto.

 

 

Le règlement

 

    *  Article premier - : 

 

 

    *  Article deuxième - :

 

 

 

 

 

 

 

 

    *  Article troisième - : 

 

 

 

 

 

 

    *  Article quatrième - : 

 

 

 

   *  Article cinquième - : 

 

 

 

   *  Article sixième - : 

 

 

 

 

  *  Article septième - : 

 

 

 

  *  Article huitième - : 

 

 

 

 

  *  Article neuvième - : 

 

 

  *  Article dixième - : 

 

 

  *  Article onzième - : 

 

 

  *  Article douzième - : 

 

 

 

 

 

 

 

 

  *  Article treizième - : 

 

 

 

 

  *  Article quatorzième - :

 

 

 

 

  *  Article quinzième - : 

 

L'Auto organise, à la date du 12 juin 1922, une épreuve dénomée "Grand Prix des bicyclettes à moteur"

 

Cette épreuve, internationale, est ouverte à toutes les bicyclettes à moteur, telles qu'elles sont définies par le règlement de l'Union Motocycliste de France :r.la cylindrée du moteur ne devant pas excéder 125 cmc.

Néanmoins, outre le classement général, un classement particulier sera fait par fraction de 20 cmc de cylindrée. Les prix seraient ainsi fixés : 1er, 300 fr. ; 2e, 200 fr. ; 3e, 150 fr. ; 4e, 100 fr. ; 5e, 50 fr. ; 6e, 50 fr. 

 

 Le Grand Prix des bicyclettes à moteur sera disputé au Vélodrome du Parc des Princes, sur une distance totale de 100 kilomètres, soit 150 tours de piste, à disputer en séries s'il y a lieu, le premier ou les deux premiers qualifiés pour la finale. Il ne sera pas accepté plus de100 concurrents et plus de huit partants dans chaque série.

 

Les bicyclettes à moteur engagées devront, être équipées conformément au règlement de l'Union Motocycliste de France (épreuve d'endurance et de tourisme).

 

Durant l'épreuve, le véhicule devra être propulsé uniquement pat le moteur, sous peine de  mise hors de course.            L'échappement libre est interdit.

 

Le classement sera établi d'après les temps de parcours employés par les divers concurrents pour couvrir les 100 kil. prévus. Le concurrent qui aura employé le moindre temps sera déclaré gagnant du Grand Prix des bicyclettes à moteur

 

Les engagements émanant de constructeurs ou de particuliers sont admis ; chaque constructeur.peut engager le nombre de bicyclettes à moteur qu'il jugera convenable.

 

 Les concurrents désignés pour piloter les machines devront être munis de la licence délivrée par l'UMF, ou par des pouvoirs sportifs reconnus par la fédération internationale    des clubs motocyclistes.

 

A l'arrivée, les concurrents devront faire constater que leur machine est demeurée conforme aux règlements de l'UMF.

 

Le poids minimum de chaque conducteur est fixé à 60 kilos ; il sera complété par un lest si nécessaire.

 

Le départ sera donné simultanément à tous les engagés rangés d'après leur numéro d'inscription.

 

Tous les concurrents devront porter un dossard de 30x30 portant leur numéro d'ordre. Ce numéro sera répété sur deux plaques de tôle fixées à l'avant sur le coté droit de la machine ; les chiffres y auront une hauteur minimum de 15 centimètres.

Toutes les opérations concernant l'examen des véhicules, leur vérification, auront lieu au Vélodrome, le 10 juin, de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h.

 

Les engagements sont reçus aux bureaux de l'Auto, 10 Faubourg Montmartre ; ils devront être accompagnés du montant des droits d'entrée fixés à 30 fr. par bicyclette à moteur ; ils seront reçus dès aujourd'hui et clos le 9 juin à 18 heures.

 

Tous les points non prévus au présent règlement sont régis par le règlement des manifestations sportives et records de l'ACF.

 

Les commissaires seront MM. Petit, Contet et Ravigneaux.

 

 

L'Auto 10-06-1922

 

Le Grand Prix de l'Auto des bicyclettes à moteur commence lundi

 

En raison du nombre des engagés, nôtre épreuve devra se disputer en cinq matinées, au Vélodrome du Parc des Princes

 

Demain vérification des cylindrées.

 

C'est sur le nombre de 27 machines qu'a été close hier soir la liste des inscriptions pour notre Grand Prix des bicyclettes à moteur. Toutes les marques de la spécialité ont tenu à venir se mesurer dans cette épreuve de fond, où les petits moteurs vont donner mieux que nulle part ailleurs la mesure de leurs moyens puisque sur le vélodrome il lui faudra donner sans répit pendant 150 tours.

 

Ces 27 machines se répartissent en 18 de 125 cmc de cylindrée, 7 de 105 cmc et 2 de 85 cmc.

Il y aura trois classements, un pour chaque catégorie.

 

Comme il ne peut y avoir plus de 8 machines en piste à la fois, conformément au règlement, nous avons divisé les 18 machines de 125 cmc de cylindrée, en trois séries (la 3e étant commune avec les deux machines de 85 cmc). Il faudra donc une finale pour cette catégorie.

 

Les séries seront courrues chaque matin, à 8 heures, au Vélodrome du Parc des Princes, dans l'ordre suivant :

 

Première journée (lundi 11 juin)

 

  * 1re série de la catégorie 125 cmc

 

           1 - La Cyclette I (Lézin)

           2 - La Famocyclette I (Pasche)

           3 - Griffon-Sicam I (Violet)

           4 - Alcyonnette I (Marcel Jolly)

           5 - Monet et Goyon I (Durand)

           6 - PS I (Chéret)

           7 - Rovin-Sicam (Dard)

 

Deuxième journée (Mardi 12 juin)

 

  * 2e série de la catégorie 125 cmc

 

           8 - La Cyclette II (Montmartin)

           9 - La Famocyclette II (Torrens)

         10 - Griffon-Sicam II (Baudelaire)

         11 - Alcyonnette II (Georges Jolly)

         12 - Monet et Goyon II (Janin)

         13 - PS II (Coudert)

         14 - Faure-Sicam (Faure)

 

Troisième journée (Mercredi 13 juin)

 

  * 3e série de la catégorie 125 cmc

 

         15 - Alcyonnlette III (Mennier)

         16 - Alcyonnlette IV (Marc)

         17 - La Mauricette (Boudelot)

         18 - Francesco  (X.)

 

                ... et la catégorie 85 cmc

 

         19 - Monet et Goyon I (Durand)

         20 - Anzani II (Pernette)

         

Quatrième journée (Jeudi 15 juin)

 

  * Catégorie 105 cmc

 

         21 - La Cyclette III (Héros)

         22 - La Cyclette IV (Boutet)

         23 - Evans Cyclemotor I (Pouget)

         24 - Evans Cyclemotor II (Fumart)

         25 - Evans Cyclemotor III (X.)

         26 - Evans Cyclemotor IV (X.)

         27 - La Taylorette (Augereau)

 

Cinquième journée (Vendredi 16 juin)

 

   Finale de la catégorie 125 cmc.

 

Les conducteurs devront posséder la licence 1922 de l'UMF ou de l'une des fédérations affiliées à la FICM.

Le poids des pilotes ne devra pas être inférieur à 60 kilos. Ils porteront un dossard de 30x30, avec le numéro d'ordre ; cette obligation ne supprime pas celle des deux numéros apposés sur le coté droit de la machine, en chiffres de 15 centimètres.

 

Demain le pesage

 

Demain, à 9 heures, au laboratoire de l'ACF, 80 boulevard Bourdon, Neuilly, les machines doivent être présentées pour les diverses opérations de pesage et de vérification.

Les machines doivent être équipées en tourisme : le poids minimum est de 25 kilos sans huile, ni essence, diamètre minimum de pneus 38 m/m (démontables) ; garde boue de 45 m/m de large couvrant 90 degrés au moins de la circonférence pour la roue avant et 180 degrés au moins pour la circonférence de la roue arrière ; le réservoir d'essence doit contenir au moins 1 litre.

 

Les heures de convocation

 

  9 heures : équipes La Cyclette et Griffon-Sicam

  9 h 30 : équipes Evans Cyclemotor et Monet-Goyon.

10 heures : équipes Alcyonnette et Famocyclette

10 h 30 : équipes PS et Anzani

11 heures : équipes Rovin-Sicam et Francesco.

 

Des primes pour les gagnants

 

Outre les prix en espèces décernés par l'Auto, les primes suivantes seront distribuées par la maison Déesse : aux gagnants de chaque catégorie ayant fait la course avec une magnéto Déesse  : 200 fr. s'il est premier de sa catégorie, 100 fr. s'il est second, 50 fr. s'il est troisième.

 

 

L'Auto 11-06-1922

 

Aujourd'hui, premier acte du Grand Prix de l'Auto des bicyclettes à moteur

 

Les opérations préliminaires de pesage et de vérification se dérouleront ce matin, au laboratoire de l'ACF, à Neuilly.

 

Demain, première journée de course au Parc des Princes.

 

Les engagés de notre épreuve subiront aujourd'hui les formalités de pesage et de vérification des machines. Voici l'ordre des convocations :

  9 heures : équipes La Cyclette et Griffon-Sicam

  9 h 30 : équipes Evans Cyclemotor et Monet-Goyon

10 heures : équipes Alcyonnette et Famocyclette

10 h 30 : équipes PS et Anzani

11 heures : équipes Rovin-Sicam, Faure-Sicam, La Mauricette, La Taylorette, Francesco.

 

Le pesage se fera au laboratoire de l'ACF, 80 boulevard Bourdon, à Neuilly.

 

Les machines doivent être équipées en tourisme : le poids minimum est de 25 kilos sans huile ni essence, diamètre minimum des pneus 38 m/m (démontables) ; garde-boue de 45 m/m de large, couvrant 90° au moins de la circonférence pour la roue avant et 180° au moins de la circonférence pour la roue arrière ; le réservoir d'essence doit contenir au moins un litre.

 

Demain, à 8 heures, au Parc des Princes, première série des 125 cmc.

 

Nous avons donné, hier, la répartition des machines en séries et le calendrier de l'épreuve.

Demain aura lieu la première série des 125 cmc, ainsi composée :

 

     1 - La Cyclette I (Lézin)

     2 - La Famocyclette I (Pasche)

     3 - Griffon-Sicam I (Violet)

     4 - Alcyonnette I (Marcel Jolly)

     5 - Monet-Goyon I (Durand)

     6 - PS I (Chéret)

     7 - Rovin-Sicam (Dard)

 

Comment sera composée la finale des 125 cmc

 

Seront classés pour la finale des 125 cmc :

Les deux premiers de la série de 7 machines de demai lundi ; les deux premiers de la série de 7 machines de mardi ; le premier de la série de 4 machines de mercredi ; plus les deux machines ayant fait, en dehors des cinq précitées, le meilleur temps.

 

 

L'Auto 12-06-1922

 

Le Grand Prix de l'Auto des bicyclettes à moteur commence ce matin

 

Les concurrents de la première série prendront le départ à 8 heures, au Vélodrome du Parc des Princes.

 

La première série des 125 cmc

 

Ce matin, à 8 heures, au Parc des Princes, se courra la première phase de notre épreuve de fond pour bicyclettes à moteur. Se trouvent en présence :

    

     1 - La Cyclette I (Lézin)

     2 - La Famocyclette I (Pasche)

     6 - PS I (Chéret)

     7 - Rovin-Sicam (Dard).

 

Cette première série se trouvera réduite à 4 concurrents du fait de l'abstention de Marcel Jolly et de Durand, trois regrettables faits, qui nous priveront de la présence en course de coureurs réputés ; mais la lutte n'en sera pas moins intéressante entre Lézin, l'excellent pilote de La Cyclette ; Pasche, dont la Famocyclette va vite ; Chéret, l'as de PS, qui s'adjugea, il y a huit jours, le record du tour du circuit de Montargis ; et Dard qui s'apprète à faire de belles choses avec sa Rovin-Sicam, préparée tout spécialement en vue de notre Grand Prix.

 

Quelques recommandations

 

Les coureurs devront naturellement observer en course les règlements habituels des pistes :

s'éloigner le moins possible de la corde quand aucun concurrent n'est devant eux, et après avoir doublé un concurrent (à l'extérieur) ne se rabattre à la corde qu'après avoir pris trois longueurs d'avance.

 

Les arrêts pour ravitaillement se feront à la corde, et le coureur dégagera immédiatement la piste en pénétrant sur la pelouse.

 

En cas d'arrêt de la machine dans la ligne opposée, le coureur devra achever la distance le séparant du ravitaillement en poussant sa machine à la main et en marchant sur la pelouse, le long  de la corde.

 

L'échappement libre est interdit.

 

La distance à parcourir est de 100 kilomètres, soit 15 tours de piste.

 

Le pesage d'hier

 

Les petites machines ont défilé hier sur la bascule au laboratoire de l'ACF, et ont été vérifiées et poinçonnées. S'il y eut quelques abstentions parmi les 125 cmc, par contre toutes les machines de 105 cmc, se sont présentées et la course de jeudi matin réservée aux bicyclettes à moteur de cette cylindrée s'annonce comme devant être particulièrement intéressante.

Remercions MM; Mauve et Toussaint qui ont bien voulu nous aider pour les opérations du pesage, et dont l'obligeance fait une fois de plus parfaite.

 

La série de demain

 

Demain matin se courra la deuxième série des 125 cmc ; y prendront part : la 2e Cyclette, avec Montmarin ; la 2e Famocyclette, avec Torrens ; la Monet-Goyon de Janin ; la 2e PS, avec Coudert ; la Faure-Sicam, de Faure.

 

L'Auto 13-06-1922

 

Le Grand Prix de l'Auto des bicyclettes à moteur a fait hier, ses premiers débuts

 

Lézin, sur La Cyclette, gagne la première série des 125 cmc, à près de 65 kilomètres à l'heure de moyenne.

 

Ce matin, à 8 heures : 2e série des 125 cmc., au Vélodrome du Parc des Princes.

 

Les bicyclettes à moteur vont trop vite

 

La première série du Grand Prix des bicyclettes à moteur, créé et organisé par l'Auto, s'est diputée hier matin, sur 100 kilomètres, au Vélodrome du Parc des Princes. Temps favorable et épreuve régulière.

 

Cette première série n'alignait que des vélos dont le moteur avait une cylindrée comprise entre 105 et 125 cmc., de un dixième environ à un huitième de litre.

Quatre concurrents aux prises, la lutte se circonscrivant rapidement entre deux d'entre eux. La Famocyclette s'était présentée avec un moteur sortant à peine de l'usinage et il faudra la revoir pour la juger exactement ; la PS a eu des ennuis d'allumage.

 

Dard, sur Rovin-Sicam, est parti très vite, prenant même un tour à son unique rival, Lézin, sur Cyclette ; à partir de ce moment, le moteur de Dard, sans doute insuffisamment rodé lui aussi - à moins que se soit produit un malheureux décalage du point d'allumage - a baissé de régime ; Lézin a repris bien vite le commandement et poursuivant un train merveilleusement régulier, a fini les 100 kilomètres dans le temps magnifique de 1 h 32 m. 36 s., soit à plus de 65 de moyenne.

 

Dard qui n'avait plus besoin de pousser, a fini en s'assurant la qualification pour la finale.

 

Cette Cyclette constitue un petit engin admirablement compris et tout à fait au point ; son moteur a tourné sans un raté à 4.000 tours minute, ce qui donne lieu de s'émerveiller. Quelle puissance donne alors ce petit 125 cmc. : probablement 2 chevaux et demi.

 

Ainsi, cette première série ne peut, au point de vue mécanique, que provoquer des commentaires favorables. J'ajoute que la partie motrice de la Cyclette est exécutée par les ateliers Goujon, du Val-d'Or, qui sont très justement réputés.

 

Plus de 65 de moyenne pour un vélo à moteur, avec un moteur grand comme un verre de Bordeaux !

Bien sûr c'est tout à fait remarquable, mais ce n'est pas là qu'il faut chercher.

La bicyclette à moteur ne se développera à des centaines de milliers d'exemplaires - comme on doit l'espérer - qu'autant qu'elle se tiendra dans un programme beaucoup plus modéré. Ce qu'il faut poursuivre, c'est un groupe moteur, léger, facilement amovible et n'enlevant à la bicyclette aucune de ses qualités propres ; si le moteur nous lâche, il faut le mettre hors circuit et pouvoir rentrer avec la même aisance que si on portait dans son cadre un poids d'une vingtaine de kilos. Pas de guidon spécial, pas de selle reculée et trop basse. Nous demandons au vélo à moteur de nous donner 18 à 20 de moyenne sur un long parcours, de nous permettre sans pédaler l'escalade de toutes les côtes jusqu'à 10%. Sinon, à vouloir trop faire notre vélo à moteur va devenir rapidement une petite motocyclette. C'est diminuer du même coup - et dans des proportions formidables - tout le champ d'action commerciale.

Je sais bien ce qu'on va dire : Notre Grand Prix comporte un unique classement à la vitesse et par suite le conducteur a été poussé à aller vite.

D'accord ! mais ce qui précède est une critique pour nous ; ces épreuves ont ceci d'excellent que tout le monde y trouve à s'instruire, organisateurs et concurrents.

 

Nous montrerons l'an prochain que nous avons compris et s'il faut déjà envisager une modification au règlement dans son esprit, c'est tout à l'éloge des constructeurs qui ont trop tôt - plus vite que nous osions l'espérer - satisfait victorieusement au programme, cependant très dur, que nous leur avions imposé.

C. Faroux

 

Le classement

 

  1 - Lézin (La Cyclette)...... en 1 h 32 m. 36 s. (moyenne 64 kil. 794)

  2 - Dard (Rovin-Sicam)..... en 1 h. 40 m. 47 s. 1/5

 

Non placés : Pasche (La Famocyclette) et Chéret (PS)

 

La course

 

Le début sur piste de ces engins si populaires que sont devenus les bicyclettes à moteur a été suivi avec curiosité, et la première épreuve du genre, qui eut lieu hier matin au Parc des Princes, nous confirma dans notre certitude qu'il est parfaitement possible de faire courir régulièrement et sans danger plusieurs machines de ce genre sur un vélodrome.

 

La série d'hier, qui réunissait Lézin, Dard, Pasche et Chéret, donna lieu à une très belle empoignade des deux premiers nommés qui, pendant 65 tours, nous offrir le spectacle d'une lutte coude à coude, à une allure endiablée.

La vitesse que soutinrent la Cyclette du premier et le Rovin-Sicam du second, étonna les plus avertis. Certes, on avait vu ces petites machines dépasser 50 à l'heure à Provins. Mais au Parc des Princes, c'est à 65 que s'est élevée la moyenne et il y eut des tours à 70.

C'est un admirable résultat.

 

Dard et Lézin partis en tête, se détachèrent rapidement ; Dard sembla d'abord prendre le meilleur, mais, au 10e tour, Lézin le rejoint ; dès lors, les deux champions restent roue dans roue menant alternativement ; au 20e tour, Dard se détache de 50 mètres, mais au 30e Lézin le suit comme son ombre.

Au 65e tour, Lézin passe, et bientôt il a 100 mètres d'avance ; il semble que le moteur de Dard a faibli ; au 50e kilomètre, abattu par Lézin en 45 m. 23 s. 4/5, Dard a un demi tour de retard ; à ce moment, Pasche et Chéret n'ont couvert que 25 tours. La moyenne de marche est de 67 à l'heure.

Au 82e tour, Lézin, dont la marche est remarquablement régulière, double son adversaire : les 60 kilomètres en 54 m. 25 s. 2/5. Au 94e tour, Lézin s'assure un deuxième tour. Dard s'arrête à ce moment pour ravitailler. Lézin en fait autant, mais repart plus vite, si bien que son avance, aux 70 kilomètres, atteint 9 tours et 11 tours au 90e kilomètre.

Et c'est avec le même écart que Lézin, très applaudi, et dont la course a été magnifique, termine son 100e kilomètre, en 1 h. 32 m. 36 s. 2/5.

 

Il convient de dire à la décharge de Dard, qui fît un si joli début de course, que sa *Rovin-Sicam ne lui fut remise entre les mains que dimanche, au pesage.

L'homme et la machine sont à revoir vendredi.

 

Quant aux deux autres concurrents, ils ne purent donner la mesure de leurs moyens ; Pasche eut des ennuis de bougie et Chéret des démêlés avec sa magnéto.

 

Un certain nombre de personnalités était venu assister à la course : remarqués : MM. Ludovic, Dugand, Violet, Pégulu, de Rovin, A. Laffitte, Mauve, Barthélemy, etc.

 

La machine gagnante

 

La Cyclette est munie d'un moteur deux temps de 54 d'alèsage et de 50 de course, soit 115 cmc. de cylindrée, embrayage métallique, magnéto Déesse, bougie MF, carburateur La Cyclette, pneus Soly.

 

Les temps

 

 

  10 kil.

  20

  30

  40

  50

  60

  70

  80

  90

100

 

 

 

Dard

Dard

Dard

Dard

Lézin

Lézin

Lézin

Lézin

Lézin

Lézin

 

 

      heure       

0

0

0

0

0

0

1

1

1

1

   m.       s.

   9        0

 17      53

 26      40

 36      25

 45      23

 54      24

   4      42

 14        2

 23      26

 32      36

c.

3/5

1/5

2/5

 

4/5

2/5

2/5

1/5

 

2/5

 

 

Dans l'heure : 66 kil. 004, par Lézin.

Meilleur tour : 33 s. 4/5, par Dard (71 kil. 006 à l'heure).

 

Ce matin, à 8 heures, la deuxième série des 125 cmc.

 

A 8 heures, au Parc des Princes, se courra ce matin, la deuxième série des bicyclettes à moteur catégorie 125 cmc., qui comprendra les coureurs suivants :

 

    8 - La Cyclette II (Montmartin)

    9 - La Famocyclette II (Torrens)

  12 - Monet-Goyon II (Janin)

  13 - PS II (Coudert)

  14 - Faure-Sicam (Faure).

 

Cette série est particulièrement ouverte : Montmartin compte marcher sur les traces de son brillant camarade Lézin, le vainqueur d'hier ; Janin excellent pilote de Monet-Goyon, qui fit une si jolie course à Montargis, doit faire très bien aussi, car son adresse, alliée à la vitesse de sa machine, lui permettent tous les espoirs. Enfin, la PS de Coudert a les qualités requises pour compléter le trio. C'est probablement entre ces trois pilotes que la partie se jouera.

 

Demain

 

Se trouveront en présence à la fois les derniers concurrents inscrits en 125 cmc. (La Mauricette de Boudelot et Francesco) et les deux machines de 85 cmc., qui feront l'objet d'un classement séparé (les deux Anzani de Douet et de Pernette).

 

 

* Le moteur et la transmission de La Cyclette victorieuse

L'Auto 14-06-1922

 

La deuxième série du Grand Prix de l'Auto des bicyclettes à moteur

 

Disputée hier matin, elle a vu la victoire de Montmartin sur La Cyclette en 1 h. 33 m. 18 s.,

 

Le vainqueur d'hier a battu les records de la veille jusqu'au 90e kilomètre où il eut la malchance de casser sa courroie.

 

 

 

Le Classement d'hier

 

  1 - Montmartin (La Cyclette), pneus Soly en ....... 1 h 33 m. 18 s. (moyenne 64 kil. 308)

  2 - Coudert (PS) en ............................................. 1 h. 58 m. 57 s. 1/5

  3 - Torrens (La Famocyclette) en ........................ 2 h. 31 m. 25 s. 2/5

 

Deuxième série des vélos à moteur et deuxième victoire de l'excellente Cyclette. Le pilote d'hier, Montmartin, qui a marché avec la même régularité impressionnante que son camarade Lézin, la veille, a battu les records de celui-ci du 15e au 85e kilomètre ; à ce moment, la courroie a sauté et il a perdu près de 3 minutes à en monter une autre.

Certains tours ont été couverts en 34 secondes, soit à plus de 70 à l'heure. Nous aurons assurément une finale impressionnante.

J'ai commis hier une erreur ; dans la première série, Lézin n'a jamais doublé ; l'avance que Dard a eue sur lui au début n'a jamais excédé une soixantaine de mètres.

J'avoue avoir été très impressioné par le fonctionnement absolument impeccable de toute la partie mécanique des Cyclettes ; pas un raté, pas une défaillance, une allure régulière, soutenue ; il y a là, de toute évidence un petit moteur merveilleusement au point et une transmission supérieurement étudiée.

On avait escompter hier une jolie lutte entre la Cyclette et la Monet-Goyon, celle-ci accusant aussi un rendement supérieur et une vitesse élevée. Mais le vainqueur de Montargis a joué de malheur ; un grippage de soupape a empêché toute lutte.

Le second a été Coudert sur PS ; machine également bien comprise et enfin j'ai suivi avec intérêt la mache de Torrens sur Famocyclette.

C'était une machine de série, nullement travaillée pour la course, marchant à 45 très régulièrement et dont l'agencement mécanique est bien compris.

C. Farroux

 

 

L'Auto 14-06-1922

 

La deuxième série du Grand Prix de l'Auto des bicyclettes à moteur

 

Disputée hier matin, elle a vu la victoire de Montmartin sur La Cyclette en 1 h. 33 m. 18 s.,

 

Le vainqueur d'hier a battu les records de la veille jusqu'au 90e kilomètre où il eut la malchance de casser sa courroie.

 

Le Classement d'hier

 

  1 - Montmartin (La Cyclette), pneus Soly en ....... 1 h 33 m. 18 s. (moyenne 64 kil. 308)

  2 - Coudert (PS) en ............................................. 1 h. 58 m. 57 s. 1/5

  3 - Torrens (La Famocyclette) en ........................ 2 h. 31 m. 25 s. 2/5

 

Deuxième série des vélos à moteur et deuxième victoire de l'excellente Cyclette. Le pilote d'hier, Montmartin, qui a marché avec la même régularité impressionnante que son camarade Lézin, la veille, a battu les records de celui-ci du 15e au 85e kilomètre ; à ce moment, la courroie a sauté et il a perdu près de 3 minutes à en monter une autre.

Certains tours ont été couverts en 34 secondes, soit à plus de 70 à l'heure. Nous aurons assurément une finale impressionnante.

J'ai commis hier une erreur ; dans la première série, Lézin n'a jamais doublé ; l'avance que Dard a eue sur lui au début n'a jamais excédé une soixantaine de mètres.

J'avoue avoir été très impressioné par le fonctionnement absolument impeccable de toute la partie mécanique des Cyclettes ; pas un raté, pas une défaillance, une allure régulière, soutenue ; il y a là, de toute évidence un petit moteur merveilleusement au point et une transmission supérieurement étudiée.

On avait escompter hier une jolie lutte entre la Cyclette et la Monet-Goyon, celle-ci accusant aussi un rendement supérieur et une vitesse élevée. Mais le vainqueur de Montargis a joué de malheur ; un grippage de soupape a empêché toute lutte.

Le second a été Coudert sur PS ; machine également bien comprise et enfin j'ai suivi avec intérêt la mache de Torrens sur Famocyclette.

C'était une machine de série, nullement travaillée pour la course, marchant à 45 très régulièrement et dont l'agencement mécanique est bien compris.

C. Farroux

 

 

* Montmartin dans un virage

 

 

La course

 

La deuxième série, courue hier au Parc des Princes, n'a pas été inférieure en intérêt à celle de la première journée et déjà plusieurs records établis la veille par Lézin et Dard ont été battus.

 

C'est au très adroit pilote Montmartin, et à sa Cyclette, - la soeur de la machine victorieuse avant-hier - qu'est revenue la première place, après une admirable performance.

Quel dommage que Montmartin ait perdu sa courroie au 90e kilomètre ! Il s'était assuré, à ce moment, par sa marche progressivement poussée, une avance d'une minute et demie sur les temps de Lézin, et aurait pu dépasser le 65 à l'heure sans ce stupide accident.

Au départ, Coudert prend la tête ; au 2e tour Montmartin prend le commandement ; derrière lui, la lutte pour la deuxième place a lieu entre Coudert et Janin ; c'est le pilote de Monet-Goyon qui prend le meilleur. Au 9e tour, Montmartin, qui s'en va à toute allure, double une première fois Janin et Coudert, puis une deuxième fois après les 10 kilomètres.

Au 22e tour, Janin s'arrête : il a cassé un joint de culasse et, navré, il doit abandonner ; ce fut dommage car Janin se réservait, et sa machine, très vite, devait faire une fin de course intéressante.

Montmartin continue sa marche régulièrement et descend le record des 20 kilomètres ; Coudert est à 6 tours à ce moment. Montmartin rate le record des 30 kilomètres d'une seconde, mais s'adjuge successivement celui des 40, 50, 60 kil., de l'heure, des 70, des 80 et des 90 kil. ; bien en selle virant merveilleusement bien, il abat les tours avec une parfaite régularité approchant le record du tour, à plusieurs reprises, de quelques cinquièmes de seconde, et même une fois d'un cinquième.

Mais à peine a-t-il franchi le cap des 90 kil., que sa courroie saute ; il a vite réparé, mais il ne peut combler ce handicap et finit en 1 h 33 m. 18 s., soit à 42 secondes seulement du temps fait la veille par son camarade Lézin.

 

Ce nouveau succès de la Cyclette a fait une grosse impression ; le moteur s'est montré parfaitement au point et, pas plus hier qu'avant hier, n' a semblé le moins du monde incommodé par cette marche à plein régime de plus d'une heure et demie.

 

Coudert sur sa PS, a fait une performance remarquée, soutenant un eallure très régulière et terminant en moins de deux heures ; quant à la Famocyclette de Torrens, machine sans préparation spéciale et purement de série, elle s'est également fort bien tirée de la tâche demandée.

 

 

Les temps

 

  10 kil.

  20

  30

  40

  50

  60

  70

  80

  90

100

 

Montmartin

Montmartin

Montmartin

Montmartin

Montmartin

Montmartin

Montmartin

Montmartin

Montmartin

Montmartin

    heure       

0

0

0

0

0

0

1

1

1

1

   m.       s.

   9        1

 17      51

 26      41

 35      32

 44      27

    53      26   

   4        8

 13      36

  21      50

  33      18

c.

 

3/5

 

3/5

 

4/5

2/5

4/5

4/5

 

 

Dans l'heure : 66 kil. 050 par Montmartin.

Meilleur tour : 34 s., par Montmartin (70 kil. 588 à l'heure).

 

Les records

 

  10 kil.  Dard (Rovin-Sicam)............12 juin

  20 kil.  Montmartin (La Cyclette)....13 juin

  30 kil.  Dard (Rovin-Sicam)............13 juin

  40 kil.  Montmartin (La Cyclette)....13 juin

  50 kil.  Montmartin (La Cyclette)....13 juin

  60 kil.  Montmartin (La Cyclette)....13 juin

  70 kil.  Montmartin (La Cyclette)....13 juin

  80 kil.  Montmartin (La Cyclette)....13 juin

  90 kil.  Montmartin (La Cyclette)....13 juin

100 kil.  Lézin (La Cyclette).............12 juin

 

        h.              m.            s.             c.

        0                 9            0            3/5

        0               17          51            3/5

        0               26          40            2/5

        0               35          32            4/5

        0               44          27

        0               53          36            4/5

        1                 4            8            2/5

        1               13          36            4/5

        1               21          50            4/5

        1               32          36            2/5

Dans l'heure : 66 kil. 050 (13 juin) par Montmartin (La Cyclette).

Meilleur tour : Dard (Rovin-Sicam), (12 juin)  33 s. 4/5 à la moyenne de 71 kil. 006 à l'heure.

 

L'Auto 15-06-1922

 

Le Grand Prix de l'Auto des bicyclettes à moteur termine ses éliminatoires aujourd'hui

 

Ce fut hier la victoire de Boudelot (La Mauricette)

 

Demain matin, toujours au Parc des Princes, se disputera la grande finale qui opposera tous les qualifiés des quatre premières journées.

 

Le Classement

 

  1 - Boudelot (La Mauricette) ................. 2 h. 15 m. 46 s. 3/5 (moyenne 44 kil. 193)

   Non classé : Francesco (X.)

 

Série 85 cmc

   Non classés : Douet (Anzani) et Pernette (Anzani).   

 

La troisième journée du Grand Prix des bicyclettes à moteur a été fertile en incidents.

Au moment du départ, piste assez mouillée et on se demande si les concurrents pourront virer sans risquer la chute. Boudelot sur Mauricette, puis Pernette sur Anzani, nous montrent rapidement que cela peut aller et le départ est donné avec quelques minutes de retard seulement.

 

En catégorie 125 cmc. Boudelot n'a qu'un seul cocurrent, Francesco, lequel a connu la guigne noire, mais a trouvé cependant le moyen de nous démontrer sa ténacité.

Etant ainsi seul en course, La Mauricette n'a pas eu besoin de pousser et aurait pu néanmoins faire un temps intéressant, si une panne d'essence ne lui avait fait perdre quelques minutes.

 

Dans la petite cylindrée des 85 cmc. - que je persiste à croire la plus intéressante pour l'avenir - nous avions deux Anzani. Celle de Douet, fort rapide eu égard à sa petite cylindrée, a eu dès le début des difficultés avec sa chaîne de transmission ; quant à la seconde, que pilotait Pernette, elle a longtemps marché à merveille et le conducteur, toujours si adroit, mérite autant de compliments que la machine. Puis les ennuis de chaîne ont commencé aussi pour Pernette.

Le petit moteur d'Anzani a beaucoup plu : on y retrouve toute l'habileté d'un maître mécanicien.

Moins pressé par le temps, il va mettre au point sa transmission.

 

On sent bien tout le gros avenir du vélo à moteur et il est caractéristique de noter, chaque matin au Parc des Princes, la présence de M. Durand, l'actif directeur de la branche "cycles et motocycles" chez Peugeot. M. Durand, qui a assurément une grande expérience de la question ne croit pas au vélo à moteur tel que je le souhaite. Je voudrait qu'on pût acheter un groupe complet, qu'on monterait en cinq minutes sur un vélo ordinaire, tout l'ensemble mécanique ne devant pas peser plus de 15 kilos au maximum, et qui permettrait au cycliste de doubler ses étapes quotidienne, par exemple, en lui permettant de grimper les côtes sans fatigue et en lui assurant une moyenne de 20 à l'heure. M. Durand fait remarquer que les cadres de bicyclettes ne sont pas constitués pour résister aux vibrations et que la partie vélo est amenée à ferrailler rapidement.

Oui, si on conserve cette cylindrée excessive de 125 cmc. : mais je crois que la crainte cesse d'être justifiée si on a recours à un petit moteur, car pour demeurer sages, il ne faut pas donner au cycliste plus de 3/4 de cheval ; c'est pour une petite puissance seulement que de l'aide du pédalage peut devenir effective.

Il y avait également au Parc des Princes, M. Bessière, qu'ont rendu célèbre la grenade VB et plusieurs autres belles inventions de guerre. M. Bessière qui est un mécanicien-né, a réalisé le "micromoteur", ce petit engin qui a remporté le Grand Prix du Touring Club de France. La réalisation Bessière constitue exactement ce que je souhaite : un proche avenir dira si j'ai eu raison de voir, dans cette voie, le véritable destin commercial de la bicyclette à moteur.

Charles Farroux

 

La course

 

Au départ, Boudelot et Pernette se détachent immédiatement, tandis que Douet et Francesco ont des ennuis sur leur machine dès les premiers tours. Au bout de 5 kilomètres, Boudelot a pris 100 mètres.

Au 10e kilomètre Pernette se rapproche, mais Boudelot repart. Douet, qui a changé sa chaîne, revient en piste, mais presque aussitôt sa chaîne saute à nouveau.

La lutte entre Boudelot et Pernette se continue pareille, le premier se détachant progressivement et s'assurant un tour d'avance au 55e tour. A ce moment Pernette voit aussi sa chaîne sauter. Puis c'est au tour de Boudelot de se voir immobilisé. Si bien qu'à ce moment... il n'y a plus personne en piste.

La pluie fait son apparition, rendant le ciment glissant, mais non impraticable. Mais bientôt Boudelot, Douet, Pernette repartent, et même Francesco. La course reprend, Douet cassant un carburateur abandonne, et Francesco qui a des ennuis avec sa magnéto en fait autant.

Boudelot et Pernette continuent de tourner. Le premier achève les 100 kilomètres sans incident ; mais le second voit son carburateur le lâcher au 75e kilomètre et ne peut aller jusqu'au bout.

 

Les temps

 

 

  10 kil.

 

  20

 

  30

 

  40

 

  50

 

  60

 

  70

 

  80

  90

100

 

Boudelot

Pernette

Boudelot

Pernette

Boudelot

Pernette

Boudelot

Pernette

Boudelot

Pernette

Boudelot

Pernette

Boudelot

Pernette

Boudelot

Boudelot

Boudelot

    heure       

0

0

0

0

0

0

0

1

1

1

1

1

1

1

1

1

2

 m.      s.

 11      51

 11      54

 23      26

 23      33

 35      06

    35      29   

 46      51

 19      21

 08      35

 32      51

     20      31

     46      13

     32      39

     59      50

     45      47

     57      15

     15      46

c.

4/5

4/5

4/5

3/5

1/5

1/5

1/5

2/5

1/5

2/5

3/5

4/5

3/5

2/5

1/5

1/5

3/5

 

Dans l'heure : 48 kil. 785 par Boudelot.

Dans les 2 heures : Boudelot, 92 kil. 350

 

Ce matin, la série des 105 cmc.

 

Au tour de la catégorie 105 cmc. ; c'est ce matin que se courra leur série, série unique en raison du nombre des engagés : sept, qui a permis de les faire partir en une seule fois. Les partants sont :

 

     21 - La Cyclette III (Héros)

     22 - La Cyclette IV (Lézin)

     23 - Evans Cyclemotor I (Pouget)

     24 - Evans Cyclemotor II (Fumart)

     25 - Evans Cyclemotor III (Liaudois)

     26 - Evans Cyclemotor IV (de Neufville)

     27 - La Taylorette (Augereau).

 

Cette rencontre s'annonce comme très réussie : on y verra en effet les soeurs cadettes des Cyclettes triomphatrices lundi et mardi, et qui vont vite aussi, toutes proportions gardées ; elles seront pilotées par Héros et Lézin ; leurs adversaires seront un quatuor d'Evans Cyclemotor, dont la qualité est bien connue et dont il faut attendre une belle course, les pilotes Pouget, Fumart, Liaudois et de Neufville sont des motocyclistes endurcis et expérimentés ; enfin ce sera le début de La Taylorette, dont la machine sera conduite par l'ex-champion cycliste Augereau, lequel s'occupe maintenant de fabrication de moteurs.

 

Demain, la finale !

 

La finale se courra, comme nous l'avions annoncé primitivement, demain vendredi.

Sont qualifiés par les éliminatoires : Lézin (La Cyclette), Dard (Rovin-Sicam), Montmartin (La Cyclette), Coudert (PS), Boudelot (La Mauricette), Torrens (La Famocyclette).

 

Les concurrents sont priés de se trouver à 7 h 30 au Parc des Princes pour vérification des machines.

 

 

L'Auto 16-06-1922

 

Le Grand Prix de l'Auto des bicyclettes à moteur

 

oppose, ce matin à 8 heures, dans la finale au Perc des Princes, tous les qualifiés des quatre journées éliminatoires.

 

Héros et Lézin, tous deux sur La Cyclette, ont enlevé hier les 1e et 2e places des 105 cmc.

 

 

Le classement

 

  1 - Héros (La Cyclette) .......................... 1 h. 28 m. 44 s. 1/5    (moyenne 60 kil. 769)

  2 - Lézin (La Cyclette) ........................... 1 h. 43 m. 45 s. 2/5  

  3 - Liaudois (Evans Cyclemotor) ........... 1 h. 43 m. 51 s. 1/5

  4 - Pouget (Evans Cyclemotor) ............. 2 h. 0 m. 18 s. 1/5

  5 - De Neufville (Evans Cyclemotor) ..... 2 h. 16 m. 5 s. 2/5

  6 - Fumart (Evans Cyclemotor) ............. 2 h. 18 m. 16 s. 4/5

 

La série unique des 105 cmc., nous a donné hier un spectacle d'un intérêt soutenu ; la lutte fut ardente, et les performances dignes de remarques.

Ce fut un nouveau triomphe pour La Cyclette, qui enleva les deux premières places, et dont les machines firent une impression non moins forte que celles qui gagnèrent lundi et mardi en 125 cmc. La préparation de la firme du boulevard de Grenelle a été vraiment soignée, et le succès récompense les dirigeants de la marque.

 

Héros a galopé magnifiquement par dessus le lot ; en tête au premier virage, il finit à près de 61 de moyenne, sans une défaillance ; le moteur a donné simplement d'un bout à l'autre.

Comme il est dommage que Lézin ait eu une bougie encrassée au départ !

Sans cela, il eût tenu tête à son camarade Héros, et on aurait assisté à une belle lutte.

Mais Lézin fit quand même une course pleine d'intérêt, réussissant à remonter jusqu'à la deuxième place.

Liaudois fut excellent ; il se classe en tête de l'équipe Evans Cyclemotor, en 1 h. 43 m., et cette moyenne de près de 58 à l'heure pour une machine de 90 cmc. de cylindrée est admirable. La performance d'ensemble des quatre Evans, machines de série, est à souligner : quatre au départ elles furent quatre à l'arrivée, sans qu'aucune ait fléchi un seul instant.

Enfin, regrettons le stupide incident qui élimina Augereau au moment où il s'annonçait comme candidat sérieux à la deuxième place : parce que son réservoir creva, Augereau dut renoncer à la lutte ; sa Taylorette, si jolie de lignes et d'une mécanique si sérieuse, devait bien figurer, et il faudra la revoir en course.

  

 

La course

 

L'envolée des sept machines est très réussie, et le groupe aborde très bien le petit virage ; Héros prend la tête, suivi de Liaudois et de Pouget dans l'ordre, puis viennent Augereau, de Neufville et Fumart. Lézin est arrêté déjà par une bougie encrassée et perd 5 tours dès le début.

Dès le 3e tour Héros s'est assuré un demi-tour d'avance et, au 5e tour, un tour complet. Derrière lui, s'échelonnent Liaudois, Augereau et Pouget.

Lézin, reparti, marche fort bien et commence à se dédoubler sur ses adversaires, Héros excepté. Celui-ci qui marche superbement, abat très régulièrement ses 10 et 20 tours, en des temps excellents, si l'on songe qu'il ne s'agit que de cylindrées inférieures à 105 cmc. Au 20e kilomètre, Augereau, dont la marche était très régulière et dont la jolie machine était très remarquée, doit s'arrêter : son réservoir est crevé et il n'a plus une goutte d'essence, et cette panne stupide élimine de la course un élément qui s'annonçait intéressant.

Au 30e kilomètre, Héros a 4 tours d'avance sur Liaudois et sept tours sur Lézin qui a réussi à se placer troisième. Il couvre 32 kil. dans la première demi-heure, et continue sa marche victorieuse sans le moindre incident, à plus de 60 à l'heure.

Au 50e kil. de Héros, Lézin arrive sur le second, Liaudois, et peu après le passe. Voici donc les deux Cyclette en tête, l'une précédant l'autre de 6 tours.

Les quatre Evans font une très belle course d'équipe : il convient de remarquer que ce sont des machines strictement de série et d'une cylindrée de 90 cmc. selement.

 

Héros fait 61 kil. 655 dans l'heure, les 70 kil. en 1 h. 8 m., les 80 kil. en 1 h. 17 m.

Puis il s'arrête quelques instants pour ravitailler et termine sans incidents en 1 h. 38 m. 44 s. 1/5.

 

La deuxième place donna lieu à une arrivée très intéressante : Lézin, qui avait eu pour objectif tout au long de la course de remonter les concurrents sauf Héros, y était parvenu et avait pris un tour à Liaudois, faiblit un peu sur la fin ; aussi Liaudois faillit-il combler son retard : il s'en fallut de 100 mètres seulement. 

 

 

Les temps

 

  10 kil.

  20

  30

  40

  50

  60

  70

  80

  90

100

 

 

Héros

Héros

Héros

Héros

Héros

Héros

Héros

Héros

Héros

Héros

 

    heure       

0

0

0

0

0

0

1

1

1

1

 

 m.      s.

  9      39

 19      11

 28      55

 39        7

 48      46

    58      18   

   8        2

 17      49

 28      39

 38      44

     

c.

1/5

2/5

2/5

2/5

2/5

2/5

2/5

1/5

4/5

1/5

 

Dans la demi-heure : Héros, 32 kilomètres.

Dans l'heure : Héros 61 kil. 655.

 

 

Ce matin, la finale

 

A 8 heures, au Parc des Princes, se jouera la dernière phase de notre Grand Prix des bicyclettes à moteur.

On verra cette fois en présence les vainqueurs des trois séries éliminatoires de la catégorie 125 cmc., auxquels s'adjoindra la petite 105 cmc., qui gagna sur l'épreuve réservée aux machines de cette cylindrée, et que le constructeur ne craint pas d'aligner contre les autres, à titre de démonstration. Il n'est pas douteux que la machine de Héros, fera une jolie performance malgrè qu'elle se trouvera au lilieu d'adversaire à moteur plus puissant.

 

Sont donc partants :

 

      1 - La Cyclette I (Lézin)

      7 - Rovin-Sicam (Dard)

      8 - La Cyclette II (Montmartin)

      9 - La Famocyclette II (Torrens)

    13 - PS II (Coudert)

    17 - La Mauricette (Boudelot)

    21 - La Cyclette III 105 cmc. (Héros).

 

Les machines devront être présentées à 7 h. 30 au Parc des Princes, pour vérification des plombs et des poinçons.

 

Il est évident, étant données les performances accomplies au cours des éliminatoires, que la bataille se livrera entre Dard, Lézin et Montmartin.

Les machines de ces trois coureurs sont actuellement détentrices des meilleurs temps : la Rovin-Sicam possède le record des 10 kil., des 30 kil. et du tour ; La Cyclette de Lézin celui des 100 kil. ; La Cyclette de Montmartin ceux des 20 kil., 40 kil., 50 kil., 60 kil., 70 kil., 80 kil., 90 kil. et de l'heure.

Les trois machines sont très près les unes des autres, et les pilotes se sont montrés excellenets tous trois. Nous auront à coup sûr une lutte acharnée et palpitante.

 

 

Les records de l'épreuve

 

  10 kil.  Dard (Rovin-Sicam)............12 juin

  20 kil.  Montmartin (La Cyclette)....13 juin

  30 kil.  Dard (Rovin-Sicam)............13 juin

  40 kil.  Montmartin (La Cyclette)....13 juin

  50 kil.  Montmartin (La Cyclette)....13 juin

  60 kil.  Montmartin (La Cyclette)....13 juin

  70 kil.  Montmartin (La Cyclette)....13 juin

  80 kil.  Montmartin (La Cyclette)....13 juin

  90 kil.  Montmartin (La Cyclette)....13 juin

100 kil.  Lézin (La Cyclette)..............12 juin

 

        h.              m.            s.             c.

        0                 9            0            3/5

        0               17          51            3/5

        0               26          40            2/5

        0               35          32            4/5

        0               44          27

        0               53          36            4/5

        1                 4            8            2/5

        1               13          36            4/5

        1               21          50            4/5

        1               32          36            2/5

 

Dans l'heure : 66 kil. 050 (13 juin), par Montmartin (La Cyclette).

Meilleur tour : Dard (Rovin-Sicam), le 12 juin, en 33 s. 4/5 (71 kil. 006 à l'heure).

 

* Héros, Montmartin et Lézin

L'Auto 17-06-1922

 

Lézin, Montmartin et Héros, tous trois sur La Cyclette, sont les trois vainqueurs du Grand Prix de l'Auto des bicyclettes à moteur.

 

Ils s'en assurent les trois premières places à 4 minutes d'intervalle les uns des autres.

 

Les résultats d'hier

 

  1 - Lézin (La Cyclette 125 cmc. pneus Soly) ............ 1 h. 28 m. 41 s. 1/5 (moy. 67 kil. 656)

  2 - Montmartin (La Cyclette 125, pneus Soly) .......... 1 h 32 m. 7 s. 3/5

  3 - Héros (La Cyclette 105 cmc.) pneus Soly ........... 1 h. 40 m. 52 s. 1/5

  4 - Dard (Rovin-Sicam 125 cmc.) .............................. 1 h. 44 m. 31 s. 2/5

  5 - Coudert (PS 125 cmc.) ........................................ 1 h. 47 m. 26 s. 4/5

  6 - Boudelot (La Mauricette 125 cmc.) ...................... 2 h.  2 m. 31 s. 1/5

 

 

Une magnifique course

 

Les bicyclettes à moteur ont gagné leur cause, hier, définitivement, et la finale courue entre les meilleurs classés des séries éliminatoires fut une course admirable, où les tous petits moteurs ont étonné ceux-là même qui avaient la plus grande foi en leur avenir.

 

La course fut un véritable triomphe pour La Cyclette dont les machines ont confirmé leurs performances des jours précédents, en faisant la plus jolie course d'équipe qu'il soit possible de voir en dominant incontestablement le lot ; en effet, les deux 125 cmc. de Lézin et de Montmartin et même la cadette de 105 cmc. de Héros, se sont adjugé les trois premières places. Leur marche a été sans histoire et ce fut un vrai régal d'assister à leur ronde si régulière, les moteurs ronflant impeccablement, sans paraîter à l'ouvrage.

Lézin et Montmartin se sont livrés, pendant plus de 90 kilomètres, un duel passionnant, ne pouvant se lâcher, ils ont descendu, tantôt l'un tantôt l'autre tous les records. Quel dommage que Montmartin ait eu un petit ennui de courroie sur la fin !

Mais ne considérons que l'exploit d'ensemble ; les trois Cyclette se classent en tête et les deux premières établissent des records impressionnants.

 

Cette splendide victoire vient récompenser une firme qui a opiniâtrement travaillé la question de la bicyclette à moteur et a su établir des machines simples, bien au point et jolies de lignes.

A son succès il convient d'associer le pneu Soly qui équipait les vainqueurs.

Quant au quatrième Dard, il se montra le bon pilote que l'on connait ; mais ne jugeons pas sa Rovin-Sicam sur sa course d'hier ; la machine, prête trop tard, manqua de mise au point ; elle eut  par moments de belles pointes de vitesse.

 

Retenons l'impression d'ensemble que nous donna la course ; il n'est plus permis de douter de la bicyclette à moteur maintenant qu'elle s'est joué des difficultés d'une épreuve de 100 kilomètres sur piste, la plus dure que l'on pouvait lui imposer.

Soyons certains qu'à ces succès sportifs vont bientôt s'ajouter des succès commerciaux ; il y a là toute une nouvelle branche industrielle dans laquelle la construction française a pris une belle avance.

 

 

La course

 

La finale a amené au Parc des Princes, malgrè l'heure matinale, un plus grand nombre de spectateurs que les jours derniers ; on sait, en effet, que c'est la rencontre des as et que la lutte sera ardente.

S'alignent au départ les trois vainqueurs des séries : Lézin, Montmartin (les champions de La Cyclette), et Boudelot, le pilote de La Mauricette ; Dard qui se classa second le premier jour sur Rovin-Sicam, et Coudert, second du deuxième jour sur PS ; enfin Héros, le vainqueur de la série des 105 cmc.

 

Dès le départ, Montmartin et Coudert prennent le commandement ; puis se forme un peloton de tête composé de Lézin, Dard et Montmartin ; derrière le trio vient Héros.

Au 10e tour, Boudelot et Coudert sont doublé ; au 12e, c'est Héros et au 13e, Dard. Voici donc le tandem Lézin-Montmartin bien détaché ; les deux Cyclette marchent à grande allure ; les 10 kilomètres sont couverts en 8 m. 39 s. 1/5 (le record est battu de 21 s.). A ce moment, Dard s'arrête quelques instants et perd la troisième place au bénéfice de Héros (à 2 tours), les autres à 5 tours.

Puis c'est le record des 20 kil. qui descend, pour 34 s., et celui des 30 kil. pour 40 s.

Le duo Lézin-Monrmartin marche magnifiquement, augmentant sans cesse son avance ; 34 kil. 625 sont couverts dans la demi-heure. A ce moment Héros est à 4 tours des leaders, Boudelot à 6, Coudert à 7, Dard à 8.

Aux 40 kilomètres, l'avance sur le record est montée à 54 secondes, et aux 50 kil. à une minute. Les deux Cyclette continuent leur marche triomphale sans histoire.

Aux 60 kilomètres, couverts en 52 m. 15 s., le record est battu de 1 m. 21 s., Héros est à 7 tours, Boudelot à 10 tours, Coudert à 11, Dard à 12.

Dans l'heure, Lézin et Montmartin couvrent 68 kil. 610. La valse des records continue, aux 70 kil., 80 kil. et aux 90 kil.

 

A ce moment la machine de Dard semble se réveiller et le pilote de Rovin se maintient de nombreux tours dans la roue des leaders, se dédoublant plusieurs fois sur Boudelot et Coudert. Héros se met de la partie et on assiste à une jolie lutte en paquet des quatre machines.

Dans les derniers kilomètres Héros, d'abord, Montmartin ensuite s'arrêtent quelques instants, leur courroie patinant. Aussi n'eut-on pas le spectecle attendu de la lutte coude à coude jusqu'au poteau des deux champions de La Cyclette.

 

Lézin, qui pas un moment, ne ralentit l'allure, termine en 1 h. 28 m. 41 s. 1/5, soit à près de 68 à l'heure. Trois minutes et demi après, Montmartin franchit à son tour la ligne d'arrivée, puis c'est la petite 105 cmc. de Héros, qui s'est maintenu tout près des deux premières, complétant superbement la victoire de La Cyclette.

Dard est quatrième, Coudert cinquième et Boudelot sixième ; car - le fait est à noter - les six machines partantes ont terminé.

 

 

Les temps et les records

 

Lézin et Montmartin, tous deux sur La Cyclette, ont battu, tous les records au cours de l'épreuve d'hier. Tous les temps suivants, faits par eux dans cette finale, constituent des records :

 

  10 kil.  Lézin (La Cyclette)................16 juin

  20 kil.  Lézin (La Cyclette)................16 juin

  30 kil.  Montmartin (La Cyclette........16 juin

  40 kil.  Lézin (La Cyclette)................16 juin

  50 kil.  Lézin (La Cyclette)................16 juin

  60 kil.  Montmartin (La Cyclette).......16 juin

  70 kil.  Montmartin (La Cyclette).......16 juin

  80 kil.  Lézin (La Cyclette)................16 juin

  90 kil.  Lézin (La Cyclette)................16 juin

100 kil.  Lézin (La Cyclette)................16 juin

 

        h.              m.            s.             c.

        0                 8          39            1/5

        0               17          17            4/5

        0               26            0            4/5

        0               34          38            1/5

        0               43          27            2/5

        0               52          15            4/5

        1                 1          15            1/5

        1               10          37            1/5

        1               19          34            4/5

        1               28          41            1/5

 

Dans la demi-heure : 34 kil. 625, par Lézin.

Dans l'heure : 68 kil. 610, par Montmartin.

Meilleur tour : 33 s. 1/5 (72 kil.276 à l'heure), par Lézin.

 

 

L'Auto 03-08-1922

 

Les prix de notre épreuve des bicyclettes à moteur

 

Les classements établis à l'issue de notre Grand Prix des bicyclettes à moteur, couru en juin au Parc des Princes, venant d'être homologués par la commission sportive de l'UMF, les coureurs suivants : Lézin, Montmartin, Dard, Coudert, Boudelot, Héros, Pouget, de Neufville, Fumart, sont prévenus qu'ils peuvent, dès maintenant, passer à la caisse de l'Auto se faire payer les prix leur revenant.

 

1923 

 

L'Auto 11-01-1923

 

Le Grand Prix des bicyclettes à moteur se courra le 8 juillet

 

L'Union Motocycliste de France ayant dû, à cause des dates choisies pour les Grands Prix de l'ACF, avancer au 24 juin son Grand Prix des motocyclettes, l'Auto, qui avait retenu ce jour pour son Grand Prix des bicyclettes à moteur, décale de quinze jours cette épreuve pour laquelle la date du 8 juillet a été officiellement retenue.

 

 

L'Auto 28-04-1923

 

Le 2e Grand Prix des bicyclettes à moteur

 

Le règlement

 

Article premier

 

 

 

 

Article 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article 3

 

 

 

 

 

Article 4

 

 

 

 

 

 

Article 5

 

 

 

 

 

 

 

 

Article 6

 

Article 7

 

 

 

 

Article 8

 

 

 

 

 

 

 

 

Article 9

 

 

 

 

 

 

Article 10

 

 

 

 

 

 

 

Article 11

 

 

 

 

 

Article 12

 

 

 

 

 

 

 

 

Article 13

 

 

 

 

Article 14

 

 

 

 

Article 15

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article 16

 

 

 

 

 

 

Article 17

 

 

 

 

 

 

 

Article 18

 

 

 

Article 19

 

 

Article 20

 

 

Article 21

L'Auto organise le 8 juilllet et jours précédents, s'il y a lieu, dans les conditions fixées à l'article 5, son deuxième Grand Prix des bicyclettes à moteur, épreuve de vitesse internationale, se disputant sous les règlements de l'UMF.

 

Pourront y prendre part les véhicules suivants : 

    A - bicyclettes à moteur de cylindrée maximum de 75                    cmc.(poids minimum 20 kilos sans huile et essence ;              diamètre minimum des pneus 32 m/m).

    B - Bicyclettes à moteur de cylindrée maximum de 100                cmc. (poids minimum 25 kilos sans huile ni essence ;              diamètre minimum des pneus 38 m/m)

          Les pneus comprendront une chambre à air et une                enveloppe séparées. Le pédalier sera immobilisé. Les            machines devront être munies de deux freins i                        ndépendants.

 

L'épreuve est ouverte aux constructeurs, qui pourront engager un nombre illimité de véhicules. Les engagements provenant de particuliers ne seront acceptés que s'ils sont accompagnés d'une autorisation spéciale délivrée par le constructeur de la machine.

 

La course aura lieu au vélodrome du Parc des Princes (666 m. 66 au tour de piste).

Elle comprendra deux épreuves distinctes ; l'une pour la catégorie 75 cmc., l'autre pour la catégorie 100 cmc.

La distance de la course, pour chaque catégorie, est fixée à 100 kil. soit 150 tours de piste.

 

Si le nombre des engagés dépasse le chiffre 8 dans chaque catégorie, il sera procédé à la composition de séries. Les séries comprendront huit machines chacune au maximum. Elles se courront au cours des journées précédant le 8 juillet (cette date étant réservée à la finale de chaque catégorie). La composition et la date des séries seront arrêtées par le jury aussitôt après la clôture des engagements et au plus tard le 27 juin.

 

Les séries seront courrues également sur 100 kilomètres.

 

Dans chaque catégorie, les huit machines désignées pour courir la finale seront celles qui, dans la série de leur catégorie, auront réalisé le meilleur temps, quel que soit leur classement dans leur série. 

 

A partir du 27 juin (date de la publication des séries) et au plus tard au 30 juin, 18 h., les maisons engagées feront connaître aux organisateurs la liste nomminative complète de leurs coureurs, ainsi que la désignation de la machine affectée à chacun. Cette liste ne pourra être plus être modifiée ultérieurement. Les maisons désigneront autant de coureurs que de machines, un coureur ne pouvant être désigné que pour une seule machine.

 

Les départs seront donnés en groupe et arrêté. Les concurrents devront serrer la corde de laquelle ils ne pourront s"écarter que pour doubler une autre machine. On doublera obligatoirement à droite. Uncoureur venant de doubler un autre ne se rabattra à la corde qu'après s'être assuré deux longueurs d'avance.

 

Si, pour une circonstance quelconque, un concurrent est obligé de s'arrêter, il devra, sous peine d'être mis hors course, achever le tour commencé à pie, en bordure du ciment, en poussant sa machine à la main, et venir passer devant le postede chronomètrage avant de rejoindre son poste de ravitaillement. Le fait de traverser la pelouse entraînera la mise hors course.

 

Chaque maison concurrente pourra installer en bordure de la piste, à l'intérieur de celle-ci, au long de al ligne d'arrivée et au-delà du poste de chronomètrage, un stand sommaire où les concurrents pourront se ravitailler et réparer dans les limites prescrites à l'article 12.

 

Les concurrents obligés de s'arrêter pour ravitailler quitteront immédiatement la piste pou rentrer sur le stand de leur maison. Ils ne pourront apporter à leur machine que des réparations n'affectant ni les organes, ni les pièces plombées ou poinçonnées. Ravitaillement et réparations ne pouvant être faits que par les pilotes eux-mêmes, nulle personne étrangère ne pourra toucher leur machine pendant l'arrêt au stand.

 

Les pilotes devront possèder, soit la licence de l'Union Motocycliste de France, soit une licence délivrée par  des pouvoirs sportifs étrangers reconnus par la Fédération Inetrnationale des Clubs Motocyclistes.

 

Les pilotes devront peser au moins 60 kilos. En cas de besoin, leur poids sera complété par un lest. Ils porteront un casque du modèle règlementaire et des chaussures à semelles non cloutées.

 

Le numéro affecté à chaque machine figurera sur deux plaques rigides : l'une placée devant le guidon face à l'avant, de 20cm sur 15 ; l'autre apposée sur le côté droit contre la roue avant ou la roue arrière au choix, ayant la forme d'un disque de 20 cm de diamètre.

Le numéro sera peint sur chacune des plaques en blanc sur fond noir. Les concurrents fourniront eux-mêmes ces plaques. De plus les pilotes porteront un dossard où figurera une troisième fois le même numéro. Ce dossard sera fourni par les organisateurs.

 

Les machines seront présentées aux commissaires avant l'épreuve pour les opérations de vérification, de pesage,de pllombage et de poinçonnage ; des convocations seront adressées à chaque maison à cet effet.

Ces opérations auront lieu au laboratoire de l'ACF, à Neuilly, à partir du 30 juin.

 

Toute réclamation devra être présentée par écrit, être accompagnée d'une somme de 50 francs et être remise aux commissaires :

  - Au pesage, pour celles relatives à la qualification des              véhicules ou des pilotes.

  - Au vélodrome, et dans la demi-heure qui suivra la fin de        l'épreuve, pour celles relatives à l'épreuve.

 

Les machines seront tenues à la disposition des commissaires avant le départ, et après l'arrivée de la course pour vérification des plombs et des poinçons.

 

Les commissaires sportifs seront MM. Faroux, Mauve, Cazalis, berson et Latour.

 

Les prix suivants seront attribués pour la finale de chaque catégorie : 200, 150, 100, 100 et 50 fr.

 

Les engagements sont fixés à 30 fr. par machine. Ils seront clos à droit simple le 16 juin, à 18 heures.

 

L'Auto 23-06-1923

 

Le 2e Grand Prix des bicyclettes à moteur 

 

L'épreuve doit être remise

 

La piste du Parc des Princes nécessite des réparations assez importantes ; nous comptions que les travaux seraient terminés pour notre épreuve du 8 juillet. Malheureusement, les conditions atmosphèriques sont tellement déplorables, et le mauvais temps se maintient avec une telle insistance qu'il n'est plus possible à l'heure actuelle d'escompter la réfection complète du ciment dans 15 jours.

Il fallait prendre une décision. La sécurité des concurrents et la régularité de l'épreuve exigent que la course n'ait lieu que sur une piste en parfait état. Aussi avons-nous dû demander à l'UMF de nous accorder une date ultérieure, dans le début d'août et avertir les maisons engagées de l'impossibilité où nous nous trouvons de donner le 2e Grand Prix des bicyclettes à moteur le 8 juillet.

Dès que la nouvelle date nous aura été consédée par la Fédération, nous en avertirons les intéressés.

 

 

L'Auto 02-08-1923

 

Le 2e Grand Prix des bicyclettes à moteur aura lieu le 12 août au Parc des Princes

 

On s'engage à l'Auto

 

N'ayant pu, à cause des réparations que nécessitait le ciment du Parc des Princes, faire disputer notre Grand Prix des bicyclettes à moteur le 8 juillet, nous avons dû reporter cette intéressante épreuve au mois d'août. La Commission Sportive de l'UMF, venant de nous accorder la nouvelle date que nous avions demandée, nous pouvons donc dire officiellement aux nombreux concurrents qui se sont préparés en vue de cette course qu'elle aura lieu le 12 août.

Précisons : le 12 août sera la date des finales, finale des 75 cmc., et finale des 100 cmc. (l'épreuve comportant deux catégories).

Suivant le nombre des machines participantes, des séries seront courues la veille et l'avant-veille, afin que soient désignés dans chaque catégorie les huit concurrents appelés à disputer la finale. C'est le temps seul qui départagera les concurrents.

La distance aussi bien pour les séries que pour , est de 100 kilmètres, soit 150 oturs de piste.la finale

 

1924 

 

L'Auto 15-05-1924

 

Le Grand Prix des bicyclettes à moteur aura lieu le 29 juin, pour laa 3e année au Parc des Princes

 

Comme en 1922 et en 1923, l'Auto organisera cet été sa grande épreuve de vitesse sur piste, réservée aux bicyclettes à moteur, course qui eut chaque fois un retentissement considérable par les performances inattendues réalisées par les vainqueurs sur les distances classiques de l'heure et des 100 kilomètres.

L'Union Motocycliste de France vient de nous accorder la date du 29 juin pour les finales de notre Grand Prix. L'épreuve, bien entendu, aura lieu au vélodrome du Parc des Princes, dont les vastes dimensions et le dessin parfait permettent de dire qu'il est le Brooklands des vélomoteurs.

 

Les deux catégories règlementaires - 75 cmc. et 100 cmc. - auront chacune leur épreuve à part.

La finale de chaque catégorie ne pouvant comprendre, par mesure de sécurité et de régularité, plus de huit machines, il sera procédé, les jours précédents, à des éliminatoires destinées à désigner les huit meilleurs machines de chaque catégorie.

La construction des vélomoteurs continuant de faire de rapides et surprenants progrès, et la lutte sportive étant très âpre entre les nombreuses maisons spécialisées dans cette fabrication bien française, il est certain que le Grand Prix de l'Auto connaîtra, en 1924, un succès considérable, et que les records vont subir de rudes assauts.

 

 

L'Auto 12-06-1924

 

Le 3e Grand Prix des bicyclettes à moteur

 

Après-demain, clôture des engagements à droit simple

 

Résumons en quelques lignes ce qu'est notre épreuve.

Comme il s'agit d'une course de vitesse, les machines ne sont astreintes qu'aux règlementations de cylindrée, de poids, de diamètre de pneus prévues officiellement par l'UMF. De plus le pédalier sera immobilisé. Deux freins indépendants seront exigés.

 

L'épreuve se court en séries et finale de huit.

Ce sont (dans chaque catégorie : 100 cmc. et 75 cmc.) les huit machines ayant effectué le meilleur temps au cours des séries qui sont désignées pour la finale.

Les finales ayant lieu le dimanche 29 juin, les séries auront lieu les jours précédents.

Séries et finale (dans chacune des catégories) se courrent sur 150 tours du Parc des Princes, soit 100 kilomètres.

 

Une machine qualifiée pour la finale ne pourra subir aucune modification entre la série et la finale.

A cet effet, on ne se contentera pas de procéder à la vérification des plombs et poinçons apposés lors du pesage : on mettra en vigueur la mesure supplémentaire suivante : à l'arrivée de la série, les organes moteurs seront mis sous plombs de façon spéciale ; ce plombage devra rester intact jusqu'à la finale ; à ce moment il sera enlevé par les commissaires, lorsque la machine sera rendue au Parc des Princes, à son stand de ravitaillement.

 

La machine qualifiée sera montée dans la finale par le pilote même qui la conduisait dans la série.

En conséquence, les maisons engageant plusieurs machines devront donner dans les délais règlementaires, le nom du pilote affecté définitivement à chaque machine.

 

Pour s'engager

 

Les droits sont de 30 fr. par machine.

La clôture des engagements à droit simple est fixé au 14 juin.

 

 

L'Auto 26-06-1924

 

Le 3e Grand Prix des bicyclettes à moteur

 

Le numérotage des concurrents

 

Voici le numéro que devront porter les machines concurrentes :

 

  * Catégorie 100 cmc.

 

        1 - Rovin I (Chéret)

        2 - Rovin II (Marcel Moreau)

        3 - HL Moro (Rabot)

        4 - Griffon I (Baudelaire)

        5 - Griffon II (Liaudois)

        6 - Barthélemy)

 

  * Catégorie 75 cmc.

 

      11 - Rovin III (Chéret)

      12 - Harlette (Lézin)

 

Nous rappelons aux concurrents que le numéro affecté à chaque machine  figurera sur deux plaques rigides : l'une placée devant le guidon, face à la marche, de 20 cm par 15, l'autre, d'un diamètre d 20 cm, apposée sur le côté droit contre la roue avant ou arrière au choix. Les chiffres seront peints en blanc sur fond noir. Le dossard que les pilotes porteront sera fourni par les organisateurs

 

Le pesage

 

Les machines devront être présentées, pour les opérations de pesage, poinçonnage et vérifications règlementaires, samedi matin, à 10 heures, au laboratoire de l'ACF, 80 boulevard Bourdon, à Neully. Les pilotes devront être présents.

 

 

L'Auto 30-06-1924

 

Le 3e Grand Prix de l'Auto des bicyclettes à moteur

 

est remporté par Baudelaire sur Griffon en 100 cmc et Chéret sur Rovin en 75 cmc.

 

Tous les records dans les deux catégories, sont battus de loin et Lézin se classe deux fois deuxième.

 

Les classements

 

  * Catégorie 100 cmc.

 

  1 - Baudelaire (Griffon 100 cmc.) ............ 1 h. 16 m. 15 s. 2/5 (moy. 78 kil. 244)

  2 - Lézin (Lutetia) ...................................... 1 h 20 m. 30 s.

  3 - Rabot (HL Moro) .................................. 2 h. 10 m. 4 s. 2/5

 

  * Catégorie 75 cmc.

 

  1 - Chéret (Rovin) ..................................... 1 h. 34 m. 4 s. 3/5 (moy. 63 kil. 553)

  2 - Lézin (Harlette) .................................... 1 h 43 m. 19 s.

 

Nouveaux progrès

 

Véritablement, s'il est une branche de l'industrie française qui, depuis sa création, n'a cessé de nous étonner et de nous donner satisfaction c'est bien celle du vélomoteur. D'année en année, l'épreuve que l'Auto organise au Parc des Princes permet de constater de nouveaux et étonnants progrès. Il y a, en ces toutes petites cylindrées, un travail formidable dû à l'extrême petitesse des moteurs auxquels est ouverte notre course, la progression des vitesses obtenues est formidable ; l'attention du public n'y est certainement pas assez attirée, et on s'enthousiasme souvent pour les performances en matière de plus grosses cylindrées, qui ne valent pas, intrinsèquement, celles dont le Parc des Princes fut, hier, le théâtre.

 

Dans l'épreuve des 100 cmc., une maison domina magnifiquement : Griffon. Ses trois machines fort bien montées par trois as du guidon, mettent constamment la course à leur dispositio : dès le début, les records descendaient, et l'avance bientôt devenait importante. Baudelaire, Liaudois et Barthélemy roulèrent logtemps en paquet, et auraient probablement terminé de même, si la malencontreuse chute n'avait éliminé les deux derniers nommés. Dès lors, Baudelairecontinua la bataille contre les records et, sans un arrêt sans un râté, en une marche admirable, il abattait ses 100 kilomètres à la moyenne de 78 kil. 244 après avoir couvert plus de 79 kil. dans l'heure. Griffon qui s'était minitieusement préparé, a remporté une victoire bien méritée et a misà son actif de remarquables performances.

 

Dans chaque catégorie, le courageux Lézin se défendit avec ténacité, ce qui lui valut, avec sa Lutétia, une belle place de second. Lézin, lui aussi bat les records de 1923, lesquels étaient sa propriété.

 

Cette course eut un malchanceux : Marcel Moreau, qui resta une demi-heure dans le peloton de tête, luttant seul contre le trio Griffon, sans perdre un pouce de terrain, et dut la défaite qu'à une crevaison. L'homme s'affirma un motocycliste de valeur, et la machine que Rovin lui avait confiée, malgrè une préparation hâtive, est à revoir.

 

En catégorie 75 cmc., les performances ne furent pas moins merveilleuses : le succès alla, dans cette catégorie, à la sportive marque Rovin, dont la petite machine, pilotée par Chéret, ronfla victoeieusement pendant 100 kilomètres, à plus de 63 kil. 500 de moyenne. Songez à ce que représente un moteur d'aussi petite cylindrée. N'est-ce pas fantastique de le voir déplacer à une telle vitesse, et sur un si long parcours, un poids total (homme, machine, carburant) qui atteint 100 kilos ? De tels résultats sont à souligner de façon toute particulière.

Lézin infatigable, s'était remis en piste à nouveau pour courir en 75 cmc., sur une Harlette cette fois, et à nouveau il s'octroya un ebelle place de second. C'est cette belle démonstration, dont le brillant vainqueur de 1923 peut se montrer fièr.

 

Et maintenant que nous avons analysé les résultats de cette glorieuse journée, qui marquera dans les annales du vélomoteur, journée par ailleurs favorisée par un temps splendide, terminons en remerciant seux qui nous aidèrent à en faire tourner les rouages : MM. Mauve, Goupy, Castagné et Larue, dirigeants et membres de l'AMCF.

 

Ce que furent les épreuves

 

  * Catégorie 100 cmc.

 

Six machines prennent le départ : 3 Griffon, 1 Rovin, 1 Lutétia, 1 Moro.

Liaudois prend le tête dès le début. Puis c'est Baudelaire qui passe ; il se détache un peu du grooupe ; maisau 24e tour, il doit ralentir un peu ; Moreau d'abord le rejoint ; puis Liaudois et Barthélemy. C'est ensuite au tour de Liaudois de prendre une légère avance. Mais le peloton des trrois Griffon et de la Rovin se reforme. Lézin est distancé, de même que Rabot, lequel s'arrête quelques instants au 20e kilomètre. Les records sont battus.

 

Au 30e kilomètre, c'est Barthélemy qui mène.

A peine la demi-heure est-elle sonnée que Moreau sent son pneu arrière qui se dégonfle. Il s'arrête. Et comme l'allure est trop rapide pour espérer réparer et rejoindre, il abandonne.

Voilà donc les trois Griffon en tête, et groupées.

 

Mais un coup de théâtre se produit : au 78e kilomètre, dans le petit virage, Liaudois et Barhélemy s'accrochent et tombent, se contusionnant légèrement, et abimant leurs machines ; ils doivent abandonner. Baudelaire a, dès lors, course gagnée ; il continue à la même allure de record et termine les 100 kilomètres à plus de 78 de moyenne.

 

  * Catégorie 75 cmc.

 

Le départ en fut donné à 11 h. 40. Deux concurrents seulement s'alignent : Lézin (qui vient de faire second en 100 cmc. et repart vaillamment pour cent kilomètres) et Chéret.

 

Dès le départ, celui-ci, sur sa Rovin, s'affirme le plus rapide, et se détache, très régulièrement, prenant environ un tour par 10 kilomètres à son adversaire et battant tous les records de la catégorie.

 

Les temps

 

  * Catégorie 100 cmc.

 

  10 kil.  Baudelaire (Griffon)

  20 kil.  Liaudois (Griffon)

  30 kil.  Barthélemy (Griffon)

  40 kil.  Liaudois (Griffon)

  50 kil.  Baudelaire (Griffon)

  60 kil.  Baudelaire (Griffon)

  70 kil.  Baudelaire (Griffon)

  80 kil.  Baudelaire (Griffon)

  90 kil.  Baudelaire (Griffon)

100 kil.  Baudelaire (Griffon)

 

        h.              m.            s.             c.

        0                 7          16            2/5

        0               15          15            4/5

        0               22          51

        0               30          28            3/5

        0               38          14

        0               45          24            2/5

        0               52          52            2/5

        1               00          34

        1                 8          42            2/5

        1               16          15            2/5

 

Dans la demi-heure : 39 kil. 350 par Liaudois (Griffon).

Dans l'heure : 79 kil. 346 par Baudelaire (Griffon).

Meilleur tour :  26 s. 3/5 par Baudelaire (Griffon).

 

 

  * Catégorie 75 cmc.

 

  10 kil.  Chéret (Rovin)

  20 kil.  Chéret (Rovin)

  30 kil.  Chéret (Rovin)

  40 kil.  Chéret (Rovin)

  50 kil.  Chéret (Rovin)

  60 kil.  Chéret (Rovin)

  70 kil.  Chéret (Rovin)

  80 kil.  Chéret (Rovin)

  90 kil.  Chéret (Rovin)

100 kil.  Chéret (Rovin)

 

       h.              m.            s.             c.

        0                 9            7            4/5

        0               18          31            

        0               27          58            4/5

        0               37          35            4/5

        0               47          26            4/5

        0               57          33            2/5

        1                 7          22            2/5

        1               15          42            3/5

        1               25          14            4/5

        1               34            4            4/5

 

Dans la demi-heure : 32 kil. 030 par Chéret (Rovin).

Dans l'heure : 62 kil. 212 par Chéret (Rovin).

Meilleur tour :  34 s. 3/5 par Chéret (Rovin).

 

Tous ces temps et performances, tant en 100 cmc. qu'en 75 cmc., constituent des records.

 

 

1925 

 

L'Auto 05-07-1925

 

Ce matin, au Parc des Princes se court, sur 100 kilomètres le 4e Grand Prix des bicyclettes à moteur

 

On escompte de belles performances, surtout dans la catégorie 125 cmc. , qui peut concourir à nouveau cette année.

 

Notre Grand Prix des vélomoteurs subit l'effet de la loi, qui veut que les courses de vitesse pure - surtout sur piste - voient au départ le champ réduit aux seuls champions de la spécialité ; les éliminatoires que prévoit le règlement n'ont même plus besoin de jouer, comme il fut nécessaire les premières années, alors que la construction du vélomoteur tâtonnait encore.

 

La fabrication s'est rapidement rapprochée du rendement maximum qu'on est en possibilité d'attendre de ces petits moteurs de 125, 100 et 75 cmc., auxquels s'applique notre épreuve.

Aussi la compétition se réduit-elle à une rencontre entre ceux qui ont quelques chances de faire mieux encore qu'en 1924.

Mais les connaisseurs savourent avec plus de plaisir la belle performance d'un seul contre  un record difficile, qu'une bataille mouvementée entre des concurrents de second plan.

Ce matin, au Parc, à défaut de la quantité, il y aura la qualité.

 

Les partants

 

  * Catégorie 125 cmc. : 1 - Lézin (Echard) ; 2 - Babau (Griffon).

  * Catégorie 100 cmc.. : 11 - Batifort (Batifort) ; 12 - Chéret (Griffon)

  * Catégorie 75 cmc. : 21 - Janin (Janin)

 

L'organisation

 

Les catégories 100 et 75 cmc. partiront en un seul groupe à 8 h 30.

La catégorie 125 cmc. prendra le départ à 10 h 15.

La distance est uniforme pour tous : 100 kilomètres, soit 150 tours de piste.

Les départs sont donnés en groupe et arrêtés.

Ravitaillement et réparations doivent être faits par le coureur lui-même.

Les coureurs doivent porter un casque et des chaussures à semelle sans clous.

 

 

L'Auto 06-07-1925

 

Lézin, Chéret et Janin enlèvent les 3 catégories du Grand Prix des vélomoteurs

 

D'excellentes performances sont faites, malgrè le mauvais temps - Chéret (Griffon) établit de beaux records.

 

Les classements

 

 * Catégorie 125 cmc.

 

        1 - Lézin (Lutétia)............................... 1 h. 18 m. 5 s. 4/5 (moyenne 76 kil. 825)

        2 - Babau (Griffon).............................. Abandon au 82e tour 

       

* Catégorie 100 cmc.

 

        1 - Chéret (Griffon)............................ 1 h. 12 m. 6 s. 2/5 (moyenne 83 kil. 210)

        2 - Batifort (Batifort)........................... 1 h. 47 m. 35 s. 3/5

 

  * Catégorie 75 cmc.

 

      1 - Janin (Janin).................................. 1 h. 41 m. 42 s. 2/5 (moyenne 58 kil. 990).

 

 

A nouveau, les machines de toute petite cylindrée se sont montrées étonnantes hier à notre Grand Prix des Vélomoteurs.

 

De nouveaux progrès sont enregistrés. Les spécialistes de ces petits engins sont de vrais magiciens, quel art dans la recherche du rendement, poussée jusqu'aux infimes détails !

D'un ensemble moteur qui tient dans le creux d'une main, ils tirent assez de puissance pour emmener, pendant 100 kilomètres, les 100 kilos que représentent machine et pilote, à plus de 83 kil. de moyenne horaire ; c'est le cas pour la 100 cmc. Griffon, que montait hier le très habile Chéret.

 

Pour être peut-être moins intéressante que certaines autres, qui attirent plus aisément l'attention du public, une telle performance mérite cependant d'être notée comme l'un des plus remarquable succès mécanique du moment.

L'extraordinnaire petite Griffon a tourné pendant 72 minutes en soutenant, sans un eseconde de défaillance, son régime maximum et, à partir du 30e kilomètre, a disposé des records, cependant difficiles, de la catégorie. On a beaucoup admiré la maîtrise de Chéret, dont l'allure fut impeccable.

Lézin, autre excellent spécialiste du vélomoteur, qui, chaque année, brille au premier rang dans notre épreuve, a triomphé en catégorie 125 cmc. ; sa machine Lutétia se comporta de façon très remarquée. Bien que gêné pendant une cinquantaine de tours par l'humidité de la piste, Lézin abbatit le parcours à la jolie moyenne de 77 kilomètres à l'heure.

 

Enfin, la troisième catégorie, celle des 75 cmc., fut une promenade sans histoire de l'excellent Janin, qui couvrit très régulièrement ses 100 kilomètres à près de 60 kil. à l'heure.

Notons enfin que Babau fut handicapé par une douloureuse culbute survenue dès le premier tour, à la suite d'un dérapage, et que Batifort se montra courageux, terminant le parcours malgrès une chute et plusieurs arrêts.

 

Cette journée (dont on pu croire longtemps qu'elle n'aurait pas lieu, puisqu'il fallut attendre depuis 8 heures jusqu'à 15 h. 30, la fin de l'intarissable averse) fut donc fertile en beaux exploits sportifs ; il eût été dommage qu'elle fût annulée.

En terminant, remercions MM. Mauve, Breitenstein et Toussaint, préside,nt et membres du Comité de l'AMCF, qui nous prodiguèrent leur précieux et dévoué concours.

 

Les temps

 

  * Catégorie 125 cmc.

 

  10 kil.  Lézin (Lutétia)

  20 kil.  Lézin (Lutétia)   Record

  30 kil.  Lézin (Lutétia)   Record

  40 kil.  Lézin (Lutétia)   Record

  50 kil.  Lézin (Lutétia)   Record

  60 kil.  Lézin (Lutétia)   Record

  70 kil.  Lézin (Lutétia)   Record

  80 kil.  Lézin (Lutétia)   Record

  90 kil.  Lézin (Lutétia)   Record

100 kil.  Lézin (Lutétia)   Record

 

       h.              m.            s.             c.

        0                 8          54            

        0               16          57            2/5

        0               24          31            4/5

        0               32          06            4/5

        0               39          37            1/5

        0               47          15            4/5

        0               55          00            2/5

        1               02          41            3/5

        1               10          20            4/5

        1               18          05            4/5

Dans la demi-heure : 37 kil. 175 par Lézin (Lutétia).

Dans l'heure : 75 kil. 500 par Lézin (Lutétia).

Meilleur tour :  29 s. 3/5 par Lézin (Lutétia), moyenne 81 kil. 080.

 

  * Catégorie 100 cmc.

 

 

  10 kil.  Chéret (Griffon)

  20 kil.  Chéret (Griffon)

  30 kil.  Chéret (Griffon)   Record

  40 kil.  Chéret (Griffon)   Record

  50 kil.  Chéret (Griffon)   Record

  60 kil.  Chéret (Griffon)   Record

  70 kil.  Chéret (Griffon)   Record

  80 kil.  Chéret (Griffon)   Record

  90 kil.  Chéret (Griffon)   Record

100 kil.  Chéret (Griffon)   Record

      h.              m.            s.             c.

        0               07          32            2/5          

        0               14          48            

        0               21          58            2/5

        0               29          06            1/5

        0               36          09            3/5

        0               43          12            4/5

        0               50          20            1/5

        0               57          35            1/5

        1               04          46            1/5

        1               12          06            2/5

 

Dans la demi-heure : 41 kil. 230 par Chéret (Griffon).

Dans l'heure : 83 kil. 340 par Chéret (Griffon).

Meilleur tour :  27 s. 3/5 par Chéret (Griffon), moyenne 86 kil. 955.

 

  * Catégorie 75 cmc.

 

 

  10 kil.  Janin (Janin)

  20 kil.  Janin (Janin)

  30 kil.  Janin (Janin) 

  40 kil.  Janin (Janin)

  50 kil.  Janin (Janin)

  60 kil.  Janin (Janin) 

  70 kil.  Janin (Janin)

  80 kil.  Janin (Janin)  

  90 kil.  Janin (Janin)

100 kil.  Janin (Janin)

 

     h.              m.            s.             c.

        0               10          16            3/5          

        0               20          26            2/5           

        0               30          32            2/5

        0               40          40            2/5

        0               50          45            2/5

        1               00          51            3/5

        1               10          55            1/5

        1               21          07            4/5

        1               31          24            1/5

        1               41          42            2/5

 

Dans la demi-heure : 29 kil. 510 par Janin (Janin).

Dans l'heure : 59 kil. 050 par Janin (Janin).

Meilleur tour :  39 s. 3/5 par Janin (Janin), moyenne 60 kil. 605.

 

 

1926 

 

L'Auto 03-07-1926

 

Demain, au Parc des Princes se dispute notre classique Grand Prix des petites motos.

 

Nous voici à la veille du véritable Critérium de vitesse que constitue pour les motocyclettes de petite cylindrée notre annuel Grand Prix. Cette épreuve se court sur la piste idéale pour ces machines, le Parc des Princes.

La distance classique : 100 kilomètres soit 150 tours de la célèbre piste. C'est l'épreuve au banc d'essai, impitoyable aux moteurs. Mais les constructeurs spécialistes ont toujours répondu victorieusement au problème qui leur était posé, et la piste des records met en évidence le remarquable rendement qu'ils tirent de ces minuscules moteurs.

L'élite des coureurs spécialistes s'alignera demain matin dans les deux courses séparées qui réuniront d'abord les machines de 100 cmc., puis celles de 125 cmc.

 

Le numérotage

 

  * Catégorie 100 cmc. - 1 Liaudois (Favor) ; 2 Biemans (X.) ; 3 Rapeau (Prester) 

  * Catégorie 125 cmc. - 6 Barthélemy (Favor) ; 7 Wegener (Favor) ; 8 Druz (Dollar) ; 9 Marcel (X.)

 

Le pesage

 

C'est aujourd'hui que les concurrents doivent présenter leur machine aux commissaires. Le pesage aura lieu au laboratoire de l'ACF, 80 boulevard Bourdon à Neuilly.

 

Le départ

 

C'est à 9 heures que sera donné le départ de la course des 100 cmc., par laquelle on commencera.

On peut se procurer des cartes d'entrée à l'Auto et aux sièges sociaux de l'AMCF et du MCF.

 

 

L'Auto 05-07-1926

 

 Le 5e Grand Prix de l'Auto des petites motocyclettes est gagné au Parc des Princes par Barthélemy (Favor) en 125 cmc. et Biemans (Prester) en 100 cmc..

 

Belle course d'équipe des Favor. - Deux records battus par Druz (Dollar).

 

Les classements

 

  * Catégorie 125 cmc.

 

        1 - Barthélemy (Favor)............................... 1 h. 22 m. 24 s. 1/5 (moyenne 72 kil. 812)

        2 - Wegener (Favor)................................... 1 h. 22 m. 55 s. 2/5

       

* Catégorie 100 cmc.

 

        1 - Biemans (Prester)................................. 1 h. 26 m. 37 s. 3/5 (moyenne 34 kil. 650)

        2 - Rapeau (Prester)................................... à 9 tours.

 

 

La course "banc d'essai"

 

Une fois de plus notre course de fond sur piste pour petites motocyclettes s'est montrée impitoyable. Elle a fait beaucoup depuis 1922, pour le perfectionnement de ces minuscules moteurs, dont certains constructeurs parviennent à tirer des puissances étonnantes ; elle continue de prouver son utilité par la sévérité de l'épreuve qu'elle constitue par sa formule même ; les résultats d'hier en sont une nouvelle démonstration.

 

Le succès des petites Favor n'en est que plus remarquable ; Barthélemy - un vétérant dont on ne saurait trop dire l'adresse, la science de la course et la solide valeur de pilote - et Wegener, - un jeune débutant plein d'allant, - ont brillamment enlevé la catégorie 125 cmc., soutenant une belle et régulière allure.

La course, une fois la bataille du début passée victorieusement, fut sans histoire.

Associons à leur victoire M; Liaudois, l'agent de la marque, qui avait engaggé l'équipe sous sa propre responsabilité, et s'était chargé de sa préparation.

Dans cette catégorie, il y eu deux malchanceux : Druz qui, sur sa rapide Dollar, était parti très vite, battant les records des 10 et 20 kilomètres, et dut abandonner le combat au 25e tkilomètre, alors qu'il était en tête, et Marcel, qui tint bon contre les leaders pendant les trois quarts de la course, et qu'on espérait bien voir à l'arrivée.

 

En catégorie 100 cmc., Biemans et Rapeau, les représentants de Prester, n'avaient pas d'adversaires. Après des incidents de course divers (Biemans creva et Rapeau eut guignes sur guignes), ce fut Biemans qui gagna.

 

En terminant, adressons tous nos remerciements à nos amis Mauve, Brettenstein, Cuillier et Goupy, président et membres du Comité de l'AMCF, qui nous prodiguèrent leur aide précieuse et dévouée.  

 

Ce que furent les courses

 

  * Catégorie 125 cmc. - Quatre coureurs au départ : Barthélemy et Wegener sur Favor ; Druz sur Dollar ; Marcel sur Lutétia. Druz et Marcel s'échappent aussitôt cependant que Barthélemy fait un départ pénible. Druz peu à peu s'éloigne ; au 11e tour il a doublé tout le monde ; l'allure oscille autour de 20 et 30 secondes au tour (plus de 80 à l'heure). Si bien que Druz descend en passant les records des 10 et 20 kilomètres de la catégorie. La seconde position, d'abord prise par Marcel, est prise ensuite par Barthélemy bien revenu. Wegener tourne régulièrement. Au 37e tour, coup de théâtre : Druz s'arrête ; rien ne va plus ; il abandonne. Voici donc Barthélemy en tête ; il ne quittera plus cette place avantageuse ; peu à peu il s'assure un tour sur son co-équipier Wegener et deux tours sur Marcel ; et ceci fait, il se contentera de maintenir cette avance qui lui assurera la victoire. Au 124e tour, Marcel, qui était en troisième position abandonne. Si bien que les deux Favor terminent seules, ,Barthélemy précédant Wegener de 600 mètres.

 

  * Catégorie 100 cmc. - Rapeau et Biemans, sur Prester, sont seuls  en présence. Rapeau prend de suite la tête, Biemans ratant son départ, et perdant dès le début quatre tours. Puis Biemans éclate de l'arrière, sauvant la chute de peu, et doit s'arrêter longtemps pour réparer au stand. De son côté, Rapeau doit faire plusieurs arrêts au ravitaillement ; à ses 23e, 38e et 42e tours. Biemans, qui est reparti, finit par rattrapper son co-équipier au 44e tou. Il n'est plus rejoint. La course n'eut lieu que sur 50 kilomètres.

 

Les temps

 

  * Catégorie 125 cmc.

 

  10 kil.  Druz (Dollar)                Record

  20 kil.  Druz (Dollar)                Record

  30 kil.  Barthélemy (Favor)  

  40 kil.  Barthélemy (Favor)   

  50 kil.  Barthélemy (Favor)    

  60 kil.  Barthélemy (Favor)   

  70 kil.  Barthélemy (Favor)    

  80 kil.  Barthélemy (Favor)    

  90 kil.  Barthélemy (Favor)    

100 kil.  Barthélemy (Favor)     

 

       h.              m.            s.             c.

        0                 7          33            4/5           

        0               15          12            2/5

        0               24          35            2/5

        0               32          57            4/5

        0               41          19            1/5

        0               49          35            4/5

        0               57          41            4/5

        1               06          01            1/5

        1               14          10            4/5

        1               22          24            1/5

Dans l'heure : 72 kil. 765 par Barthélemy (Favor).

Meilleur tour :  28 s. 1/5 par Druz (Dollar), moyenne 85 kil. 106.

 

 

  * Catégorie 100 cmc.

 

  10 kil.  Rapeau (Prester) 

  20 kil.  Rapeau (Prester)  

  30 kil.  Rapeau (Prester)  

  40 kil.  Rapeau (Prester)    

  50 kil.  Biemans (Prester)    

   

       h.              m.            s.             c.

        0               11          01            4/5           

        0               23          39            

        0               42          51            1/5

        0               53            5            4/5

        1               26          37            3/5

       

Dans l'heure : 42 kil. 760 par Rapeau (Prester).

Meilleur tour :  38 s. 4/5 par Biemans (Prester), moyenne 61 kil. 856.

 

* Après Paris-Les Pyrénées-Paris, Paris-Nice, Argenteuil, Fontainebleau, le Bol d'Or, Favor, grande triomphatrice de la saison, remporte de haute lutte le Grand Prix de l'Auto des motos légères, avec Barthélemy et Wegener.

Tous les nouveaux modèles chez Liaudois, 9 avenue Félix Faure.

 

 

1927 

 

L'Auto 26-06-1927

 

Ce matin, au Parc des Princes se dispute notre classique Grand Prix des petites motos.

 

Les meilleurs spécialistes contre les records des 100 kilomètres.

 

Pour la sixième fois, le Parc des Princes, motodrome idéal pour les petites cylindrées, va voir la lutte des meilleurs motocyclettes de 125, 100 et 75 cmc. sur la distance de 100 kilomètres.

Notre Grand Prix des petites motos constitue le véritable critérium de vitesse pour ces véhicules ; une ronde à plein gaz sur 150 tours de l'anneau du Parc représente une épreuve terriblement dure pour ces minuscules moteurs, que l'on oblige ainsi à travailler comme au banc d'essai.

Aussi a-t-on toujours travaillé sévèrement en vue de cette course.

On a pu voir, d'après le tableau, à quelle hauteur ont été amenés les records, au cours des trois dernières années.

Fera-t-on mieux cette année ?

C'est à quoi vont s'appliquer les maisons et les pilotes engagés. Il est possible de le croire, tant est remarquable le travail accompli sur les petites cylindrées, d'où l'on tire maintenant des puissances spécifiques étonnantes.

Le champ des concurrents comprend les meilleurs spécialistes : Biemans, Renaud, Bornot, Wech, Ledoux-Lebard, Rapeau, Ladoire, Dufour, Favre, et même une sportive motocycliste Mlle Marcelle Morandeau.

Comme marques nous trouvons : Rovin, La Cyclette, Liaudois, Rapeau, Prester, Lutétia, CP. Raleo, Rosengart et Moto-Type, soit toutes les maisons les plus réputées de la toute petite cylindrée.

Avec de tels éléments, notre Grand Prix sera l'occasion, ce matin, de performances certainement très brillantes.

 

Le 6e Grand Prix de "l'Auto" des petites motocyclettes

 

Les engagés

 

  * Catégorie 75 cmc. - 1 Favre (Rovin)

  * Catégorie 100 cmc. - 6 Dufour (Rovin) ; 7 Mlle Marcelle Morandeau (Liaudois) ; 8 Ladoire                 (Rosengart) ; 9 Rapeau (Rapeau) ; 10 Ledoux-Lebard (La Cyclette)

  * Catégorie 125 cmc. - 11 Wech (Moto-Type) ; 12 Biemans (Rovin) ; 14 Baumet (Lutétia) ; 15               Renaud (CP Roleo) ; 16 Bornot (Prester).

 

Le pesage

 

Les concurrents devront se trouver, à partir de 7 h 30, au Parc des Princes, pour les opérations de pesage et de vérification des machines

 

L'horaire

 

On commencera à neuf heures par l'épreuve des 125 cmc.

A 10 h 30 aura lieu l'épreuve des 100 cmc.

A midi, l'épreuve des 75 cmc.

 

La réunion est privée. N'auront accès au Parc des Princes que les porteurs de cartes d'invitation.

Les départs seront donnés en groupe et arrêtés.

 

 

L'Auto 27-06-1927

 

Bornot (Prester) en 125 cmc. et Ledoux-Lebard (La Cyclette) en 100 cmc. sont gagnants du Grand Prix de l'Auto des petites motos.

 

A nouveau notre course de 100 kilomètres pour petites cylindrées, sur le ciment du Parc des Princes, s'est montré l'épreuve impitoyable, qui permet de qualifier les motos victorieuses d'étonnantes mécaniques. Dure aux moteurs comme toujours, la course d'hier, fut, de plus, terriblement pénible pour les pilotes qui, fouettés par la pluie, n'en foncèrent pas moins avec intrépidité, les gaz grands ouverts, dans le petit virage du Parc.

 

En particulier la marche des concurrents de la catégorie 125 cmc., fut très remarquable. Bornot s'accrocha avec un beau courage, malgrè les intempéries, battant les records de la catégorie du 30e au 90e kilomètre (heure comprise), et égalant, -  le fait est curieux, - au cinquième de seconde exactement, le record des 100 kil. de Lézin en 1925.

C'est un succès méritoire pour la marque Prester, que montait Bornot. Louons aussi Renaud qui, sur CP Roleo, termine à un tour seulement de Bornot, et fit une très belle course.

 

La catégorie 100 cmc., vit la victoire du plus régulier : Ledoux-Labard (La Cyclette) était moins vite, mais il n'eut pas un râté ; sa course fut impeccable. Par contre ses adversaires furent handicapés par plusieurs arrêts.

 

En 75 cmc., pas de résultat : le seul concurrent engagé ne fit que quelques tours. Voici une catégorie que les constructeurs semblent négliger depuis deux ans. C'est dommage.

 

Certes, notre épreuve est sévère, mais elle continue de s'avérer utile : elle a fait beaucoup depuis 1922 pour le perfectionnement des tous petits moteurs de motocyclettes, qui ont l'avenir pour eux ; nous continuerons cette propagande en leur faveur.

 

En terminant, remercions nos amis de l'Association Motocyclecariste de France, MM. Mauve, président ; Brettenstein, Cuillier, Outrequin et Larue, qui nous prodiguèrent leur aide précieuse et leur dévoué concours.

 

Les classements

 

  * Catégorie 125 cmc.

 

        1 - Bornot (Prester)............................... 1 h. 18 m. 5 s. 4/5 (moyenne 76 kil. 825)

        2 - Renaud (CP Roleo)......................... à un tour

        3 - Wech (Moto-Type)........................... à 45 tours

 

  * Catégorie 100 cmc.

 

        1 - Ledoux-Lebard (La Cyclette)........... 1 h. 54 m. 59 s. (moyenne 52 kil. 165)

        2 - Dufour (Favre)................................. à 5 tours.

        3 - Liaudois (Liaudois).......................... à 43 tours.

 

Ce que furent les courses

 

Catégorie 125 cmc. - Quatre partants : Renaud (CP Roleo), Bornot (Prester), Baumet (Lutétia), Wech (Moto-Type), Forfait Biemans (Rovin).

Départ à 10 h. par temps couvert. Renaud et Bornot prennent la tête. Au 5e tour, Bornot s'assure 50 mètres d'avance. Malgrè la pluie qui commence, il pousse à belle allure, et à partir du 30e kilomètre, bat les records de catégorie. Renaud suit bien. Baumet casse une bougiee etabandonne. Wech s'arrête quelque temps. Sur la fin la pluie redouble, gênant terriblement les coureurs. Bornot ne ralentit pas ni Renaud qui s'accroche. Course très courageuse des deux hommes.

 

Catégorie 100 cmc. - Trois partants : Dufour (Favre), Liaudois (Liaudois), remplaçant Mlle Marcelle Morandeau, qui s'est foulé le pouce droit en tombant la veille ; Ledoux-Lebard (La Cyclette). Forfait : Ladoire (Rosengart). Départ à 11 h 35. Dufour prend la tête (qu'il gardera pendant 30 kilomètres), suivi de Ledoux-Lebard. Liaudois perd du terrain, devant s'arrêter plusieurs fois. Au 45e tour, Dufour s'arrête, Ledoux-Lebard prend la tête qu'il ne quittera plus. Liaudois reparti, rattrape quelques tours, mais s'arrête de nouveau. Dufour de même.

Plus de changement jusqu'à la fin, Dufour finissant à 5 tours de Ledoux-Lebard.

Les concurrents de cette catégorie ont été gênés aussi par la pluie.

 

Catégorie 75 cmc. - Seul partant : Favre (Favre). Il accomplit douze tours et abandonne.

 

 

Les temps

 

  * Catégorie 125 cmc.

 

  10 kil.  Bornot (Prester)             

  20 kil.  Bornot (Prester)               

  30 kil.  Bornot (Prester)                Record  

  40 kil.  Bornot (Prester)                Record  

  50 kil.  Bornot (Prester)                Record   

  60 kil.  Bornot (Prester)                Record   

  70 kil.  Bornot (Prester)                Record   

  80 kil.  Bornot (Prester)                Record    

  90 kil.  Bornot (Prester)                Record    

100 kil.  Bornot (Prester)      Record égalé   

 

       h.              m.            s.             c.

        0                 7          51            4/5           

        0               15          28            2/5

        0               23            6            1/5

        0               30          45            3/5

        0               38          42            1/5

        0               46          26            1/5          

        0               54          14            1/5  

        1                 2         

        1                 9          56            4/5

        1               18            5            4/5

Dans l'heure : 77 kil. 361 par Bornot (Prester), record.

Meilleur tour :  30 s. par Bornot (Prester), moyenne 79 kil. 920.

 

  * Catégorie 100 cmc.

 

   10 kil.  Dufour (Favre) 

   20 kil.  Dufour (Favre)  

   30 kil.  Dufour (Favre)   

   40 kil.  Ledoux-Lebard (La Cyclette)    

   50 kil.  Bornot (Prester)                Record  

   60 kil.  Bornot (Prester)                Record   

   70 kil.  Bornot (Prester)                Record  

   80 kil.  Bornot (Prester)                Record  

   90 kil.  Bornot (Prester)                Record  

 100 kil.  Bornot (Prester)                Record  

       h.              m.            s.             c.

        0              10           35            1/5           

        0              21           12            

        0              32           00            3/5

        0              44           50            1/5

        0              44           50            1/5

        0              55           50            

        1                7           27            3/5

        1               19   ,      17

        1               42          59           2/5

        1               54          59

 

Dans l'heure : 53 kil. 642 par Ledoux-Lebard (La Cyclette).

 

L'Auto 28-06-1927

 

Après notre Grand Prix des petites motos.

 

Les prix

 

Les lauréats de notre épreuve de dimanche au Parc des Princes sont avertis qu'ils peuvent, à partir d'aujourd'hui, venir toucher à la caisse de l'Auto les prix gagnés par eux.

 

En voici le détail :

 

  * Catégorie 125 cmc. - Borrnot, 200 fr. ; Renaud, 150 fr. ; Wech, 100 fr.

  * Catégorie 100 cmc. - Ledoux-Lebard, 200 fr. ; Dufour, 150 fr. ; Liaudois, 100 fr.

 

1928 

 

L'Auto 06-04-1928

 

Le concours de freinage et de stabilité aura lieu le 24 juin, il se disputera, au Parc des Princes, en même temps que notre Grand Prix des petites motos.

 

La date de notre concours de freinage et de stabilité pour motocyclettes vient d'être fixée au 24 juin. A cette date, en effet, nous faisons disputer sur la piste du Parc des Princes, notre annuel Grand Prix des petites motos. Les deux épreuves, par conséquent, constitueront un seul et unique meeting au cours duquel nous démontrerons l'actuelle valeur de ce triple critérium d'après lequel on juge l'évolution de la motocyclette moderne : vitesse, sécurité et stabilité.

 

L'importance d'un tel concours est absolument primordiale. Sans doute, sait-on que de gros progrès ont été accomplis dans cette voie et que la motocyclette moderne est caractérisée par sa tenue de route impeccable et par sa rapidité de freinage absolument indispensable à une époque où des vitesses de 90 et 100 kilomètres sur deux roues sont chose normale.

Mais nous voulons mettre sous les yeux de chacun la preuve palpable de ces progrès. C'est ce qui doit se produire le 24 juin, car notre règlement général sera suffisamment sévère pour ne donner prise à aucune défaillance de la mécanique.

 

Trois motocyclettes ont tourné, hier, sur le ciment du Parc des Princes. C'étaient trois machines mises obligeamment à notre disposition par la firme Alcyon, que nous sommes heureux de remercier ici, une 175, une 250 et une 350 cmc., qui, pilotées par M. Jolly, Lemasson et Emonnot ont évolué pendant une heure, en vue de discriminer la meilleure formule à adopter.

Ces essais ont été concluants : on a fait, hier, des choses qui eussent été impossible il n'y a que deux ou trois ans.

 

 

L'Auto 20-06-1928

 

Le 7e Grand Prix de l'Auto des petites motocyclettes.

 

Le numérotage des concurrents

 

La liste des engagés pour notre 7e Grand Prix des petites motos, qui se courra le 24 juin au Parc des Princes, est définitivement close sur un total de 10 compétiteurs repartis de la façon suivante : 5 en catégorie 100 cmc. et 5 en catégorie 125 cmc., de sorte que les deux séries qui auront lieu dimanche, se présentent comme parfaitement équilibrées.

 

Voici la liste officielle des concurrents avec leurs numéros de course :

 

  * Motos 100 cmc.- 1 Rapeau (Lipman) ; 2 Liaudois (Liaudois) ; 3 Paoli (Favre) ; 4 Ledoux-Lebard        (La Cyclette) ; 5 Marcel (X.)

  * Motos 125 cmc. - 6 Biemans (Biemans) ; 7 A. Guicheteau (Guicheteau) ; 8 Wegener (Wegener)      9 Bonnot (X.) ; 10 Favre (Moto Record).

 

L'Auto 23-04-1928

 

Le 7e Grand Prix de l'Auto des petites motocyclettes.

 

Biemans et Liaudois disputeront les records du monde.

 

Deux concurrents sont venus se faire inscrire, hier, pour disputer les records du monde de notre 7e Grand Prix des petites motos qui se disputera demain, sur la piste du Parc des Princes.

Ce sont MM. Biemans, déjà recordman en 125 cmc., des 12 h et des 24 h, au Bol d'Or et qui disputera ceux des 50 et 100 kilomètres dans la même catégorie et Liaudois, recordman du monde du kilomètre et du mille et qui fera sa tentative sur 100 kil., en 100 cmc.

Nul doute que d belles performances ne soient accomplies avec de tels spécialistes.

 

D'autres parts, M. F. Rapeau nous annonce que ne pouvant venir à Paris pour le jour de l'épreuve, sa moto Lipman 100 cmc. sera pilotée par son frère, M; Marcel Rapeau.

 

Enfin nous avons le plaisir d'annoncer qu'un généreux donateur qui veut rester anonyme offrir, à titre de souvenir, une médaille à tout coureur de notre Grand Prix ayant terminé l'épreuve.

C'est une initiative qui sera bien accueillie par tous.

 

Rappelons que pour assister à l'épreuve, dimanche matin, à 9 heures, il faut venir retirer les cartes d'invitation gratuites qui sont à la disposition de tous à nos bureaux.

 

 

L'Auto 25-06-1928

 

A. Guicheteau (Guicheteau sp.) en 125 cmc., et Rapeau (Lipman) en 100 cmc. sont gagnants du Grand Prix de l'Auto des petites motocyclettes.

 

Les classements

 

  * Catégorie 125 cmc.

 

        1 - A. Guicheteau (Guicheteau sp.).................... 1 h. 59 m. 0 s. 3/5

        2 - Favre (Favre)

 

  * Catégorie 100 cmc.

 

        1 - Rapeau (Lipman, pneus Dunlop).................. 1 h. 26 m. 37 s. (moyenne 69 kil. 270)

        2 - Liaudois (Liaudois)........................................ 1 h. 27 m. 41 s..

        3 - Ledoux-Lebard (La Cyclette)......................... à 24 tours.

 

La course de 100 kilomètres, qui s'est disputée hier, sur l'anneau de ciment du Parc des Princes, piste de vitesse idéale qui devait causer à certains quelques désillusions, aura été fertile en enseignements, sinon en incidents.

Au bilan de la journée : aucun record battu, une épreuve  en 100 cmc., bien homogène, et une en 125 cmc. qui, quoique courageuse, aurait pu et dû être plus habile. Résultats qui peuvent paraître paradoxaux et qui appellent à quelques commentaires.

 

Aucun record battu ; et pourtant un temps idéal, car les deux courses ont eu lieu sous un beau soleil ; une piste en parfait état, roulante à souhait, et qui se prêtait aux plus belles vitesses.

 

Alors ? Mon Dieu ! c'est bien simple : les records ne pouvaient pas être battus cette année, d'une  déjà sévères, d'autre part, et surtout, parce qu'en l'état actuel de la construction du petit cube, on ne peut prétendre - sur 100 kilomètres - faire mieux que ce qui a été fait jusqu'ici.

Il faut - sans prétendre à une sévérité hors de mise - reconnaître loyalement ce qui est. Le ralentissement général de la construction des "tout petits" qui se manifeste depuis déjà plusieurs années, ne pouvait manquer de faire sentir ses conséquences. Une industrie dont la vitalité s'amoindrit perd de sa combativité et ne marque aucun progrès. Ce qui est arrivé en motos 100 et 125 cmc.

Non seulement les machines sont restées les même, mais encore - circonstance aggravante - les coureurs, par leur inaction forcée, ont perdu leur entraînement et leur doigté qui, seuls, avec des moteurs aussi délicats que ceux-là pouvaient leur permettre de vaincre.

Car, ne l'oublions pas, notre Grand Prix est, en lui-même, une épreuve très dure, parce que la piste du Parc des Princes se prête remarquablement à la marche à "plein gaz" sur la distance. Pour tenir, il faut, non seulement une mécanique irréprochable, mais aussi une mise au point parfaite et un entraînement rigoureux, deux choses qui ont manqué aujourd'hui à beaucoup, sans qu'on puisse d'ailleurs leur en vouloir aucunement.

 

Du reste, voyez les résultats : la course la plus homogène et - de loin - la meilleure, est celle des 100 cmc. Or, au classement, quels sont les hommes de tête ?

D'abord Rapeau, sur Lipman, qui fut à la fois rapide et régulier. Or, Lipman est un des rares constructeurs qui, à l'heure actuelle, s'intéresse réellement à la petite cylindrée : première confirmation. Liaudois, lui aussi spécialiste, fut un concurrent redoutable, toujours dans la chasse et revenant terriblement vite sur la fin ; là aussi entraînement et mise au point.

Par contre, La Cyclette de Ledoux-Lebard, si elle fut régulière dans l'ensemble, souffrit d'ennuis de démultiplicateur qui devait gêner le concurrent et compromettre le résultat.

 

Par contre, aussi, la catégorie 125 cmc. n'a pas eu la même chance.

Partis trop vite, les hommes de tête, Favre et Biemans n'ont pas tardé à se trouver aux prises avec leurs moteurs : pannes réparables, certes, en temps normal, mais qui pardonnent rarement sur une course de vitesse de 100 kil. Les hommes ont été courageux, très courageux, ils ont fait ce qu'ils ont pu ; il n'empêche, qu'il y a trois ans, la course ne se fût pas disputée de la même façon.

 

Finalement, c'est Guicheteau qui, moins rapide mais très régulier, enlève la catégorie, après avoir toutefois perdu du temps par la bêtise classique d'un tuyau d'arrivée d'essence déssoudé.

 

De tout cela, tirons la conclusion. Elle est simple et tient en peu de mots.

Epreuve particulièrement rude, notre Grand Prix des petites motos a démontré que la construction du petit cube doit serrer de plus près sa mise au point si elle veut reconquérir son prestige d'antan. C'est une chose facile, qui ne pourra être faite qu'autant que le travail s'avérera fécond. Il ne peut être stérile si la clientèle continue à bouder des catégories de véhicules qui doivent trouver leur utilisation.

Telle est la leçon de notre septième Grand Pris des petites motos.

 

Pour terminer, nous tenons à remercier ici nos amis de l'Association Motocyclecariste de France ; MM. Mauve, président ; Brettenstein et Cuillier, pour l'aide précieuse qu'ils nous ont apportée.

 

Ce que furent les courses

 

  * Catégorie 125 cmc. - Trois partants seulement : Biemans (Biemans), A. Guicheteau                        (Guicheteau), Favre (Moto Record). Cette course vit successivement les trois hommes au                commandement, d'abord Favre, qui doit s'arrêter aux ravitaillements ; puis Biemans, qui s'arrête      aussi, et enfin Guicheteau qui, pendant un moment bataille avec son tuyau d'arrivée d'essence.        Finalement, c'est luoi qui repart le premier et ne peut plus être inquiété par Favre, qui ne revient      que sur la fin.

 

  * Catégorie 100 cmc. - 4 partants : F. Rapeau (Lipman), Liaudois (Liaudois), Ledoux-Lebard (La         Cyclette) et Marcel (X.)

     La lutte se cantonne entre Rapeau, qui tient la tête du début à la fin, malgrè les assauts de               Liaudois, qui revient terriblement dur sur la fin et finit à une minute. Ledoux-Lebard, très                   régulier, est moins rapide, cependant que Marcel abandonne parce que, lui aussi, est moins             rapide.

 

 

L'Auto 26-06-1928

 

Le 7e Grand Prix de l'Auto des petites motocyclettes.

 

A la suite de notre 7e Grand Prix des petites motocyclettes, qui s'est couru dimanche au Parc des Princes, sur 100 kilomètres, voici les temps tous les 10 kil., des motos 100 cmc.

 

Les temps 

 

  * Catégorie 100 cmc

   

   10 kil.  Rapeau (Lipman) 

   20 kil.  Rapeau (Lipman)

   30 kil.  Rapeau (Lipman)  

   40 kil.  Rapeau (Lipman)    

   50 kil.  Rapeau (Lipman) 

   60 kil.  Rapeau (Lipman)   

   70 kil.  Rapeau (Lipman)  

   80 kil.  Rapeau (Lipman)  

   90 kil.  Rapeau (Lipman) 

 100 kil.  Rapeau (Lipman) 

 

       h.              m.            s.             c.

        0              08           51            3/5          

        0              17           32            4/5           

        0              26           07            3/5

        0              44           50            1/5

        0              34           43           

        0              43           20            3/5           

        0              51           52            3/5

        1              09   ,       12            1/5

        1              17           46            3/5

        1              26           37

Dans l'heure : Rapeau (Lipman), 69 kil. 125

 

Ce qu'ils ont gagné

 

Guicheteau, 200 fr. ; Rapeau, 200 fr. ; Favre, 150 fr. ; Liaudois, 150 fr. ; Ledoux-Lebard, 100 fr.

 

 

1929 

 

L'Auto 01-06-1929

 

Le 8e Grand Prix de l'Auto des petites motocyclettes.

 

La traditionnelle épreuve réservée aux petites motos jusqu'à 125 cmc., que nous organisons chaque année, aura lieu le 7 juillet, au Parc des Princes, suivant la tradition.

 

Le règlement vient d'être approuvé par la Commission Sportive de l'UMF.

 

Les engagements sont ouverts aujourd'hui 1er juin.

 

On s'engage à l'Auto (50 fr.). L'épreuve est dotée de prix en espèces.

 

 

L'Auto 03-07-1929

 

Le 8e Grand Prix de l'Auto des petites motocyclettes.

 

Les engagés

 

Nous publions ci-dessous la liste des engagés dûment régularisés avec le numéro qu'ils devront porter en course. Le dossard sera fourni par les organisateurs le matin de l'épreuve.

 

Voici la liste des engagés :

 

  * Motos 125 cmc. - 1 Moissinat (Mascotte PS) ; 2 Bornot (Prester) ; 3 Gruyère (AGS) ; 4 R.                  Charron (Liaudois) ; 5 J. Gergaud (indépendant)

 

  * Motos 100 cmc. - 10 Rapeau (Jack Sport) ; 11 Liaudois (Liaudois) ; 12 Beaujour (Biemans) ; 14      Georges (Lipman-Train)

 

  * Motos 75 cmc. - 20 Whettnall (De Rovin)

 

Pour les invitations

 

Rappelons que cette épreuve n'est ouverte au public que par invitations gratuites. On peut retirer les cartes en se présentant à nos bureaux, 10 faubourg Montmartre.

 

 

L'Auto 06-07-1929

 

Le 8e Grand Prix de l'Auto des petites motocyclettes.

 

Demain, aura lieu notre huitième Grand Prix des petites motocyclettes, ouverte aux motocycles 75, 100 et 125 cmc., (100 kilomètres), à disputer sur la piste du Parc des Princes.

Le premier départ sera donné à 9 heures aux concurrents de la catégorie 125 cmc.

Le pesage aura lieu le matin de l'épreuve, à 7 h 30, au Parc des Princes. Les concurrents doivent se présenter munis de toutes les pièces nécessaires et les machines dooivent être munies des plaques de course règlementaires.

 

 

L'Auto 76-07-1929

 

Ce matin, au Parc des Princes se dispute notre classique Grand Prix des petites motos.

 

Une belle liste d'engagés

 

Pour la huitième fois, le Parc des Princes va voir se dérouler ce matin, sur la piste de vitesse idéale, notre annuel et classique Grand Prix des petites motos. Il est parfaitement inutile aujourd'hui d'insister sur ce fait bien connu que la terrible tâche imposée à ces petits cubes, qui devront s'efforcer de battre des records qui constituent déjà un palier supérieur considérable sur une distance de 100 kilomètres en vitesse pure, ne peut avoir qu'une influence bienfaisante sur la construction.

La liste des engagés réunis est le plus sûr garant d'un succès qui ne s'est jamais démenti. Du reste, les essais effectués prouvent que nous aurons de belles batailles pour la première place.

 

La catégorie 125 cmc., groupe 5 concurrents, dont on peut détacher Bornot, recordman de l'épreuve 1927, et qui tentera, au guidon de cette même Prester détentrice des records, d'améliorer ses temps. Il se heurtera à R. Charron, sur Liaudois, très rapide également, et à Moissinat (Mascotte PS), Gruyère (AJS) et Gergaud (indépendant), qui comptent bien défendre âprement leur chance.

 

En catégorie 100 cmc., la lutte sera vive entre Rapeau, le brillant vainqueur de l'an dernier, qui tint tête du début à la fin et qui s'est entraîné sérieusement cette année, sur sa Jack Sport, comptant renouvelé son exploit, et Liaudois, sur machine de sa marque, qui fut terriblement rapide l'an dernier, et qui cherchera sa revanche. A noter également la Lipman de Georges, qui s'est très bien comportée aux essais, et la Biemans de Beaujour, qui sera, malheureusement à court de préparation pour un cas de force majeure.

 

Enfin, il sera intéressant de suvre la petite 75 cmc. Rovin, pilotée par Wettnall, qui essaiera de faire mieux que Chéret, détenteur du record de la catégorie depuis 1924, sur une Rovin également.

 

Pour les abonnés

 

Nous avons le plaisir d'annoncer que les abonnés de l'Auto seront admis à l'entrée sur simple présentation de leur carte 1929.

 

 

L'Auto 08-07-1929

 

Le Grand Prix de l'Auto des petites motos.

 

Bornot (Prester) en 125 cmc., Liaudois (Liaudois) en 100 cmc. et Whettnall en 75 cmc. sont vainqueurs.

 

Les classements

 

  * Catégorie 125 cmc.

 

        1 - Bornot (Prester pneus Hutchinson).).................... 1 h. 20 m. 23 s.

        2 - Gruyère (Mascotte PS)......................................... 1 h. 22 m. 7 s.

        3 - Moissinat (Indépendant)....................................... 118 tours

        4 - R. Charron (Liaudois)........................................... 67 tours

 

  * Catégorie 100 cmc.

 

        1 - Liaudois (Liaudois)............................................... 1 h. 20 m. 38 s. 1/5

        2 - Rapeau (Jack Sport)............................................ 1 h. 40 m. 4 s. 1/5

 

  * Catégorie 75 cmc.

 

        1 - Whettnall (de Rovin)............................................. 2 h. 12 m. 27 s. 1/5

 

Notre huitième Grand Prix des petites motos qui s'est déroulé, hier, sur cette piste de vitesse idéale que constitue le ciment du Parc des Princes, aura été l'occasion d'une lutte splendide en catégorie 125 cmc., lutte que l'on voit rarement en sport motocycliste, puisque pendant 90 kilomètres deux hommes sont restés roue dans roue sans que l'un puisse se montrer plus rapide que l'autre, fournissant une bataille de toute beauté et de réelle grandeur.

Il convient d'associer ces deux hommes dans la même et commune admiration sportive et applaudir des deux mains à la remarquable performance qui fut ainsi accomplie.

Regrettons que, sur la fin, l'un des deux compétiteurs, Gruyère, un indépendant terriblement accrocheur, fit une chute par suite d'une fausse manoeuvre dans un virage, se contusionnant assez sérieusement, ce qui ne l'empêcha pas de repartir avec un beau courage, pour  terminer à 2 minutes du vainqueur.

La victoire échoit, dans cette catégorie, à Bornot, qui tout au long de la lutte, pilota sa Prester avec cette habileté qui fait qu'il reste, à l'heure actuelle, détenteur du record de l'épreuve dans sa catégorie sur machine de la même marque . Il a accompli hier la course que l'on attendait de lui et n'a nullement déçu ses partisants.

Saluons cette victoire qui est pour la marque Prester d'un heureux présage. Nous savons qu'elle a maintenant à sa tête deux nouveaux chefs jeunes et entreprenants.

Notre Grand Prix, disputé avec une perfection un peu hâtive, conséquence de la remise sur pied de l'affaire, a prouvé que la machine n'avait rien perdu de ses qualités d'antan au point de vue vitesse et sécurité. Avec un peu de travail sur le poids nous sommes certains que, l'an prochain, Bornot doit être de taille à battre ses propres records.

 

En catégorie 100 cmc., Liaudois, le constructeur bien connu, qui reste un des rares à travailler consciencieusement et à perfectionner sans relâche ces "petits cubes" qui connurent tant de succès, a pris une juste revanche sur le sort qui se plut à l'accabler l'an dernier, et a triomphé nettement dans sa catégorie, prenant la tête dès le début et la gardant avec cette superbe allure qu'on lui connaît. Le temps accompli pour les 100 kilomètres, qui approche de près celui de la catégorie supérieure, est à lui seul un sûr garant de la valeur intrinsèque de la performance accomplie. Cette belle victoire vient récompenser un constructeur probe et sérieux, amoureux de son métier et de la mécanique qu'il sait mettre au point.

 

Enfin, l'indépendant Whettnall a accompli en catégorie 75 cmc., une très jolie course en régularité pure, et sans prétendre à bousculer les records (qui sont du reste, dans cette classe, particulièrement durs à battre),n'en a pas moins effectué le parcours sans aucun ennuis, ni le plus petit arrêt, ce qui est un bon résultat.

Rapeau a, hier, joué de malchance d'ailleurs proverbale et qui semble s'acharner sur lui depuis quelque temps. Son moteur ayant serré au départ, il fit une chute sans gravité, mais, pour la suite, il lui fut impossible de donner son maximum. Il termina cependant, mais nous sommes certains qu'il doit pouvoir faire mieux en une prochaine occasion.

Egalement, signalons que Charron a eu quelques petits ennuis qui lui ont fait perdre un temps précieux, et que Moissinat, indépendant, quoique moins rapide que ses concurrents n'en a pas moins conduit sa course courageusement, visant uniquement à la régularité.

 

Ce que furent les courses

 

  * Catégorie 125 cmc. - Quatre concurents prennent le départ. Ce sont Moissinat (indép.) ; Bornot (Prester) ; Gruyère (indép.) ; Charron (Liaudois). Dès le début, Bornot prend la tête, suivi de Charron qui devait stopper peu après. C'est alors que Gruyère, qui avait remonté rapidement, vient attaquer Bornot et c'est jusqu'à la fin une lutte farouche entre les deux hommes qui restent roue dans roue, sans aucune défaillance. Finalement, au moment même où Bornot prenait un léger avantage, Gruyère fait une chute, et on connaît la suite.

 

  * Catégorie 100 cmc. - Trois partants : Rapeau (Jack Sport) ; Liaudois (Liaudois ; Beaujour (Biemans). Course sans histoire, puisque dès le début Liaudois prend la tête et ne la quitte plus. Rapeau bûche, mais, bien reparti, termine courageusement.

Quant à Beaujour, sa magnéto lui donne du fil à retordre et, finalement, il abandonne.

 

Le forfait de Lézin

 

Nous avons eu, au Parc des Princes, la visite de Lézin, qui nous a raconté une histoire navrante. il y a huit jours, au cours de son travail, son frère a été pris dans une explosion et brûlé tellement tragiquement qu'il n'est pas encore hors de danger. Le forfait de Lézin, engagé dans deux catégories pour notre Grand Prix,en est résulté automatiquement. Nous nous inclinons devant cette douloureuse circonstance, tout en notant que c'est un engagé de valeur que nou savons perdu là. Lézin doit prendre sa revanche l'an prochain.

 

 

L'Auto 10-07-1929

 

Après le 8e Grand Prix de l'Auto des petites motocyclettes.

 

A la suite de notre 8e Grand Prix des petites motocyclettes (100 kil.), voici les temps tous les 10 kilomètres pour les différentes catégories.

 

  * Catégorie 75 cmc.

 

   10 kil.  Whettnall (Indépendant) 

   20 kil.  Whettnall (Indépendant) 

   30 kil.  Whettnall (Indépendant)   

   40 kil.  Whettnall (Indépendant)     

   50 kil.  Whettnall (Indépendant)  

   60 kil.  Whettnall (Indépendant)    

   70 kil.  Whettnall (Indépendant)   

   80 kil.  Whettnall (Indépendant)   

   90 kil.  Whettnall (Indépendant)  

 100 kil.  Whettnall (Indépendant) 

 

       h.              m.            s.             c.

        0              14           10                      

        0              27           18           

        0              40           24

        0              53           47

        1              06           57           

        1              20           10                     

        1              33           27           

        1              46  ,        21            

        1              59           27            3/5

        2              12           17            1/5

 

  * Catégorie 100 cmc.

 

   10 kil.  Liaudois (Liaudois) 

   20 kil.  Liaudois (Liaudois) 

   30 kil.  Liaudois (Liaudois)   

   40 kil.  Liaudois (Liaudois)    

   50 kil.  Liaudois (Liaudois) 

   60 kil.  Liaudois (Liaudois)   

   70 kil.  Liaudois (Liaudois)  

   80 kil.  Liaudois (Liaudois)  

   90 kil.  Liaudois (Liaudois)  

 100 kil.  Liaudois (Liaudois)

       h.              m.            s.             c.

        0              08           12            4/5           

        0              16           27            2/5           

        0              24           33            3/5

        0              32           36            1/5

        0              40           38           

        0              48           40            3/5           

        0              56           44           

        1              04  ,        44            

        1              12           40            

        1              20           38            1/5

 

  * Catégorie 125 cmc.

 

La vérification des feuilles de pointage et de chronométrage a, dans cette catégorie, révélé un changement, non dans le classement lui-même qui reste acquis, mais dans les temps ; les feuilles ont fait ressortir que les hommes de tête avaient accompli 156 tours au lieu de 150 obligatoires.

De ce fait, le record de l'épreuve dans cette catégorie est battu par le même homme et la même machine qui le détenaient depuis 1927 :  Bornot sur Prester.

Egalement les records intermédiaires des 70, 80 et 90 kil. sont battus par Gruyère dont nous avons dit la très belle lutte avec Bornot. Enfin, le kilométrage parcouru dans l'heure est également plus important.

 

   10 kil.  Bornot (Prester) 

   20 kil.  Bornot (Prester) 

   30 kil.  Gruyère   

   40 kil.  Gruyère     

   50 kil.  Gruyère 

   60 kil.  Gruyère    

   70 kil.  Gruyère   

   80 kil.  Gruyère   

   90 kil.  Gruyère   

 100 kil.  Bornot 

 

       h.              m.            s.             c.

        0              08           25           

        0              16           12                       

        0              23           49           

        0              31           22            

        0              38           55           

        0              46           29                       

        0              54           02        Rec.battu    

        1              01  ,        27        Rec. battu   

        1              09           12        Rec. battu  

        1              16           47        Rec. battu

Moyenne horaire : 78 kil. 140

Dans l'heure : Gruyère, 77 kil. 883. Record battu.

1930 

 

L'Auto 01-07-1930

 

Le 9e Grand Prix de l'Auto des petites motocyclettes.

 

Les engagés

 

Après dépouillement du courrier mis à la poste le jour de la clôture de nos engagements, nous sommes en mesure de donner ci-dessous la liste complète des engagements pour notre 9e Grand Prix des petites motocyclettes qui se disputera au Parc des Princes dimanche.

Cette liste comporte les numéros que chaque coureur devra porter en course.

 

Voici les engagés :

 

  * Catégorie 125 cmc. - 1 Biémans (X) ; 2 Bornot (Prester) ; 3 Beaujour (AGS) ; 4 Richer (X) ; 5 R. Pointel (X) ; 6 X (Favre) ; 7 C. Gauthey d'Arnex (X) ; 8 Gergaud (X)

 

  * Catégorie 100 cmc. - 9 Rapeau (X) ; 10 R. Chevalier (Rivard) ; 11 Henger (Henger) ; 12 Baumet (Baumet) ; 14 Beaujour (AGS)

 

  * Catégorie 75 cmc. - 15 Whettnall (X)

 

 

L'Auto 06-07-1930

 

Ce matin, au Parc des Princes se dispute notre classique Grand Prix des petites motos.

 

Le premier départ aura lieu à 9 heures

 

Pour la neuvième fois, la piste du Parc des Princes va voir se dérouler, ce matin, notre annuel et classique Grand Prix des petites motocyclettes qui a remporté, cette fois-ci, un très beau succès d'engagements.

Le public, qui assistera aux épreuves est donc sûr de voir de très belles batailles car les machines sont très près les unes des autres, et les temps réalisés à l'entraînement prouvent que la première place dans chaque catégorie, 125 cmc. et 100 cmc., sera chèrement acquise.

Les records seront-ils battus ?

La chose n'est pas sûre parce que ceux qui ont été établis constituent des paliers supérieurs en l'état actuel de notre construction. Cependant, on peut faire confiance à ceux qui vont se mettre en piste, car ils feront tous leurs efforts pour améliorer les temps enregistrés dans notre épreuve.

 

Cette reprise que nous enregistrons pour une course de pure vitesse où seuls sont admis les 125 cmc. , 100 cmc. et 75 cmc., qui doivent accomplir 100 kilomètres à plein gaz est le plus sûr garant que nos industriels n'ont pas abandonné ces cylindrées utilitaires qui, dans quelques années, constitueront une branche importante de notre production.

 

Et on trouvera toujours notre Grand Prix comme banc d'essai de toutes ses réalisations futures.

 

 

Les engagés

 

La catégorie 125 cmc. groupe 8 concurrents desquels nous mettrons au premier plan le recordman en 1927 et en 1929, Bornot, qui tentera avec sa rapide Prester d'abaisser encore son propre temps, ce dont il est fort capable. Il se heurtera à Biémans (Durkopp), Beaujour (AGS), Favre (Favre) et aux indépendants Richer, Pointel, C. Gauthey d'Arnex et gergaud qui défendront chèrement leur chance.

 

La catégorie 100 cmc. groupe 5 concurrents et doit réservé une empoignade superbe entre Rapeau et sa Prester munie d'un nouvel Aubier et Dunne dont nous suivrons la tenue avec intérêt et Henger sur Henger, moteur Train, qui veut les records. Par ailleurs Chevalier (Rivard), Beaujour (AGS) et Baumet (Baumet) restent des concurrents redoutables.

 

Enfin en 78 cmc., Pointel, qui remplacera Whettnall souffrant, ne peut manquer de fournir une belle course.

 

La liste des engagés se présente ainsi :

 

* 125 cmc. - 1 Biémans (Durkopp) ; 2 Bornot (Prester) ; 3 Beaujour AGS) ; 4 Richer (Indép.) ; 5 R. Pointel (Indép.) ; 6 Favre (Favre) ; 7 C. Gauthey d'Arnex (Indép.) ; 8 Gergaud (Indép.)

 

* 100 cmc. - 9 Rapeau (Prester) ; 10 R. Chevalier (Rivard) ; 11 Henger (Henger) ; 12 Baumet (Baumet) ; 14 Beaujour (AGS)

 

* 75 cmc. - 15 R. Pointel (Indép.)

 

Le pesage

 

Les concurrents devront se trouver à 8 heures au Parc des Princes munis de toutes leurs pièces pour le pesage, poinçonnage et vérification des machines.

 

L'horaire

 

L'épreuve débutera à 9 heures par l'épreuve des 125 cmc. Le second départ aura lieu vers 10 h 30.

 

Les officiels

 

Commissaires sportifs - MM. Mauve, Cuillier et Bretenstein.

Pointage - MM. Blumberg, Aumaître, de Villeneuve.

 

 

L'Auto 07-07-1930

 

Le Grand Prix de l'Auto des petites motos.

 

Beaujour (AGS) en 125 cmc., Chevalier (Rivard) en 100 cmc. et R. Pointel en 75 cmc. sont vainqueurs

 

Les classements

 

  * Catégorie 125 cmc.

 

        1 - Beaujour (AGS)...................................... 1 h. 24 m. 53 s.

        2 - Bornot (Prester)...................................... 1 h. 29 m. 56 s.

        3 - Richer (Indépendant).............................. à 2 tours

        4 - Biémans (Favre-Durkorpf).........................132 tours parcourus

        5 - C. Gauthey d'Arnex (Indép.)................... 65 tours parcourus

 

  * Catégorie 100 cmc.

 

        1 - Chevalier (Rivard)................................... 1 h. 23 m. 19 s. 3/5

        2 - Rapeau (Prester)..................................... 1 h. 42 m. 19 s.

 

  * Catégorie 75 cmc.

 

        1 - R. Pointel (Indép.)................................... 1 h. 42 m. 48 s. 3/5, arrêté après 100 tours

 

Hier, nous avons vécu avec notre Grand Prix des petites motocyclettes, neuvième du nom, des minutes émotionnantes dont le compte rendu ne pourra donner qu'une idée bien imparfaite. Mise à part, en effet, la catégorie 75 cmc. où seul l'indépendant R. Pointel avait accepté la dure tâche de parcourir 100 kilomètres en vitesse sur le ciment dont le miroitement sous le soleil n'était pas pour alléger la difficulté de chacun, ce fut dans les deux catégories 100 cmc. et 125 cmc., de rudes batailles, animées de bout en bout et où l'on sentait non seulement la volonté de vaincre, mais encore cette belle et généreuse sportivité, créatrice de saine émulation, de ceux qui veulent faire mieux que ce qui fut accompli jusqu'alors.

 

Je dis cela pour MM. Eichel frères constructeurs bien connus de la Prester qui arrêtèrent Bornot en plein élan uniquement pour essayer de mettre la machine en état de battre les records de l'épreuve qui leur appartenait du reste depuis l'an dernier du moins pour une large part. On peut estimer - d'après les résultats - qu'il y eut là une faute de tactique ; on ne peut dénier au geste cette élégance sportive à laquelle nous attachons tant de prix parce qu'elle est devenue très rare.

 

Le public - ce nombreux public qui se pressait à ce point tout autour de la piste qu'il a dû faire regretter à ceux qui se désintéressèrent de la lutte d'avoir ainsi abandonné volontairement un remarquable moyen de propagande pour ce petit cube auquel ils viendront un jour proche - ne s'y est pas trompé et comme nous il associera dans un même hommage le vainqueur de ce duel mémorable. Beaujour et celui qui reste quand même le recordman de la catégorie : Bornot (Prester).

Mais voyons les courses.

 

D'abord la prmière dont le départ fut donné à 9 h 15 et qui groupait les machines de la catégorie 125 cmc. Dès le début, Bornot (Prester), qui a annoncé son intension de battre les records existants, prend la tête dans ce style impressionnant et tout de souplesse qui lui est coutumier, suivi dans l'ordre par Richer (Indép.) et Biémans (Favre-Durkorpf )

 

Les tours qui ont commencé à être abattus en 43 s. 2/5 (départ arrêté) s'améliorent rapidement et on en arrive à 29 s. 3/5 tant et si bien que Bornot possède bientôt 8 tours d'avance sur son concurrent le plus immédiat.

Derrière lui une lutte s'est engagée, très dure entre Richer, tenant de la seconde place, et Beaujour (AGS) qui parti avec 12 tours de retard, remonte terriblement, accomplissant des tours à une vitesse qui ne dépasse toutefois pas celle de Bornot.

Mais l'allure de celui-ci faiblit légèrement et les records ne tombent pas. Beaujour accélère constamment, mais toutefois Bornot, qui ne perd jamais plus de 2 secondes, peut vivre sur son avance et, sauf incidents, gagner la course

 

C'est alors, au 62e tour, que du stand Prester parvient à Bornot l'ordre d'arrêt. Que s'est-il passé ? Uniquement qu'après un court débat, les frères Eichel viennent de décider de reviser bougie et gicleur de la machine par la seulle raison qu'ils veulent les records et que ceux-ci ne peuvent tomber en l'état actuel de la mécanique. Cet arrêt volontaire devait leur coûter la première place.

 

Durant que Bornot change de bougie, Beaujour, qui mène un train d'enfer, achève de combler son retard et prend le commandement. Bornot repart et s'engage entre les deux hommes une lutte coude à coude émotionnante au possible.

Au 64e tour, Bornot attaque et passe irrésistiblement d'une longueur; Est-ce la victoire ?

 

Le sort alors se prononce, car au 68e tour, Bornot s'arrête, un gicleur bouché. C'en est fait, car ayant perdu 3 tours, il ne pourra les combler. Les deux coureurs restent roue dans roue, témoignant d'une parfaite maîtrise de part et d'autre et finalement Beaujour gagne ayant fourni une course de premier ordre qui ne nous étonne pas d'un homme que nous revoyons chaque fois avec plaisir au guidon et qui est un coureur remarquable autant qu'un parfait metteur au point.

 

Félicitons également Richer qui prend une belle troisième place, et Biémans qui n'a couru qu'à la seule régularié et a parfaitement réussi la démonstration qu'il entendait effectuer.

 

Puis on procéda au départ de la catégorie 100 cmc. à laquelle était adjoint la petite 75 cmc. de Pointel qui, de bout en bout, fit montre d'une parfaite régularité. Dans cette catégorie, trois hommes  attiraient l'attention : Henger, dont on savait que le moteur était capable sinon de battre - car ils sont durs dans cette catégorie - du moins d'approcher de très près les records existants ; Chevalier (Rivard), que l'on donnait comme très rapide, et enfin Rapeau (Prester), parce que c'était le début en course du moteur Aubier et Dunne 100 cmc., qui avait choisi pour ce faire un terrible banc d'essai.

Notons que les dirigeants de Prester jouaient, là encore, une partie difficile ; mais on sait bien qu'ils ne reculent pas devant elle et qu'au demeurant il vaut mieux chercher à perfectionner dans la course de vitesse pure, quitte à démontrer, comme il le font souvent, l'excellence de leur construction de série en épreuve de tourisme.

Le moteur Aubier et Dunne, que nous avons vu, est à suivre, car Rapeau n'a que rarement marché à son maximum de puissance, des bougies défectueuses provoquant l'autoallumage. Chaque fois qu'il l'a fait, on sentait nettement la parfaite tenue du moteur lui-même. Soyez sûr que nous le retrouverons l'an prochain et qu'il faudra compter avec lui alors.

Henger (Henger) a joué de malchance ici, parti en tête avec aisance et tournant avec une régularité qui n'excluait pas la vitesse, il semblait devoir fournir aisément le vainqueur, en dépit de la résistance de Chevalier, lui aussi concurrent de valeur.

Soudain, en pleine action, il fut pris d'un malaise, put heureusement s'arrêter, mais trahi par ses moyens physiques et vraisemblablement surmené, il dut abandonner la mort dans l'âme, avec une machine qui ne demandait qu'à le mener au but. L'homme est courageux et est à suivre pour l'avenir : sa tenue en selle est parfaite et quoique peu habitué de la piste du Parc, il a fait montre d'une maîtrise remarquable.

 

Enfin nous tenons à féliciter Chevalier (Rivard), qui n'a connu aucun ennui et qui méritait mieux que finir quasi seul une course où il était de taille à défendre sa chance. Pour l'avoir vu à la tâche au début, on a pu aisément le juger tout à son avantage. Sa place de premier est donc à retenir, d'autant que sa machine n'a eu aucun arrêt, ce qui est très beau.

 

Remerciements

 

Nous remercions ceux qui nous ont aidé dans notre tâche et particulièrement nos commissaires sportifs : Mauve, président de l'AMCF ; Bretenstein et Cuillier, qui ont eu l'oeil à tout avec une bienveillance qui n'excluait ni l'autorité, ni la décision. Egalement signalons que MM. Blumberg et de Villeneuve ont assumé les délicates fonctions de pointeurs à la satisfaction générale.

J. Bonnet

 

L'Auto 08-07-1930

 

Après le 9e Grand Prix de l'Auto des petites motos.

 

Pour compléter notre documentation publiée hier en compte rendu de notre 9e Grand Prix des petites motos, qui a eu lieu dimanche, au Parc des Princes, voici les temps tous les 10 kil. de l'homme de tête de chaque catégorie :

 

  * Catégorie 75 cmc.

 

   10 kil.   R. Pointel (Indépendant) 

   20 kil.   R. Pointel (Indépendant) 

   30 kil.   R. Pointel (Indépendant)   

   40 kil.   R. Pointel (Indépendant)     

   50 kil.   R. Pointel (Indépendant)  

   60 kil.   R. Pointel (Indépendant)    

Arrêté au 60e kilomètre

       h.              m.            s.             c.

        0              16           44            3/5           

        0              33           35            2/5           

        0              45           48            2/5

        0              57           41            2/5

        1              21           22            3/5           

        1              34           00            2/5           

 

 

  * Catégorie 100 cmc.

 

   10 kil.  Henger (Henger) 

   20 kil.  Henger (Henger) 

   30 kil.  Henger (Henger)   

   40 kil.  Henger (Henger)    

   50 kil.  Henger (Henger) 

   60 kil.  Chevalier (Rivard)   

   70 kil.  Chevalier (Rivard)   

   80 kil.  Chevalier (Rivard)  

   90 kil.  Chevalier (Rivard)  

 100 kil.  Chevalier (Rivard)  

 

        h.             m.           s.             c.

        0              08           19            4/5           

        0              16           18            4/5           

        0              24           23 

        0              32           33            3/5

        0              40           47            4/5           

        0              50           34            1/5           

        0              58           40            4/5           

        1              06  ,        58            4/5         

        1              15           11            1/5          

        1              23           19            3/5

 

  * Catégorie 125 cmc.

 

   10 kil.  Bornot (Prester) 

   20 kil.  Bornot (Prester) 

   30 kil.  Bornot (Prester)   

   40 kil.  Bornot (Prester)    

   50 kil.  Beaujour (AGS) 

   60 kil.  Beaujour (AGS)   

   70 kil.  Beaujour (AGS)   

   80 kil.  Beaujour (AGS)  

   90 kil.  Beaujour (AGS) 

 100 kil.  Beaujour (AGS)  

 

        h.             m.           s.             c.

        0              07           45            2/5           

        0              15           20            2/5           

        0              23           17            4/5

        0              31           16            4/5

        0              45           10            4/5           

        0              52           59            1/5           

        1              00           47            1/5           

        1              08  ,        40            3/5         

        1              16           35            3/5          

        1              24           53            4/5

 

Ce qu'ils ont gagné

 

Beaujour

Chevalier 

R. Pointel 

Bornot 

Rapeau 

Richer 

Biémans 

C. Gauthey d'Arnex  

 

 

200 francs

200 fr.

200 fr.

150 fr.

150 fr.

100 fr.

100 fr.

  50 fr. 

 

Ces sommes sont à la disposition des concurrents à notre caisse sur présentation des pièces d'identité.

 

 

1931 

 

L'Auto 25-06-1931

 

Le 10e Grand Prix des petites motocyclettes.

 

C'est le 5 juillet, au Parc des Princes que, pour la dixième fois, nous organiserons notre Grand Prix des petites motocyclettes, qui réunira la compétition des 75 cmc., 100 cmc. et 125 cmc. Créée avant même que la motocyclette légère fût reconnue officiellement par la FICM, notre épreuve, si elle a connu des fortunes diverses, a toujours maintenu sa réputation, en dépit de la crise qui a sévi, ces dernières années, dans la construction du petit cube.

Toujours nous avons trouvé autour de l'anneau de ciment du Parc des Princes quelques fidèles qui avaient su, dans le courant de l'année écoulée, améliorer eux-même des mécaniques qui, avec l'appui des spécialistes, pouvaient prétendre à mieux.

 

Mais l'an dernier déjà, on pouvait percevoir ce grand courant de faveur qui porte actuellement plusieurs de nos constructeurs vers le petit cube, et notamment la bicyclette à moteur. Assurément, on ne veut point prétendre que les machines que nous verrons le 5 juillet sont analogues à celles que l'on trouve journellement sur les routes de France et auxquelles la loi impose le maximum de vitesse de 30 kilomètres à l'heure.

Mais quoi !

On sait bien que tout perfectionnement dans le domaine du tourisme est né d'abord dans le domaine de la machine de vitesse.

Ce qui importe pour les bicyclettes à moteur, c'est le meilleur rendement, et il ne faut pas perdre de vue que ce même rendement est le facteur essentiel de la victoire dans une épreuve de vitesse comme notre Grand Prix. Une fois de plus, le constructeur qui aura travaillé avec soin, patience et méthode, le "racer" de grande classe qui bousculera des records au cours des 100 kilomètres de notre ronde au Parc des Princes sera assuré de posséder la même maîtrise dans le domaine pratique de la bicyclette à moteur.

 

Qui peut le plus peut le moins !

Le public le sait fort bien et c'est pourquoi il s'intéresse aux courses et aux concours.

Les constructeurs doivent faire comme lui et s'engager dans notre Grand Prix.

 

Rappelons-leur donc que les engagements (50 fr. par machine) seront définitivement clos le samedi 27 juin à 18 heures, et que sur simple demande nous adressons le règlement.

 

 

L'Auto 06-07-1931

 

Au Grand Prix des petites motos, Rapeau fait le meilleur temps.

 

Mais Druz bat le record du tour toutes catégories

 

Le classement

 

* Catégorie 125 cmc.

 

        1 - Druz (Indépendant)...................................... 1 h. 17 m. 6 s. Moyenne 77 kil. 821

        2 - Rapeaut (Motopédale)................................. 1 h. 31 m. 4 s. 2/5

        3 - Biémans (Véritas)........................................  1 h. 31 m. 44 s. 3/5

 

 

  * Catégorie 100 cmc.

 

        1 - Rapeau (Motopédale).................................. 1 h. 16 m. 43 s. 3/5 Moyenne 78 kil. 206

        2 - Charolais (Motopédale)................................ 1 h. 37 m. 59 s.

 

  * Catégorie 75 cmc.

 

        1 - Gauthey d'Arnex (Indép.)............................. 1 h. 43 m. 1 s. Arrêté au 80e kil.

 

 

Les belles courses de Rapeau

 

Ce dixième Grand Prix nous a réservé, hier, des surprises agréables. Nous ne nous étions pas trompé, en effet, lorsque nous écrivions que la qualité des engagés nous permettait d'augurer de belles performances. Deux au moins se sont montrés à la hauteur de la situation : Rapeau, avec sa Motopédale d'une part ; Druz, exclusivement brillant d'autre part

 

Voici d'abord Rapeau.

Nous avons dis ici que l'homme était spécialiste de la machine légère, et les beaux records du monde qu'il possède en sont la meilleure preuve. Nous savions, d'autre part, qu'il s'était préparé minutieusement pour notre épreuve, à laquelle il attache l'importance qu'elle mérite.

Aussi est-ce sans étonnement qu'en catégorie 100 cmc. nous le vîmes prendre résolument la tête, pour ne pas la quitter tout au long des 100 kilomètres de course.

L'allure souple et aisée, sans un ennui, il abat la besogne en 1 h. 16 m. 43 s. 1/5, performance  d'autant meilleure qu'elle constituera le meilleur temps de la journée, battant celui de la catégorie supérieure 125 cmc.

 

Un seul homme pouvait espérer lui tenir tête, Bornot, sur Prester.

La malchance a voulu que la marque ait dû se présenter à court de préparation et à court d'entraînement, acceptant quand même la bataille malgrè des auspices défavorables. Il est des défaites dont on peut appeler, et celle d'aujourd'hui en est. Soyez sûr que nous retrouverons Prester l'an prochain, et cette fois-ci fin prêt.

 

Soulignons également que Charolais, metteur au point chez Motopédale, confirme la victoire de son patron en prenant la seconde place des 100 cmc., après une belle course de régularité, par une crevaison qui lui fit perdre du temps.

 

Druz bat le record du tour

 

La catégorie 125 cmc., fut elle-même fertile en incidents.

On attendait beaucoup du choc qui devait opposer Rapeau et Druz ; toutefois, on doit dire que le premier nommé se présentait avec un handicap d'un moteur dépassant à peine 100 cmc. ; il accomplit une course courageuse, mais ne put faire mieux que la seconde place.

Dommage que nous  n'ayons eu, ici, le fameux moteur Aubier et Dunne des records du monde à double carburateur, qui eût égalisé la partie.

Au point de vue vitesse pure, Druz fut incontestablement le meilleur. Au guidon d'une moto munie d'un moteur à soupapes en tête - belle hardiesse pour une 125 cmc. - il a galopé sur tout le lot et si un arrêt au début pour fil de bougie cassé ne l'avait pas retardé, il devait tenter avec chance de succès de battre les records de l'épreuve debout depuis 1925.

 

Nous noterons son dernier tour foudroyant en 26 s., à la moyenne horaire de 92 kil. 307, qui bat le record du tour du Parc des Princes qui n'était que de 26 s. 2/5, moyenne 90 kil. 244.

 

Les courses

 

Le départ est donné à 9 heures précises par M. Mauve, de l'AMCF, aux catégories 100 cmc. et 75 cmc. La première catégorie groupe Charolais (Motopédale), Rapeau (Motopédale), Bornot (Prester) et la deuxième un seul concurrent, Gauthey d'Arnex qui, accomplira une belle course de régularité et sera arrêté au 80e kilomètre sans qu'il ait eu un seul ennui.

 

Dès le début Rapeau prend la tête pour ne plus la quitter. Derrière lui, la lutte s'organise entre Charolais et Bornot, mais ce dernier rompait sa tuyauterie d'essence et abandonnait. Charolais victime d'une crevaison, finissait régulièrement derrière Rapeau.

 

Ce fut ensuite le départ des 125 cmc., groupant Druz (indép.), Rapeau (Motopédale), Biémans (Véritas), Gauthey d'Arnex (indép.) et Moissenat (indép.),  ces deux derniers devant disparaître rapidement de la lutte.

Aux premiers tours, Rapeau, qui supporte le handicap de la cylindrée, passe en tête, talonné par Druz qui ne tardera pas à acquérir le commandement. Pas pour logtemps toutefois, car il casse un fil de bougie et, très nerveux, perd beaucoup de temps pour le réparer; Rapeau est alors leader avec 10 tours d'avance, cependant que Biémans, très régulier mais moins vite, est en seconde position.

C'est alors que commence une chasse éperdue où Druz, évidemment plus rapide, donne la mesure de ses moyens. En marchant à cette allure, nul doute que, sans arrêt, les records de l'épreuve eussent été menacés. Songeons qu'au 71e tour, Druz a comblé son retard et que, non inquiété, il ralentit l'allure sauf au dernier tour où il s'approprie le record du tour.

Rapeau, dont le gicleur est trop petit, doit s'arrêter à son tour et Biémans passe en seconde posirtion, on notera que ce coureur n'a eu aucun arrêt pendant ces 100 kilomètres.

Finalement, Rapeau repassera à la seconde place suivi de près par Biémans.

 

Telle est la physionomie de notre beau Grand Prix sur lequel nous reviendrons demain.

 

J. Bonnet

****

 

Motopédale dans la course

 

Le Grand Prix des petites motos a été l'occasion pour Motopédale, la marque spécialiste de la bicyclette à moteur de se tailler une large part de succès. Non seulement Rapeau enlève avec brio la catégorie 100 cmc., alors que son coéquipier Charollais se classe derrière lui à la pure régularité, mais le même Rapeau, avec un moteur à peine supérieur à 100 cmc. prend la seconde place en 125 cmc.

De plus, la 100 cmc. de Rapeau fait le meilleur temps de la journée.

 

Etablissements Motopédale, 10 rue Vaucanson, Pantin.

 

 

****

 

Après le Grand Prix de l'Auto des petites motocyclettes

 

Ce qu'ils ont gagné

 

Hier, on a procédé à la vérification des cylindrées des concurrents du Grand Prix des petites motos,  aucune fraude n'a été constatée, le classement demeure acquis.

Conformément au règlement, qui prévoit des prix en espèces, voici la liste de ce qu'ils ont gagné :

Rapeau 

Druz 

C. Gauthey d'Arnex 

Charolais 

Biémans 

 

350 francs

200 fr.

200 fr.

150 fr.

100 fr.

****

 

Une fois encore Aubier et Dunne, les spécialistes du moteur deux temps, se sont taillés de beaux succès dans le Grand Prix des petites motos avec Motopédale qui triomphe nettement.

D'un rendement extraordinaire, les moteurs doivent leur qualité à leur cyclindre chemisé d'acier.

 

Motuers Aubier et Dunne, à Saint-Amand-les-Eaux (Nord)

 

 

Nous avons relaté le superbe succès remporté au Parc des Princes par la petite Motopédale, victorieuse avec Rapeau dans le Grand Prix de l'Auto. Assicions au succès de la marque, les huiles Kervoline, les pneus Hutchinson et les chaines Brampton, qui équipent les Motopédale.

 

****

1932 

 

L'Auto 02-06-1932

 

Pour la 11e fois notre Grand Prix des petites motos aura lieu, le 26 juin au Parc des Princes.

 

Le Grand Prix des petites motocyclettes entre dans sa onzième année ; et il est assez curieux de constater qu'il débutera cette nouvelle série de dix ans - qui, nous le pensons, sera suivie d'autres encore - sur la nouvelle piste du stade vélodrome du Parc des Princes, dont le tracé rapide favorisera nos champions des faibles cylindrées dont les exploits sportifs ne se mesurent pas à la capacité des moteurs.

On n'a pas à insister, ici, sur l'importance qu'a prise et que garde depuis ses débuts notre épreuve. Seul championnat officiel des 100 kilomètres vitesse ouvert aux catégories 100 cmc. et 125 cmc., elle permet chaque année de faire la preuve qu'à défaut de progrès, la construction du petit cube n'a rien perdu de sa supériorité de naguère. Car ce n'est un secret pour personne que dès l'apparition de ces cylindrées, nos constructeurs atteignirent en matière de vitesse pure au maximum compatible avec l'ancienne piste du Parc des Princes.

Qu'arrivera-t-il cette année ?

Vraisemblablement que des performances seront supérieures à celles des années passées. On ne doit pas perdre de vue, à ce sujet que nous possédons au moins un spécialiste agissant des moteurs 100 cmc. et 125 cmc., dont les records du monde sont particulièrement élevés ; la piste du Parc des Princes doit lui permettre d'affirmer à nouveau sa suprématie qui n'ira pas, toutefois, sans lutte, car nous connaissons parmi les habitués de notre course de redoutables adversaires qui entendent certainement, cette année, défendre chèrement leur chance.

 

Et pour conclure, nous voudrions fixer, au sujet de notre Grand Prix, un point de discussion. On a pu lire, récemment, dans les colonnes de notre rubrique motocycliste notre opinion concernant l'interdiction probable que prononcera la commission sportive de l'UMF, pour tout ce qui touche l'admission des bicyclettes à moteur en épreuve de vitesse, décision logique qu'impose le régime exceptionnel sous lequel se développe ce véhicule particulier.

Mais pour autant, nous ne demandons pas qu'on jette l'interdit sur ces cylindrées 100 cmc. et 125 cmc., dès l'instant qu'il s'agit de machines spécialement crées pour ce propos.

Quoi qu'on fasse, le moteur léger ne se développera qu'autant qu'il aura satisfait à ce rude banc d'essai que constitue la piste ; ici pas d'équivoque et la bicyclette à moteur n'a rien à voir dans notre Grand Prix des petites motos.

Sinon, sans doute, que les enseignements de notre épreuve pourront être utilisés avec  fruit dans la construction courante qui, tout en restant dans la limite imposée des 30 km. heure, peut améliorer le rendement général.

J. Bonnet

Les grandes lignes du règlement

 

Notre 11e Grand Prix des petites motos se disputera le dimanche 26 juin dans la matinée, au stade Vélodrome du Parc des Princes. La formule initiale a été conservée, c'est-à-dire qu'il s'agit d'une course de vitesse sur la distance imposée de 100 kilomètres. Une première modification à noter ; l'exclusion de la catégorie 75 cmc., qui ne figurera plus à l'épreuve. Si jusqu'à présent, en effet, on a pu s'en tenir à la classification de la FICM, 75 cmc., 100 cmc. et 125 cmc., parce qu'aucune de ces catégories n'avait fait la preuve de sa supériorité, on peut estimer maintenant que la catégorie 75 cmc. n'a aucune chance de constituer une solution acceptable pour la bicyclette à moteur.

En conséquence notre Grand Prix ne sera ouvert qu'aux catégories 100 cmc. et 125 cmc., qui donnent des résultats à peu près équivalents, et dont le développement doit être favorisé.

Egalement, dans un but de sécurité et de régularité des épreuves, il ne sera pas admis plus de six hommes en piste ; en conséquence, si les engagements sont supérieurs en nombre, il sera procédé aux éliminations nécessaires. Contrairement aux autres années, ces éliminatoires n'auront pas lieu sur 100 kilomètres, ce qui obligerait les concurrents à venir au Parc des Princes les jours précédant l'épreuve, mais sur 10 km.environ, le matin même de la course. Les meilleurs temps seront retenus pour constituer les finales.

 

Les engagements ont gratuits

 

Enfin, annonçons que les droits d'engagement, qui étaient fixés à 50 fr., sont supprimés. Désormais, ces engagements sont gratuits, et il suffira de nous les adresser en bonne forme ; ils seront acceptés à partir d'aujourd'hui. Du reste, les règlement complets seront adressés à tous ceux qui en feront la demande à nos bureaux, 10 faubourg Montmartre, Paris.

 

 

L'Auto 07-06-1932

 

Le 11e Grand Prix des petites motos.

 

Pécisions sur le règlement

 

Pour faire suite aux différentes communications déjà faites sur notre Grand Prix des petites motos, nous allons donner quelques précisions concernant le règlement qui vient d'être approuvé par les pouvoirs sportifs.

Le Grand Prix des petites motoscyclettes est une épreuve de vulgarisation ouverte : 1e aux constructeurs ;  2e aux propriétaires de motocyclettes 100 cmc. et 125 cmc.

La course aura lieu au vélodrome du Parc des Princes (454 m 545 par tour de piste). Elle comprendra deux épreuves distinctes ; la première, pour la catégorie 100 cmc. ; la deuxième, pour la catégorie 125 cmc.

La distance à couvrir pour chaque catégorie sera de 100 kilomètres, soit 220 tours de piste. Mais pour pour participer au classement, il sera nécessaire que, dans les 25 premiers kilomètres, chaque concurrent ait effectué une moyenne minimum de 45 km. heure, s'il appartient à la catégorie100 cmc., et 50 kilomètres heure, s'il appartient à la catégorie 125 cmc., sous peine de mise hors course par les commissaires.

 

Nous attiront l'attention des futurs compétiteurs sur la dernière clause du règlement. Nous entendons, en effet, permettre à tous de participer à l'épreuve et, pour ce faire, nous avons décidé que les engagements seraient gratuits. Mais nous entendons également que les machines soient capables d'accomplir la tâche imposée, et les moyennes minimum demandées sont telles, qu'un concurrent moyen doit pouvoir y satisfaire.

Ainsi, les vrais champions ne seront nullement gênés dans leur effort et pourront donner la mesure de leur valeur réelle.

 

Des carters aux machines

 

Nous attiront l'attention des compétiteurs futurs sur le fait que les motos admises sur la piste du Parc des Princes doivent être obligatoirement munies, sous le moteur, d'un carter de protection en cuir, pour éviter les projections d'huile sur la piste. Les concurrents du Grand Prix des petites motos devront se plier à cette règle intérieure ; pour ce faire, il leur suffira d'aller examiner l'équipement des motos d'entraînement du Parc pour réaliser le même, ou s'adresser auprès du vélodrome, où il trouveront un spécialiste qui exécutera ces carters à peu de frais.

 

 

L'Auto 08-06-1932

 

Le 11e Grand Prix des petites motos.

 

La question des éliminatoires

 

Le nombre des engagés est illimité, mais en aucun cas il ne pourra être mis en  piste plus de six concurrents à la fois, pour des raisons de sécurité et de régularité de la course. Si, dans une ou deux catégories, le nombre des engagés est supérieur à six, il sera procédé à la composition de séries éliminatoires.

Ces séries éliminatoires comprendrons chacune et, au maximum, six machines.

Les éliminatoires se courront le matin même de l'épreuve sur une distance d'environ 10 kilomètres (20 tours). Si besoin est, les organisateurs se réservent le droit de procéder, sur la même distance, à un repêchage par catégorie.

La composition, l'ordre de marche et les heures de départ des séries éliminatoires, ainsi que les finales de chaque catégorie seront  arrêtés par les organisateurs après la clôture des engagements. 

La qualification pour la finale sera faite en réunissant les six machines ayant effectué, au cours des éliminatoires et, éventuellement, du repêchage, les six meilleurs temps sur la distance imposée.

 

 

L'Auto 22-06-1932

 

Le 11e Grand Prix de l'Auto des petites motos.

 

Samedi 17 heures, tirage au sort

 

Conformément au règlement, nous ferons disputer dimanche matin les séries éliminatoires de la catégorie 100 cmc., de notre Grand Prix des petites motos au Parc des Princes. Nous portons à la connaissance des intéressés que la composition et l'ordre des départs, tout autant que le numérotage des concurrents, se fera par tirage au sort, en présence de M. Mauve, à l'Auto, samedi après-midi à 17 heures.

Le tirage au sort se fera en présence des concurrents, qui sont invités à se rendre en nos bureaux à cet effet.

 

Voici l'horaire établi pour dimanche au Parc des Princes :

 

  *   6 h 30         pesage et poinçonnage des machines

  *   7 h 30:      départ des séries éliminatoires

  *   9 h            départ des 100 cmc.

  * 10 h 30 :     départ des 125 cmc.

 

Les cartes d'invitation

 

Rappelons qu'aucune entrée payante n'est acceptée pour notre Grand Prix.

Les cartes d'invitation gratuites sont à la disposition des intéressés à nos bureaux, à partir d'aujourd'hui et jusqu'à samedi 18 heures.

Les membres de clubs motocyclistes et les abonnés de l'Auto seront admis sur présentation de leur carte 1932.

 

 

L'Auto 26-06-1932

 

Le 11e Grand Prix de l'Auto des petites motos se déroulera ce matin au Parc des Princes.

 

Une rude lutte mettra aux prises des hommes de premier plan en 100 cmc. et 125 cmc.

 

Rarement, Grand Prix, réservé aux motos 100 cmc. et 125 cmc., a présenté un intérêt comparable à celui qui va se dérouler ce matin, au vélodrome du Parc des Princes, et qui est notre XIe Grand Prix des petites motos. 

Dans chaque catégorie, deux aspects bien différents de la lutte ; en 125 cmc., quatre hommes seulement, mais dont deux : Rapeau et Druz défendront chèrement leur droit à la première place ; en 100 cmc., 16 concurrents dont la moitié au moins composée de professionnels habitués de notre épreuve et dont les chances sur le papier apparaissent égales et qui devront donner leur mesure au cours des éliminatoires successives qui permettront de désigner les six finalistes.

Le public qui ne manquera pas de venir assister à une matinée de sport motocycliste qui ne doit pas les décevoir, saura apprécier, comme il le convient, l'effort accompli par les spécialistes de la petite moto, d'une part, par les amateurs, d'autre part, qui, avec des moyens nécessairement limités, s'essayent à lutter avec les professionnels.

L'épreuve de ce matin dira s'il est juste de les laisser sur le même plan, ou si l'on doit leur réserver une place à part ; l'enseignement sera retenu pour l'an prochain.

On verra par ailleurs, la liste des engagés ; pour notre part, nous détacherons en 100 cmc. : Leroy (Monet-Goyon), Charollais (MR), Rapeau (Prester), Mouchirond (Prester), Wech (Rochester), qui doivent être les hommes de tête, cependant qu'en 125, Rapeau, déjà nommé, et Druz sont deux vieux habitués des 100 kilomètres au Parc.

J. Bonnet

 

Les éliminatoires

 

Conformément au règlement qui prévoit que six hommes maximum seront en piste, nous procéderons, pour la catégorie 100 cmc., à des éliminatoires qui auront lieu à partir de 7 h 30, sur 10 kilomètres (22 tours).

 

Hier en présence des concurrents, M. Mauve, président de l'AMCF, commisaire général de notre épreuve, a fait procéder au tirage au sort pour la composition des éliminatoires, qui seront au nombre de quatre, à raison de quatre homme par série.

En voici le détail, étant entendu que dans chaque série, les pilotes désignés pour leur place de départ, le premier nommé étant à la corde :

 

  * Eliminatoire I

  17  Julien (amateur)

  12  Venin (Le Petit Roi)

  14  Lechien Gabriel (amateur)

    3  Robert (La Cyclette)

 

  * Eliminatoire II

  15  Lechien René (amateur)

  10  Maucourant 'amateur)

    8  Latruffe (amateur)

    4  Mouchiron (Prester)

 

  * Eliminatoire III

    6  Fretard (amateur)

    9  Pillion (professionnel)

    2  Charollais (MR)

  18  Rapeau (Prester)

 

  * Eliminatoire IV

   1  Leroy (Monet-Goyon)

   5  Vaugrand (amateur)

   7  Wech (Rochester)

 11  Maignan (Soyer)

 

Les six meilleurs temps obtenus au cours des éliminatoires composeront la finale.

La place des finalistes sera désignée par tirage au sort à la fin des éliminatoires.

 

Voici, d'autre part, la position des concurrents de la catégorie 125 cmc., pour  la finale sur 100 kilomètres :

 

   4  Knoblock (amateur)

   2  Casal (Prester)

   3  Druz (professionnel)

   1  Rapeau (Prester)

 

A 6 h 30, le pesage

 

Les opérations de pesage et poinçonnage de toutes les machines engagées se fera ce matin, au  Parc des Princes, de 6 h 30, à 7 h 30. Les concuurents entreront par la porte de Bordeaux-Paris et devront présenter les licences exigées qui sont les suivantes :

 

 1 - Les conducteurs classés professionnels devront posséder une licence de "conducteur                      professionnel" et, au cas où ils courraient pour une marque, la licence supplémentaire de                  "concurrent"

  2 - Les conducteurs classés amateurs devront être titulaires de la licence de "conducteur                       amateur".

Pour les concurrents et conducteurs étrangers, licences délivrées par l'un des pouvoirs sportifs affiliés à la FICM.

 

Le permis de conduire sera également exigé avant le départ.

 

Les machines concurrentes devront être munies de deux plaques sur lesquelles figureront les numéros de course affectés à chaque concurrent. Un dossard sera fourni par les organisateurs.

 

Les horaires

 

  7 h 30          départ de la première éliminatoire, catégorie 100 cmc., distance 10 km (22 tours)

  9 h               départ de la finale de la catégorie 100 cmc., distance 100 kilomètres, (220 tours)

10 h 30          départ des concurrents de la cat"égorie 125 ccmc., distance 100 km. (220 tours).

 

Il reste bien entendu que cet horaire peut être modifié en cas de pluie.

 

 

L'Auto 27-06-1932

 

Prester gagne les 2 catégories du 11e Grand Prix de l'Auto des petites motos

 

De très belles performances furent accomplies au Parc des Princes en catégorie  en 100 cmc.

 

Les classements

 

* Catégorie 100 cmc.

 

        1 - Mouchirond (Prester, pneus Dunlop).................. 1 h. 10 m. 49 s.

        2 - Wech (Rochester)............................................... 1 h. 15 m. 35 s.

        3 - Rapeau (Prester)................................................ 1 h. 19 m. 23 s. 2/5

        4 - Vaugrand (amateur)............................................ 1 h. 20 m. 59 s. 2/5.  Arrêté à 190 tours

        5 - Maucourant (amateur).........................................1 h. 20 m. 35 s.. Arrêté à 183 tours

 

  * Catégorie 125 cmc.

 

        1 - Charollais (Prester)............................................ 1 h. 20 m. 11 s. 1/5

 

 

Hier matin, pour la onzième fois, nous avons organisé notre classique Grand Prix des petites motocyclettes, épreuve de 100 kilomètres réservée aux catégories 100 et 125 cmc. Et la nouvelle piste rose du Parc des Princes, nettement plus rapide que l'ancienne, a permis en 100 cmc. d'améliorer des temps déjà très hauts ; aucune comparaison n'est évidemment possible puisque nous avons changé de terrain ; la preuve est faite toutefois que nos constructeurs n'ont pas marqué le pas et c'est une constatation particulièrement précieuse.

 

Dans les deux catégories, la victoire a souri à la marque Prester, vieille habituée de notre Grand Prix et qui, sous l'active direction des frères Eichel marque chaque année un progrès constant. L'effort cette fois-ci avait été grand ; le résultat est beau puisque Prester enlève non seulement la première place des 100 cmc., avec Mouchirond et celle des 125 cmc., avec Charollais (seul pilote ayant terminé la ronde), mais qu'encore elle nous a montré avec Rapeau que le victoire ne pouvait raisonnablement lui échapper.

Tout travail accompli avec sérénité, conscience professionnelle porte avec lui la récompense. Celle-ci est belle et l'on ne doit pas s'en étonner.

Nous associerons dans le même hommage la marque spécialiste et imbattable du moteur léger à haut rendement Aubier et Dunne qui vient, ici, de confirmer ses succès antérieurs qui sont nombreux ; on n'oubliera pas que toutes les machines en piste, seule celle de Druz n'était pas équipée par elle et on se souviendra que le seul homme terminant en 125 cmc., possédait un moteur Aubier et Dunne.

 

 

De belles luttes

 

Le vainqueur en 100 cmc. Mouchirond a gagné, hier, ses galons de champion de la petite cylindrée. Déjà titulaire de nombreux records locaux à Lyon, pour la première fois qu'il courait à Paris il a réussi un coup de maître, faisant montre d'une réelle supériorité et de sérieuses qualités sans lesquelles la vitesse sur des machines aussi légères est chose dangereuse. Nos compliments.

Quant à Charollais, c'est un habitué du Parc ; il pilotait au pied levé la machine 125 cmc. de Rapeau, malade, et fort empêché de partir pour une deuxième tranche de 100 km. Il a conduit sa course sagement et a terminé seul sur quatre concurrents partis.

Gegeons que si une panne d'allumage ne l'avait pas immobilisé dans la finale des 100 cmc., il eût été un concurrent dangereux.

On dira que Wech, deuxième des 100 cmc., est un pilote brillant mais un peu lent à se mettre en action ; avec des hommes comme ceux que nous avions dans la catégorie, un retard de 7 tours se comble difficilement. Son allure en course est toutefois des meilleures et nous sommes persuadés qu'il peut faire mieux encore ; la machine nous a paru parfaitement au point.

 

Enfin un mot pour les deux malchanceux de la journée, Rapeau et Leroy. Rapeau est un grand champion dont la tenue en piste est impeccable ; ses premiers tours dans la finale des 100 cmc., lorsqu'il était en tête étaient d'un maître. Un soudain malaise devait le paralyser et il a fallu tout son courage pour lutter jusqu'au bout ; il a droit à notre admiration.

Quant à Leroy, une difficulté d'allumage au départ des éliminatoires ne lui permit pas de figurer dans la finale ; sportivement il s'inclina sans murmurer ; nous regrettons cet incident qui fait partie d la "glorieuse incertitude du sport".

 

Félicitations aux amateurs Vaugrand et Maucourant, réguliers et courageux, et déplorons que Druz, longtemps en tête en 125 cmc., n'ait pu donner jusqu'au bout la mesure de sa réelle valeur.

 

Remercions tous ceux qui ont contribué à l'organisation de notre épreuve.

 

Enfin signalons le beau geste de Liaudois - ex recordman de notre épreuve - qui offrit un eprime de 100 francs espèces qui fut attribuée au coureur Rapeau.

 

 

La course des 100 cmc.

 

Le nombre des engagés étant de 16 et la finale comportant que six hommes en piste, on procéda, à partir de 8 heures, aux différentes éliminatoires prévues par le tirage au sort de la veille. On sait que le règlement prévoyait que la classification se ferait par les six meilleurs temps enregistrés ; le classement dans les différentes séries ne présente donc aucun intérêt.

Contentons-nous de dire que trois hommes firent une très belle impression : Rapeau (Prester), Mauchirond (Prester) et Wech (Rochester). Il était bien évident que la lutte pour la première place serait vive entre eux. Par ailleurs, Charollais qui venait en quatrième position pouvait réserver des surprises.

Bien entendu, il y eut ds malchanceux ; citons Leroy dont la Monet-Goyon avait très bien marché à l'entraînement, mais qui perdit de nombreux tours avant de pouvoir démarrer dans sa série ; très sportivement, Leroy, que nous aurions le plus grand plaisir à compter parmi les finalistes où il aurait largement tenu sa place, convint qu'un repêchage n'était pas justifié et se retira de la compétition.

 

Par ailleurs, Venin, sur Le Petit Roi, connu également de rudes difficultés au départ qu'il surmonta avec son courage et sa bonne humeur légendaire ; sa trop trdive mise en action ne lui permit que de prendre la septième place, ce qui l'excluait de la finale.

 

Celle-ci réunissait les concurrents suivants : 

 

   Rapeau (Prester) ................................. 7 m. 17 s. 1/5

   Mauchirond (Prester) ........................... 7 m. 29 s. 3/5

   Wech (Rochester) ................................ 7 m. 41 s. 2/5

   Charollais (MR) .................................... 7 m. 50 s. 4/5

   Vaugrand (amateur) ............................. 9 m. 00 s.

   Maucourant (amateur) .......................... 9 m. 13 s. 2/5

 

Ce que fut la course, on le sait : dès le départ, Rapeau prend la tête, bien suivi par son coéquipier Mauchirond, cependant que Wech semble long à se mettre en action et que Charollais est aux prises avec des difficultés d'allumage qui l'obligeront à abandonner.

Au 20e kilomètre, Rapeau, malade, ralentit l'allure, et Mauchirond passe, accumulant les tours, cependant que Wech, qui revient très fort, attaque Rapeau qui se cramponne avec un beau courage. Un premier arrêt pour regonfler le pneu arrière, et Wech passe en seconde position ; pas pour longtemps, puisque Rapeau le rattrape, mais de nouveau assailli par son malaise, s'arrête et ne repartira qu'après quelques minutes, pour prendre la troisième place.

Les amateurs Vaugrand et Maucourant, tout en faisant montre d'une belle régularité, étaient néanmoins moins vites que les leaders.

 

La course des 125 cmc.

 

Ici, peu de chose à dire. Quatre hommes au départ, dont Charollais qui remplace Rapeau ,malade, au guidon de la Prester.

Dès le début, deux abandons ; un homme nettement détaché, Druz, cependant que Charollais, qui connait mal la machine, est lent à se mettre en action.

Un peu après le 60e kilomètre, Druz doit abandonner, et Charollais termine seul, après avoir marqué un léger arrêt quelques tours avant la fin.

 

 

Les records tous les 10 kilomètres

 

  * Catégorie 100 cmc.

 

   10 kil.  Rapeau   (Prester) 

   20 kil.  Mauchirond (Prester) 

   30 kil.  Mauchirond (Prester) 

   40 kil.  Mauchirond (Prester)   

   50 kil.  Mauchirond (Prester)

   60 kil.  Mauchirond (Prester)  

   70 kil.  Mauchirond (Prester)    

   80 kil.  Mauchirond (Prester)  

   90 kil.  Mauchirond (Prester)

 100 kil.  Mauchirond (Prester) 

        h.             m.           s.             c.

        0              07           15            1/5           

        0              14           16                       

        0              26           06            3/5 

        0              28           03            1/5

        0              35           07            3/5           

        0              42           14            1/5           

        0              49           10            3/5           

        0              56  ,        23            1/5         

        1              03           42                     

        1              10           49           

 

  * Catégorie 125 cmc.

 

   10 kil.  Druz   (Professionnel) 

   20 kil.  Druz   (Professionnel)  

   30 kil.  Druz   (Professionnel)  

   40 kil.  Druz   (Professionnel)    

   50 kil.  Druz   (Professionnel) 

   60 kil.  Druz   (Professionnel)   

   70 kil.  Charollais (Prester)    

   80 kil.  Charollais (Prester)  

   90 kil.  Charollais (Prester)

 100 kil.  Charollais (Prester) 

 

        h.             m.           s.             c.

        0              07           33            2/5           

        0              14           36            2/5                

        0              21           39            

        0              28           33            

        0              35           23            2/5           

        0              42           44                       

        0              53           29            4/5           

        1              01  ,        16            1/5         

        1              09           00            3/5                     

        1              20           11            1/5          

 

*****

"Prester" triomphe au Parc des Princes

 

Dans le Grand Prix des petites motos au Parc des Princes, Prester enlève les deux catégories admises et reste seul classé en 125 cmc. Elle confirme ainsi ses robustes qualités et ses victoires antérieures, dont celle du Bol d'Or à Saint-Germain.

 

Prester, 50 avenue Marceau à Courbevoie.

 

*****

Toujours "Aubier et Dunne"

 

Tous les moteurs victorieux du Grand Prix des petites motos et la quasi totalité des moteurs en présence, étaient naturellement des Aubier et Dunne,les spécialistes du moteur léger à haut rendement.

 

Constructeurs, votre intérêt est de vous adresser à Aubier et Dunne, à Saint-Amand-les-Eaux (Nord)

 

*****

 

 

1933 

 

L'Auto 01-07-1933

 

Le 12e Grand Prix de l'Auto des petites motocyclettes

 

Pour la douzième fois, les motos 100 et 125 cmc. vont disputer, au Parc des Princes, leur championnat de vitesse de 100 kilomètres au cours de notre Grand Prix des petites motos, qui a remporté, cette année, un très grand succès d'engagements.

 

Voici les numéros de course attribués à chacun des concurrents :

   * Motos 100 cmc.

 

     1 - Kohler (MR)

     2 - Charollais (MR)

     3 - Knobloch (MR)

     4 - Rapeau (Prester)

     5 - Renaud (Prester)

     6 - Maucourant (Motopédale)

     7 - Wech (DS Malterre)

     8 - Kiene (New Map)

     9 - Cantalice (Chevallier)

   10 - Serono (amateur)

   11 - Chocat (AMCF)

   12 - Vaugrant (MC Paris)

   14 - Laurain (amateur)

   15 - J. Casal (amateur)

   16 - Patissier (amateur)

   17 - Tisné  (amateur)

 

  * Motos 125 cmc.

 

   21 - Kohler (MR)

   22 - Knobloch (MR)

   23 - Charollais (MR)

   24 - Rapeau (Prester)

   25 - Renaud (Prester)

   26 - Wech (DS Malterre)

   27 - Moissinat (PS MAscotte)

   28 - Montaron (professionnel)

   29 - Cossin (amateur)

   30 - Duc (AMCF)

   31 - Lauvain (amateur)

   32 - J. Casal (amateur)

 

Ce soir à 17 h, les concurrents sont invités à assister à la réunion qui se tiendra au journal (2e étage), au cours de laquelle on procédera au tirage au sort des éliminatoires en 100 et 125 cmc., et où on donnera les dernières instructions pour les courses de demain.

 

Voici les horaires pour demain au Parc des Princes :

 

8 h 30 à 7 h 15     Pesage

7 h 30                   Départ des éliminatoires 100 cmc.

8 h 15                   Départ de la finale 100 cmc.

10 heures             Départ des éliminatoires 125 cmc.

10 h 30                 Départ de la finale des 125 cmc.

 

 

L'Auto 02-07-1933

 

Ce matin, au Parc des Princes, notre 12e Grand Prix de l'Auto des petites motos

 

En admettant gratuitement le public à notre Grand Prix, nous avons voulu lui faciliter cette tâche agréable entre toutes : applaudir aux performances qui seront accomplies. Soyons sûr qu'il n'y manquera point.

 

Un lot-record de concurrents

 

En consultant la liste des engagés de notre 12e Grand Prix des petites motos, on ne manque pas d'être frappé par le grand nombre de concurrents qui peuvent être logoquement candidats à la première place.

Même si l'on accorde une légère préférence aus deux recordmen du monde des petits cubes, Renaus et Rapeau, on ne peut toutefois écarter des hommes comme Kohler, Charollais, Knobloch, Maucourant, Wech, Kiené, Cantalice et Moissinat, pour ne citer que les champions de marque.

 

Tous ont fait leurs preuves ; la plupart sont des habitués de notre épreuve, et aucun pronostic n'est possible, sinon celui que nous avons avancé tou à l'heure, à savoir que les records doivent être battus dans les deux catégories.

Nous signalons également la présence de nombreux amateurs, dont la plupart sont favorablement connus. D'eux aussi on peut attendre de belles performances, en sorte que notre Grand Prix

 

Voici la composition des éliminatoires :

 

  * Motos 100 cmc. - Première éliminatoire

 

9 Cantalice (Chevallier) ; 8 Kiené (New Map) ; 3 Knobloch (MR) ; 5 Renaud (Prester) ; 2 Charollais (MR) ; 7 Wech (DS Malterre)

 

Deuxième éliminatoire

 

16 Patissier (amateur) ; 10 Serono (amateur) ; 17 Tisné (amateur) ; 15 J. Casal (X.) ; 6 Maucourant (Motopédale)

 

Troisième éliminatoire

 

19 Vaugrant (MC Paris) ; 11 Chocat (AMCF) ; 14 Laurain (amateur) ; 1 Kohler (MR) ; 4 Rapeau (Prester)

 

  * Motos 125 cmc. - Première éliminatoire

 

30 Duc (AMCF) ; 23 Charollais (MR) ; 31 Laurain (amateur) ; 22 Knobloch (MR) ; 26 Wech (DS Malterre) ; 25 Renaud (Prester)

 

Deuxième éliminatoire

 

28 Montaron (professionnel) ; 24 Rapeau (Prester) ; 27 Moissinat (professionnel) ; 32 J. Casal (professionnel) ; 21 Kohler (MR) ; 29 Cossin (amateur).

 

M. Mauve, commisaire général de l'épreuve, pris les commissaires sportifs, MM. Cuillier, Breitenstein et Blumberg, ainsi que les commissaires adjoints, MM. Ulmer, Moulié, Lput et Charigny, de bien vouloir se trouver au Parc des Princes ce matin à 6 h 30.

 

Dans la matinée d'hier, nous avonsappris que Liaudois, naguère familier de notre épreuve dont il resta longtemps recordman, offrait une prime importante sous forme d'un moteur 175 cmc. à culbuteurs qui sera attribué à l'amateur ayant réalisé le meilleur temps sur 100 km. sans distiction de catégorie.

Nous remercions Liaudois pour ce joli geste et nous souhaitons le voir ce matin assister, au Parc des Princes, à une course qui lui est chère.

 

 

L'Auto 03-07-1933

 

De belles performances ont marqué, hier, au Parc des Princes, le 12e Grand Prix de l'Auto des petites motocyclettes

 

Maucourant (100 cmc. Prester), Wech (125 cmc. DS Malterre) furent les vainqueurs.

 

Les classements

 

  * Motos 100 cmc.

 

        1 - Maucourant (Prester, pneus Dunlop)................ 1 h. 14 m. 13 s. 2/5 Moyenne 80 km. 837

        2 - Renaud (Prester)............................................... 1 h. 16 m. 46 s. 4/5

 

  * Catégorie 125 cmc.

 

        1 - Wech (DS Malterre).......................................... 1 h. 10 m. 56 s. 2/5 Moyenne 84 km.579

        2 - Kohler (MR)....................................................... 1 h. 12 m. 26 s. 3/5

 

 

Des victoires très régulières

 

L'épreuve qui eut lieu, hier, par une température idéale, a tenu tout ce que promettait la quantité comme la qualité même des engagés dans les deux catégories 100 et 125 cmc.

Dans les deux catégories, les victoires furent acquises de loin avec une supériorité trop nette pour être contestée.

 

En 100 cmc., c'est Prester, toujours dirigé avec autorité et conscience par les frères Eichel, qui gagne sur sa valeur. On jugera par le fait que deux machines seulement terminèrent dans cette catégorie et que ce sont les Prester de Maucourant et de Renaud.

Sans l'accident de Rapeau, la maison s'adjugeait les trois seules places du classement.

Tirons notre chapeau ; la performance est d'envergure.

 

En 125 cmc., DS Malterre a dominé de bout en bout, s'adjugeant la décision sans discution ; c'est d'autant plus beau que trois MR furent longtemps menaçantes et que, d'autre part, les records de la catégorie établis l'an dernier ont été largement battus.

Sans l'arrêt- ravitaillement de Wech, on se demande ce que serait devenu le record général.

 

Des pilotes de grande classe

 

Les pilotes furent ce qu'on pensait qu'ils devaient être : de beaux champions. La piste du Parc des Princes est rapide, mais elle est dure ; aux allures atteintes actuellement, il est indispensable de faire une sélection et les éliminatoires disputées avant chaque finale de catégorie ne sont, à cet égard, inutiles.

 

Maucourant, que l'on avait distingué l'an dernier déjà, a gagné ses galons de champion ; son allure en selle est excellente et il ne lui manque plus guère que l'habitude de la piste pour en faire un pilote parfait.

Quant à Wech, on connait assez ses qualités maitresses pour ne pas s'étonner de la course d'envergure qu'il fît hier, où sa marche fut splendide. C'est un homme à suivre.

 

On aurait garde de manquer de signaler la bonne tenue de Renaud, qui ne dut qu'à son habileté d'éviter un fâcheux accident dans la finale des 100 cmc., où il fut gêné dans un virage.

C'est un bon manoeuvrier qui aurait pu fort bien fournir le vainqueur.

 

Kohler qui s'était révélé au Bol d'Or de cette année, a accompli une performance honorable qui prouve qu'avec un peu de métier, on devra compter sur lui ; ce sera peut-être pour l'an prochain au Parc.

 

Enfin nos félicitations iront également aux pilotes : Charollais, Knobloch, Chocat, Duc et Casal, ce dernier pilotant au pied levé la Prester 125 cmc. de Rapeau et ne pouvant prétendre à en tirer le maximum ; mais les frères Eichel nous ont habitués à de tels gestes sportifs, qui, s'ils connurent la malchance, n'en furent pas moins à hauteur de la situation

 

Les malheurs de Rapeau méritent une mention spéciale. On connait le mérite du recordman du monde, on sait sa résistance et son habileté. Tout cela devait recevoir sa récompense, mais un déjantage du pneu arrière en décida autrement. Il fallut, du reste, interdire à Rapeau de repartir après cet accident dont il se tira heureusement sans mal.

Qu'il se console en pensant qu'il a le meilleur temps des éliminatoires et que personne ne songe à mettre en doute sa maîtrise de spécialiste pas plus que son courage.

 

 

La course des 100 cmc.

 

Trois éliminatoires sur 10 km., avaient été décidées pour cette catégorie, mais comme seuls les six meilleurs temps devaient être retenus, le classement particulier dans chacune d'elle n'a pas à être donné.

D'ailleurs, on remarquera qu'elles ont donné un avantage très net à la maison Prester, qui prend les trois premières places du classement général, Rapeau ayant été le plus vite et le plus régulier en même temps.

 

Voici les six meilleurs temps, avec classement sur 10 kilomètres :

 

    Rapeau (Prester), 7 m. 27 s. 3/5

    Maucourant (Prester), 7 m. 33 s. 2/5

    Renaud (Prester), 7 m. 51 s. 3/5

    Charollais (MR), 8 m. 11 s. 1/5

    Knobloch (Mr), 8 m. 20 s. 1/5

    Chocat (AMCF), 8 m. 39 s. 4/5

 

Renaud en tête

 

Dès le début, il apparaît que les Prester manifestent la même supériorité en finale qu'en éliminatoires, Renaud, parti en tête, la garde pendant quelques tours, cependant que Rapeau et Maucourant, l'un derrière l'autre, se rapprochent rapidement.

 

Rapeau, puis Maucourant au commandement

 

Successivement, Rapeau, puis Maucourant passent Renaud, mais ce dernier se trouvant gêné dans un virage se trouve embarqué tout en haut de la piste. Avec un pilote tel que Renaud, ce n'est qu'un incident qu'il surmonte rapidement cependant après avoir perdu un demi tour.

Rapeau qui est au commandement ne semble pas à son aise et dès qu'il pousse la machine, celle-ci flotte à la sortie des virages. Il fait signe à Maucourant de passer et se contente de suivre. Au 50e kilomètre, en plein virage, il déjante de l'arrière et fait une chute heureusement sans gravité mais qui l'oblige à abandonner sur ordre du docteur.

Du même coup on s'explique pourquoi sa machine ne tenait pas.

Dès lors, la course est terminée ; Maucourant s'assure une confortable avance et un malaise au 70e kilomètre, ne l'empêche pas de gagner devant Renaud qui a conservé une allure très régulière assurant à Prester une double victoire dans la catégorie.

Tous les autres ont dû abandonner.

 

 

La course des 125 cmc.

 

Avec deux éliminatoires seulement, les six hommes qualifiés sont les suivants :

 

   Wech (DS Malterre), 6 m. 56 s. 3/5

   Kohler (MR), 7 m. 23 s. 2/5

   Duc (AMCF), 8 m. 9 s. 4/5

   Charollais (MR), 8 m. 28 s. 1/5

   Casal (Prester), 8 m. 29 s. 1/5

   Knobloch (MR), 8 m. 32 s. 1/5

 

En fait, un seul homme est en piste : Wech qui, galope littéralement sur tout la lot, battant les records de la catégorie, et c'est Wech qui doit fournir le vainqueur, sauf acident mécanique.

Derrière lui, les trois MR roulent en paquet et jusqu'au 70e kilomètre, aucun abandon ne se produit, malgrè le train très rapide soutenu. Un peu avant la fin, Wech s'arrête pour ravitailler et Knobloch, qui suit à dix tours, en profite pour refaire le terrain perdu. Mais Wech repart avec quatre tours d'avance encore et Kohler devra se contenter d'une deuxième place bien gagnée. Tous les autres ont également abandonné sur la fin.

 

Les primes

 

Le moteur 175 cmc. à soupapes en tête, offert par Liaudois, ex-recordman de notre épreuve, a été gagné par Chocat.

Quant aux deux primes de 100 francs chacune de la maison SAGA, Maucourant et Wech en furent les bénéficiaires.

 

****

Pour ses débuts en petites motos (125 cmc.), la DS Malterre, moteur Train, réussit un coup de maître en parcourant les 100 km. en 1 h. 10 m. 56 s. 2/5, soit une moyenne de 84 km. 579.

Le vélomoteur DS, est le véhicule par excellence dont l'utilisation pratique est à la portée de toutes les bourses.

Demandez renseignements et tarifs aux Etablissements Malterre, 13 rue Biscornet à Paris.

 

****

MR au Grand Prix

 

Kohler qui montait une petite moto 125 cmc. MR, construite par les Etablissements Mandille et Roux, 7 et 9 rue Duris, et qui était équipée du même moteur Train que celui du vainqueur, termine à peu de distance de ce dernier, ce qui est tout à l'honneur de l'excellente fabrication MR.

Mandille et Roux, spécialistes de la petite moto, livrent leurs modèles avec moteur Train, Aubier et Dunne ou Sachs, 2 vitesses, au choix.

****

1934 

 

L'Auto 30-05-1934

 

Rapeau est mort

 

C'est une bien triste nouvelle qui nous parvient : Rapeau, que l'on savait très malade et en traitament à l'hôpital Broussais pour une pleurésie, a succombé hier matin à 4 heures.

Félix Rapeau, âgé de 27 ans, s'était constitué de bonne heure une spécialité ; la petite motocyclette, et c'est au guidon des 100 cmc. qu'il connut ses plus belles victoires, dont trente records du monde établis à Montlhéry en compagnie de Renaud, exploit réédité en 175 cmc., avec le record du monde des 12 heures et distances intermédiaires.

C'était également un habitué du Bol d'Or où il prenait plaisir à battre chaque année ses propres records ; les principales courses de côte le virent également figurer en vainqueur, il enleva la catégorie 100 cmc. du Camp d'Or, en 1932 et il n'est  pas jusqu'au Grand Prix des petites motos de l'Auto dont il ne fût un fidèle. Sa dernière victoire remonte, pour cette épreuve à 1931.

L'inhumation se fera au cimetière de Nogent-sur-Marne, vendredi à 14 heures.

L'Auto présente à sa famille ses condoléances attristées.

 

 

L'Auto 19-06-1934

 

Le Grand Prix des petites motos a réuni 15 engagés.

 

La clôture des engagements pour le Grand Prix de l'Auto des petites motos que nous organiserons dimanche en collaboration avec l'AMCF, a été prononcée sur un total de 15 compétiteurs ; chiffre intéressant si l'on veut bien tenir compte du fait que l'épreuve, en raison des hautes vitesses réalisées n'est pas accessible à tous et que d'autre part tous les spécialistes de la cylindrée 125 cmc. seront au départ, ce qui promet une dure bataille sur 100 kilomètres pour la conquête de la première place et, probablement, pour la chute des records.

 

Les engagés

 

Voici la liste des engagés avec les numéros qui devront obligatoirement figurer sur les machines le jour de l'épreuve :

 

 

    1 - Wech (Prester)

    2 - Maucourant (Prester)

    3 - Kohler (MR)

    4 - Knobloch (MR)

    5 - Charollais (professionnel)

    6 - Kiené (New Map)

    7 - Venin (professionnel)

    8 - Yvo (professionnel)

    9 - Duc André (AMCF)

  10 - Gauthier d'Arnex (AMCF)

  11 -  Laurin (MC Paris)

  12 - Casal (professionnel)

  14 - Chevalier (amateur)

  15 - Pruno (professionnel)

  16 - G. Cantalice (Brooklyn)

 

L'entraînement au Parc

 

Depuis hier - et quelques concurrents en ont déjà profité - l'entraînement est autorisé au Parc des Princes pour tous les coureurs règulièrement inscrits. Rappelons que cet entraînement se poursuivra jusqu'au dimanche exclu, tous les matins de 9 h 30 à 10 h 30 et non jusqu'à midi comme il avait été annoncé.

 

Enfin, avertissons les concurrents qu'il est indispensable pour tourner sur la piste de munir les machines d'un carter de protection, de préférence en cuir, évitant les taches d'huile sur le ciment. Toute machine défectueuse sur ce point se verra refuser le départ tant à l'entraînement que le jour de l'épreuve.

 

 

L'Auto 22-06-1934

 

Le Grand Prix des petites motocyclettes sera âprement disputé.

 

L'entraînement sérieux des concurrents e prouve d'une façon certaine.

 

Ainsi que nous l'avons fait remarquer au moment de la clôture des engagements, le 13e Grand Prix de l'Auto des petites motos, que nous organiserons dimanche avec le concours de l'AMCF, au Parc des Princes, promet d'être particulièrement intéressant au point de vue sportif.

 

On aurait pu craindre, un moment que la décision de l'UMF, transportant sur le plan national la décision purement internationale de la FICM, concernant la supression des 100 cmc., nuisit à l'épreuve à raison de la grande activité manifestée par les spécialistes du petit cube.

En fait, il n'en est rien, et si bien que des moteurs n'atteindront pas dimanche les 125 cmc. imposés comme limite supérieure, on peut être bien  certain que les machines  ne seront pas inférieurs en vitesse pure et qu'il n'est pas impossible à une 402 ou 103 cmc. bien établie d'accepter la lutte à armes égales avec une 125 cmc.

Du reste, les résultats de l'entraînement quotidien le prouvent et il n'y a pas grande différence entre les possibilités des machines engagées, voilà qui nous promet, pour dimanche, une lutte très serrée pour la classification en finale d'abord, pour les premières places ensuite.

 

C'est donc à une épreuve unique, au calendrier, car pas une ne réunit dans la seule catégorie 125 cmc., en vitesse, sur 100 km., un eliste d'engagés comportant 17 spécialistes, que le public est convié.

Nous sommes sûrs qu'il ne manquera pas l'occasion que nous lui offrons ainsi et qui ne se renouvelle qu'une fois l'an.

 

L'horaire

 

Voici l'horaire qui a été établi pour dimanche :

 

    7 h. 30 à 8 h. 15          Examen des licences

    8 h. 30 à 9 h. 30          Eliminatoires sur 10 km. chacune

    vers 9 h. 30                 Départ de la finale sur 100 km.

 

 

L'Auto 24-06-1934

 

Ce matin, au Parc des Princes, sur 100 km., le Grand Prix de l'Auto des petites motocyclettes mettra aux prises les meilleurs spécialistes des 125 cmc..

 

La formule

 

Le Grand Prix est une épreuve de vitesse de 100 km. réservée aux 125 cmc.

Dans un but de sécurité et étant donné les hautes vitesses réalisées à l'entraînement, les commissaires sportifs ont pris, hier, la décision que 4 éliminatoires sur 10 km. chacune serviront à désigner six pilotes qui subiront des épreuves de demi-finales d'où ne sortiront que quatre finalistes qui, sels seront admis à parcourir les 100 kilomètres.

Ainsi la régularité de l'épreuve sera totalement sauvegardée.

J; Bonnet

 

La composition des éliminatoires

 

L'homme de tête dans chaque série se placera à la corde.

 

  * Première éliminatoire

 

   12 - Casal (professionnel)

     6 - Kiené (New Map)

     4 - Knobloch (MR)

 

  * Deuxième éliminatoire

 

     8 - Yvo (Prester)

     7 - Venin (professionnel)

     1 - Wech (Prester)

   15 - Pruno (professionnel)

 

  * Troisième éliminatoire

 

     2 - Maucourant (Prester)

     9 - Duc André (AMCF)

   16 - G. Cantalice (Brooklyn)

 

  * Quatrième éliminatoire

 

     3 - Kohler (MR)

   14 - Chevalier (amateur)

   10 - Gauthier d'Arnex (AMCF)

 

 

L'Auto 25-06-1934

 

Le Grand Prix de l'Auto des petites motos est gagné par Maucourant.

 

La pluie a contraint les commissaires à raccourcir la distance.

 

Le 13e Grand Prix de l'Auto des petites motocyclettes, organisé hier au Parc des Princes, en collaboration avec l'AMCF, a tenu tout ce qu'il promettait et peut être même plus qu'on ne pensait généralement car les performances qui furent réalisées furent de très haute qualité. Il a fallut que la malchance s'en mêlât et que la pluie obligeât les commissaires sportifs à écourter la finale pour que les records ne fussent point pulvérisés.

 

On jugera de l'ardeur et de l'âpreté de la lutte lorsqu'on aura dit qu'aux éliminatoires Wech à tourné à 95 km. 137 et Maucourant à 96 km. 256 de moyenne sur la piste du Parc.

Sur l'anneau de ciment de Montlhéry, on doit dépasser le 100 à l'heure, résultat prodigieux si l'on tient compte du fait que le moteur Aubier et Dunne de Maucourant n'avait que 98 cmc. de cylindrée, le Train de Wech devant être aux alentours de 122 ou 123 cmc.

 

On rendra cette justice au Grand Prix de l'Auto des petites motos d'avoir constamment, depuis 13 ans, favorisé ce lent et sûr travail de perfectionnement grace à quoi la technique française est supérieure, aujourd'hui, à toute technique étrangère dès qu'il s'agit de faibles cylindrées. Et le succès prodigieux de la bicyclette à moteur 100 cmc. n'eût sans doute pas été possible sans les enseignements de ces épreuves de vitesse sur 100 km. à plein régime et à allure constamment maximum.

 

 

La décision finale

 

Mais venons-en aux faits qui motivèrent l'ultime décision des commissaires sportifs d'abréger la finale. Auparavant, situons bien la question. Tant aux éliminatoires qu'aux demi-finales, la supériorité d'une marque est prouvée, celle de Prester, puisque les quatre qualifiés théoriques sont des pilotes de la maison de Courbevoie.

 

A la demande des frères Eichel, qui dirigent Prester depuis de longues années avec l'autorité que l'on sait, trois pilotes seulement sont admis dans la finale, les trois meilleurs et, notamment, ces deux beaux champions que sont Wech et Maucourant. Bien entendu, dès le départ c'est entre ces deux-là que la partie se joue,  Wech tenant superbement la tête, suivi à un demi-tour de Maucourant.

Et les choses en sont là lorsqu'au 32e tour, Wech dérape en ligne droite et se relève sans grand mal, mais meurtri quand même. La ronde se poursuit ; mais sans intérêt, Maucourant pouvant vivre très aisément sur son avance acquise.

C'est alors que la pluie se met à mouiller la piste à ce point qu'il ne peut plus être question de continuer dans de telles conditions. A ce moment, Wech n'est pas reparti et après la commotion inévitable qui suit toute chute de cette importance, il est douteux que la permission puisse être donnée (dans un cas analogue, le regretté Rapeau dut, l'an dernier, s'incliner devant le veto du médecin). D'autre part, il a 23 tours de retard, handicap insurmontable. 

 

Une solution s'impose : arrêter la course au 25e kilomètre et déclarer Maucourant vainqueur. Ce que firent les commissaires en plein accord avec les frères Eichel.

 

Un progrès incontestable

 

La récente décision de l'UMF, supprimant la catégorie 100 cmc., a provoqué ce phénomène de voir s'aligner en course des machines et cylindrées très différentes. Or, les deux ténors de la matinée, Wech et Maucourant, ont prouvé qu'ils étaient de vitesse  sensiblement équivalente et de qualité semblable.

Incontestablement, nous possédons là deux spécialistes de la faible cylindrée d'une très réelle valeur, et nul ne nous en voudra si nous les associons dans un même hommage, Maucourant ayant pour lui le record du tour, et Wech cette performance enviable d'avoir réussi les deux meilleurs temps sur les 10 km. des éliminatoires et des  demi-finales.

Soyez sûr que nous les retrouverons.

 

Parmi les autres protagonistes de l'épreuve : Yvo, jeune pilote, fit des débuts sensationnels ; l'homme est adroit, réfléchi et calme, trois qualités essentielles en course ; Knobloch connut la malchance d'un écrou de selle qui, desserré au mauvais moment, lui fit perdre le bénéfice de son effort ; ses qualités sont suffisamment connues pour qu'il ne soit besoin d'insister.

 

Casal, fougueux et ardent comme à l'ordinaire, sut toutefois se plier à la discipline d'équipe, ce pourquoi nous le félicitons ; théoriquement, il pouvait figurer en finale, mais il n'avait certainement pas la machine la plus rapide, dont il sut, toutefois, tirer le maximum.

 

Duc, amateur de l'AMCF, n'en est pas à ses premières armes ; il est dommage que son choix se soit porté sur un moteur à culbuteurs trop fragile dans de telles cylindrées ; sa course n'en fut pas moins intelligente et courageuse, comme à l'ordinaire, et nous le reverrons avec plaisir.

 

Enfin Kohler n'a pas dû étudier suffisamment son règlement, ce qui explique son échec aux éliminatoires. Sa machine devait pouvoir faire mieux et lui-même avait tourné plus vite à l'entraînement. 

Que ceci lui serve, de leçon à l'avenir.

 

Quant à Chevallier, il n'était pas assez rapide pour réussir de toute façon.

Pour terminer, il nous reste à féliciter la marque Prester, qui fut la grande triomphatrice, et dont le succès est bien accueilli par tous ceux qui suivent ses efforts et comprennent sa sportivité.

Chaque année le Grand Prix de l'Auto des petites motos lui apporte sa récompense et c'est trop juste pour qu'on songe s'étonner.

 

On dira des spécialistes nordistes du deux temps, MM. Aubier et Dunne, qu'ils réussissent cette année l'étonnante gageure de mettre au point un moteur de 98 cmc. plus rapide que les 125 cmc. ; ceci prouve une réelle maîtrise et, s'ils nous donnent l'an prochain ce 125 cmc. que chacun attend, il se pourrait bien qu'il y eut des surprises.

Mais nous y reviendrons.

J. Bonnet

 

Ce que fut le Grand Prix

 

Les éliminatoires

 

Première éliminatoire - Deux hommes en piste : Knobloch (MR) et Casal (Prester). Ce dernier éprouve des difficultés à partir, Knobloch s'assure un avantage qu'il conservera jusqu'au bout.

 

Classement :

 

   1 - Knobloch (Mr), 10 km. en 7 m. 25 s. 1/5

   2 - Casal (Prester), 7 m. 44 s. 4/5.

 

Deuxième éliminatoire - Wech (Prester) et Yvo (Prester) s'affrontent. C'est avec une certaine curiosité qu'on attend les débuts d'Yvo sur la piste ; d'emblée, c'est un succès ; bonne allure en selle et un calme de bon aloi. Un pilote à suivre.

Quant à Wech, c'est immédiatement l'enchantement de son style essentiellement souple et naturellement aisé. Successivement les tours sont abattus en 17 s. 3/5 puis 17 s. 2/5 et enfin 17 s. 1/5, ce qui fait du bon 95 km. 137. A l'arrivée la foule applaudit à juste titre. 

 

Classement :

 

   1 - Wech (Prester), 6 m. 38 s. 1/5

   2 - Yvo (Prester), 7 m. 8 s. 2/5

 

Troisième éliminatoire - On voit  en piste Maucourant, coéquipier de Wech, mais son rival ici, en raison de moteurs de marques différentes d'une part, de la sportivité de la maison Prester, d'autre part, qui n'hésite jamais devant la bataille, dussent ses intérêts commerciaux en souffrir.

On n'oublie pas que la révélation de Maucourant date de l'an dernier, précisément au Grand Prix des petites motos : on constate avec plaisir combien sur la même piste, les progrès sont devenus sensibles.

Voici, avec Wech, les deux meilleurs pilotes du moment.

Duc, amateur de l'AMCF, donne la réplique à Maucourant. Il semble qu'il soit handicapé par le poids de sa machine et peut être aussi par le souci de ménager son moteur à soupapes et culbuteurs pour qui la tâche est rude. Il se tire toutefois de l'éliminatoire à la satisfaction générale.

A noter que Maucourant améliore le record du tour, qu'il porte à 17 s. soit 96 km. 256 de moyenne horaire, ce qui est prodigieux pour le Parc des Princes. 

 

Classement :

 

   1 - Maucourant (Prester), 6 m. 39 s. 3/5

   2 - Duc (AMCF), 8 m. 1 s.

 

Quatrième éliminatoire - Décevante au possible, Kohler, champion de MR, dont on attendait beaucoup après sa récente performance au Bol d'Or, parait n'avoir pas bien compris la méthode de qualification. Resté seul en piste après quelques tours, il se contente de tourner bien en dedans des temps qu'il fit à l'entraînement.

Tant et si bien qu'il lui faut 8 m. 1 s. 4/5 pour boucler les 10 km. et qu'il n'est pas classé pour la demi-finale.

Erreur tactique vraisemblablement.

 

 

Les demi-finales

 

 

La première demi-finale, qui groupe trois Prester, voit la réédition des exploits accomplis en finale, Wech dominant aisément sans toutefois pousser à fond.

 

Classement : 

 

   1 - Wech (Prester) , 6 m. 49 s.

   2 - Yvo (Prester), 7 m. 26 s. 2/5

   3 - Casal (Prester), 7 m. 47 s.

 

Pour la seconde, on est sûr de la qualification de Maucourant (Prester), qui du reste, galope sur le lot. Toute la question est de savoir ce que fera Knobloch, unique représentant de MR, qui se serait sans doute qualifié lui aussi si, au bout de 5 km., sa selle mal ajustée ne l'avait contraint de perdre de précieuses minutes. On regrette cet incident.

Quant à Duc, quoique très régulier, sa amchine est manifestement prise de vitesse.

 

Classement : 

 

   1 - Maucourant (Prester), 6 m. 59 s.

   2 - Duc (AMCF), 7 m. 59 s. 4/5

   3 - Knobloch (MR), 9 m. 39 s. 3/5.

 

La finale

 

Théoriquement, la finale devrait grouper quatre concurrents : la maison Prester, qui reste seule en course, décide de ne pas faire partir le dernier Casal, en sorte que, seuls se présentent : Wech, Maucourant et Yvo.

On sent assurément que toute la partie va se jouer entre les deux premiers nommés, la machine d'Yvo étant nettement moins rapide. De fait, dès le second tour, Wech, qui s'est détaché d'un demi-tour, précède Maucourant dont l'allure est sensiblement égale.

La lutte se poursuit acharnée jusqu'au 32e tour, où Wech dérape à la sortie du virage de gauche et se trouve traîné sur près d'une vingtaine de mètres. Il se relève sans rien autre que des égratignures, mais la course est perdue pour lui.

Sur ces entrefaites, la p^luie se met à tomber : les pilotes ralentissent par prudence et, au 25e kilomètre, les commissaires sportifs décident d'arrêter la course.

Le classement est acquis ainsi :

 

   1 - Maucourant (Prester-Aubier et Dunne), 19 m. 38 s. 3/5

   2 - Yvo (Prester), à trois tours.

 

Les primes

 

M. Dar, un ancien lauréat de notre épreuve, offrit hier deux primes de 10 francs chacune, à attribuer au meilleur temps des éliminatoires et des demi-finales.

Ce fut Wech qui, dans les deux cas, en fut l'heureux bénéficiaire.

 

Le succès de Prester.

 

Le Grand Prix des petites motos fut l'occasion pour Prester d'affirmer sa supériorité.

Quatre machines engagées, quatre machines qualifiées en finale et le record du tour à plus de 96 de moyenne.

Résultats qui se passent de commentaires.

Prester force toujours le succès.

 

Aubier et Dunne continuent

 

Malgrè le handicap, les spécialistes nordistes du deux temps, Aubier et Dunne, n'avaient pas hésité à aligner leur fameux 98 cmc. contre des moteurs de cylindrée plus fortes. Résultats  : c'est à eux qu'appartient le record du tour à plus de 96 km. de moyenne, et ce sont eux qui enlèvent la première place avec la Prester de Maucourant.

Aubier et Dunne, à Saint-Amand-les-Eaux (Nord).

 

 

1935 

 

L'Auto 27-03-1935

 

On peut s'engager pour le 14e Grand Prix de l'Auto des petites motos.

 

Ainsi que nous l'avons annoncé, les règlements pour le 14e Grand Prix de l'Auto des petites motos sont parus. La classique épreuve de 100 kilomètres de vitesse pure réservée aux motos jusqu'à 125 cmc., aura lieu le 14 avril, à l'autodrome de Montlhéry.

 

On peut s'engager dès maintenant gratuitement, comme à l'accoutumée, soit à nos bureaux, 10 faubourg Montmartre, soit chez M. Mauve, président de l'AMCF, 87 boulevard de Reims, Paris.

Clôture le 9 avril.

 

 

L'Auto 12-04-1935

 

Le 14e Grand Prix de l'Auto des petites motos a réuni 12 engagés.

 

Le Grand Prix de l'Auto des petites motos qui sera organisé, en collaboration avec l'AMCF, dimanche, à l'autodrome de Montlhéry (la piste du Parc des Princes ne pouvant plus se prêter aux vitesses réellement extraordinaires dont sont caapbles les 125 cmc. actuelles), a réuni 12 engagés, c'est-à-dire un chiffre comparable à celui de l'an dernier. Etant donné, d'une part, qu'il s'agit d'une cylindrée (jusqu'à 125 cmc.), ordinnairement éloignée de la course donc travaillée par peu de spécialistes, d'autre part que nous n'avons droit qu'à une seule catégorie au lieu de deux (100 et 125 cmc.), on peut dire que ce classique Grand Prix est assuré du plus grand succès.

 

Faisons ressortir dès à présent le gros effort accompli par la marque Prester, fidèle habituée et triomphatrice du Grand Prix des petites motos qui alignera trois machines équipées des moteurs Aubier et Dunne avec trois pilotes de premier plan, dont le champion Jeannin qui débutera ainsi dans les petites cylindrées qui lui sont inhabituelles.

C'est à l'accord survenu entre la maison Prester et M. Raimondini, accord dont les fruits se manifestent ainsi qu'on sait en catégorie 350 cmc. que l'on doit la présence de Jeannin dimanche, à Montlhéry. Inutile de dire qu'un grand intérêt s'attachera à la course qu'il doit logiquement fournir.

 

Voici la liste des engagés avec leur numéro de course :

 

    2 - Jeannin (Prester - Aubier et Dunne)

    4 - Wech (Prester - Aubier et Dunne)

    6 - Maucourant (Prester - Aubier et Dunne)

    8 - A. Duc (AMCF)

  10 - H. Duc (AMCF)

  12 - Venin (AMCF)

  14 - Sené (AMCF)

  16 - Charollais (professionnel)

  18 - Jolly (amateur)

  20 - Laurin (AMCF)

  22 - Léon Vallin (amateur)

  24 - Guilbert (amateur).

 

 

L'Auto 12-04-1935

 

Ce matin, à Montlhléry, se déroulera le Grand Prix de l'Auto des petites motos.

 

Jeannin et Wech, tous deux sur Prester, sont favoris.

 

Et voici venue la quatorzième édition de ce Grand Prix de l'Auto des petites motocycllettes, à qui les critiques ne furent jamais ménagées, mais qui sut doubler avec une tranquile assurance tous les caps difficiles qu'il a pu rencontrer. En collaboration avec l'AMCF, toujours attachée, comme au premier jour, à la fortune de notre épreuve, ce 14e Grand Prix ne peut manquer d'être suivi avec le plus grand intérêt par tous ceux qui s'intéressent au développement du petit cube et qui savent que de ces engins spéciaux pour la course est venue, précisément, l'actuelle sécurité de la bicyclette à moteur dont on n'a pas à faire ressortir le succès en France.

 

Ainsi que nous 'avons fait remarquer, une marque part favorite à raison, d'une part, de son assiduité aux courses de vitesse, d'autre part, de ses performances antérieures à notre Grand Prix, nous avons cité Prester. Trpois machines sont engagées, mais il est douteux que Maucourant, actuellement militaire, puisse se rendre libre, ce que tout le monde regrettera, l'homme étant de premier plan.

 

Restent Jeannin et Wech, desquels il est impossible de faire une quelconque discrimination. Le premier est un de nos meilleurs pilotes du moment en vitesse pure, mais sera certainement dépaysé sur une machine moins rapide que celles qu'il a l'habitude de piloter ; le second est un véritable spécialiste de la 125 cmc. et son palmarès témoigne de ses grandes qualités.

 

Tous deux ont des chances égales et l'on peut être sûr que la discipline d'équipe ne jouera pas, les frères Eichel, qui dirigent Prester, ayant pour habitude de laisser à chacun le soin de défendre sa chance.

Le duel ne manquera pas de grandeur, d'autant plus que les deux moteurs seront des Aubier et Dunne aux possibilités théoriquement identiques. Il faut attendre.

 

D'autres pilotes ne manquent pas de faire également bonne impression. On détachera du lot A. Duc, dont les performances sont intéressantes ; si le moteur qui équipe sa machine ne se révèle pas trop fragile pour une distance de 100 km. à pleine puissance sur piste, on le verra dans le lot de tête.

 

Enfin, d'autres encore seront sur les rangs, qui débutent dans cette épreuve ; nous saurons demain ce qu'ils valent réellement.

J. Bonnet

 

Départ et prix des places

 

Le départ sera donné à 10 heures précises.

La course ayant lieu sur 100 km. environ, tout sera terminé vers 11 h 30. 

Le prix d'entrée à l'autodrome a été fixé à 5 francs par personne. Les services de garage fonctionneront comme à l'ordinaire.

Les journalistes et les abonnés de l'Auto entreront sur présentation de leur carte.

 

L'Auto 15-04-1935

 

Hier, Jeannin, sur Prester a gagné le Grand Prix de l'Auto des petites motos.

 

Pour la quatorzième édition, le Grand Prix de l'Auto des petites motos organisé, hier, en collaboration avec l'AMCF, aura présenté un intérêt égal sinon supérieur à celui de tous ses devanciers dont quelques uns d'illustre mémoire. On dit supérieur parce qu'il manquait à ces extraordinaires 125 cmc. la consécration de la piste de vitesse de Montlhéry seule capable, à l'heure actuelle de leur permettre de démontrer leurs possibilités réelles.

 

Les résultats enregistrés hier ont été magnifiques, puisque Jeannin a gagné à près de 95 km./h de moyenne sur un tour et atteint le 103 à l'entraînement. L'absence seule de compétition, qui n'a pas incité à pousser, fait que le record des 100 km. du regreté Rapeau n'a pas été battu.

 

La grande triomphatrice de la journée est donc cette maison Prester qui a toujours triomphé dans cette épreuve depuis que les frères Eichel en ayant pris la direction l'ont lancée dans la bagarre avec leur instinct combatif et sportif coutumier. La victoire sourit, évidemment aux audacieux surtout lorsqu'ils savent se rendre maîtres des délicats problèmes techniques soulevés, comme c'est le cas ici.

Prester parti favori, a gagné en grand favori ; c'est très bien, très normal, mais il fallait le souligner.

On dira également que la maison Aubier et Dunne, à qui nous sommes redevables du moteur victorieux nous a étonné. Ce fut, en effet, une petite déception lorsque nous apprîmes que nous ne verrions pas en course le nouveau 125 cmc. qu'on escomptait et qui n'existe pas encore, mais l'habituel 98 cmc. qu'on pouvait penser devoir être pris de vitesse.

Dès le premier tour de Jeannin nous avions tous compris. On ne sait où MM. Aubier et Dunne vont chercher, chaque année, des chevaux supplémentaires, mais le fait est là ; ils en trouvent quand il faut. L'actuel 98 cmc. doit pouvoir lutter à égalité avec les 125 cmc. et s'est un fameux testimonial à l'égard des spécialistes nordistes du deux temps, dont on connait, par ailleurs, l'activité dans le domaine du moteur d'aviation légère.

 

Les pilotes

 

Un homme hier a dominé la situation ; Jeannin. On l'avait escompté ici même et la preuve est faite maintenant que voici un de nos meilleurs pilotes de vitesse possédant réellement la classe internationale. Coureur précis, aux réflexes foudroyants et à l'oreille avertie, c'est-à-dire ne demanndant jamais à sa machine autre chose que ce qu'elle peut fournir; il possède une allure en selle qui lui est bien particulière et qui est, pour beaucoup, dans le secret de la réussite

 

Avec l'accord signalé entre la maison Jonghi et Prester, nous devons revoir Jeannin sur ces fameuses 350 cmc. à qui Raimondini a dévolu toutes sa science ; on prête à la maison l'intention de s'aligner au Bol d'Or. Que Jeannin comprenne à cette occasion où est son intérêt. Il a battu une fois déjà le record général ; on attend de lui qu'il confirme cette victoire.

 

Le second favori, Wech, n'a pas déçu ses partisans dont nous sommes. Il a fait sagement la course d'attente et si la malchance a voulu qu'une tuyauterie d'huile défaillante vient ruiner ses efforts, cela n'enlève rien à ses qualités qui sont grandes et toujours employées avec le même coeur et le même brio qui l'imposèrent naguère.

 

Charollais, viel habitué du Grand Prix, a su tirer le maximum de sa machine ; sa course fut très régulière, ce qui ne nous étonne nullement, car il y a beau temps que l'homme est classé parmi les meilleurs dans cette cylindrée.

De son coté Duc a montré qu'il pouvait animer la bataille et il a joué sa partie avec une décision digne d'éloges. Mais les culbuteurs sont choses bien fragiles en ces cylindrées !

Sené est un amateur excellent qui doit réussir de bonnes choses dans sa classe ; il n'a pas eu un ennui hier et sa conduite en course est des plus correctes ; on le verra avec plaisir en mêmes circonstances. Enfin Laurin fut courageux et méritait mieux pour cela.

 

Le classement

 

   1 - Jeannin (Predter Aubier et Dunne, pneus Dunlop) 101 km. 929 en 1 h. 4 m. 38 s., moyenne              94 km. 134.

   2 - Charollais (professionnel), 99 km. 38 en 1 h. 16 m. 20 s., moy 78 km. 115

   3 - Sené (AMCF) 99 km. 381 en 1 h. 16 m. 35 s., moy 77 km. 361

   4 - Duc (AMCF), à 7 tours

 

L'organisation

 

Elle fut impeccable, comme à l'ordinaire. Tout le mérite en revient à M. Mauve grand animateur de l'organisation, à MM. Cuillier, Blumberg et Breitenstein, commissaires sportifs ; Ulmer, Moulié, Leput, Charigny, Endero, Sené, Peolet et Cousin, commissaires.

D'autre part, un service de haut-parleurs "La Voix du Géant" sous l'habile direction de M. Faroy, a fonctionné de façon impeccable.

Quant au chronométrage, il fut précis, sûr et rapide.

 

 

1936 

 

L'Auto 12-06-1936

 

Une belle journée sportive le 30 août, à Montlhéry

 

Une importante journée sportive organisée, d'une part, par l'Auto et l'AMCF, d'autre part, par l'AMCF et l'ACIF avec le concours du "Journal".

Tout d'abord se courra sur 300 km., la "Coupe d'Argent" réservée aux motos 175, 250, 350 et 500 cmc., aux sidecars 350 et 600 cmc., aux cyclecars 500, 750 et 1.100 cmc.

Cette épreuve se déroulera en deux courses séparées qui auront lieu sur le circuit routier par la bretelle de  Couard avec une partie de la piste de vitesse.

C'est au cours de la Coupe d'Argent réservée à la construction française que seront disputés les championnats de France de l'UMF .

 

 

L'Auto 27-08-1936

 

Une rude bataille promet d'animer, dimanche, le Grand Prix de l'Auto des petites motos

 

Ce quinzième Grand Prix marque un réveil significatif de combativité. En bref, il y aura tout à la fois bataille de marques et bataille d'individus au cours d'un duel qui, dans son âpreté, ne laissera passer nulle faute. Car il faut bien se souvenir que l'an passé, sur cette même piste de vitesse, le grand vainqueur Jeannin n'eut pas un seul arrêt au cours des 100 kilomètres ; il est à présumer que même un changement de bougie pourra cette année coûter la victoire.

 

Bataille de marques, parce que nous trouverons en présence Prester, aux victoires ici innombrables, avec deux pilotes dressés au combat : Jeannin et Wech dont les 98 cmc. Aubier et Dunne possèdent un rendement extraordinaire. Magnat-Debon avec qui Nougier forçait récemment la victoire au Grand Prix de l'UMF catégorie 175 cmc. et pour qui Suppo sera un coéquipier de valeur et enfin MR, dont on dit que le nouveau 125 cmc. Sachs est parfaitement au point et qui possède en Maucourant, qui fît d'ailleurs ses premières armes dans cette épreuve, et en Leblond, deux coureurs éprouvés.

 

Bataille d'individus parce que Charollais, comme Duc, comme Casal sont de vieux habitués rompus aux finesses du tournoi, et qu'ils savent qu'on ne doit pas se présenter si la mécanique n'est pas impeccable ; parce qu'aussi J. Jolly et Soubié, nouveaux venus ici, auront à coeur de figurer honorablement dans ce palmarès qui ne compte que de hauts faits.

 

En vérité, jamais rencontre, comme celle de dimanche, ne parait devoir consacrer définitivement la valeur réelle de ces petits cubes qui demeurent comme un exemple vivant d'une victoire éclatante de la technique motocycliste.

Jean Bonnet

 

Les engagés

 

Voici la liste des engagés avec leur numéro de course :

 

    1 - Jeannin (Prester-Aubier et Dunne)

    2 - Wech (Prester-Aubier et Dunne)

    3 - Charollais (La Trompette)

    4 - Nougier (Magnat-Debon) Forfait le 29 août

    5 - Suppo (Magnat-Debon)

    6 - A. Duc (AMCF)

    7 - Maucourant (MR)

    8 - Leblond (MR)

    9 - Casal (Stella)

  10 - J. Jolly (Prester-Aubier et Dunne)

  11 - Soubié

 

Les essais

 

Les essais se déroulent, à Montlhéry, de 8 heures à 18 heures.

 

Les entrées pour l'épreuve de dimanche

 

Le prix des entrées à l'autodrome est fixé à 10 francs par personne ; bénéficieront du demi-tarif les abonnés de l'Auto et les membres de l'AMCF, sur présentation de leur carte.

Garages : automobiles, 5 fr. ; motocycles, 3 fr. ; vélos, 2 fr.

 

 

L'Auto 31-08-1936

 

 

Maucourant gagne le Grand Prix de l'Auto des petites motos

 

La journée de Montlhéry comprenait les Coupes d'Argent de l'AMCF, de l'ACIF et du Journal, les championnats de France de l'UMF et le Grand Prix de l'Auto des petites motos, s'est déroulée hier, par une température radieuse. Aussi l'assistance somme toute, nombreuse, avait profité de l'occasion pour s'égailler  tout le long du circuit routier à la recherche d'un peu d'ombre et de fraîcheur.

Dans l'ensemble les courses furent très animées, mais on pense que la distance adoptée de 300 kilomètres est un peu longue parce qu'elle amène un déchet trop considérable ; on pouvait la ramener, sans inconvénient, à 200 kilomètres.

Trois champions de France ont été désignés (Durieux Terrot en 175 cmc., Robert Braccini (Terrot en 250 cmc.), Barthe (Monet-Goyon en 500 cmc.) - Villeneuve, sur Bugatti remporte la Coupe d'Argent des voitures.

 

Le départ du Grand Prix de l'Auto des petites motos est donné à 11 h 8 m, à six concurrents : Jeannin (Prester), Wech (Prester), Charollais (La Trompette), Suppo (Magnat-Debon), Maucourant (MR), Leblond (MR).

 

Dès l'envoi Suppo prend le tête suivi par Maucourant, Jeannin, Leblond, qui est l'ordre de passage au premier tour. Wech est immobilisé par une bougie défaillante et Charollais éprouve quelques difficultés à mettre son moteur en route.

Quand ces deux concurrents réussiront à partir, ils auront trois tours de retard et malgrè une course courageuse ne pourront pas le combler.

 

C'est que la bataille est ardente entre les deux leaders Suppo et Maucourant, l'un précédant l'autre de quelques mètres seulement et qui tournaient à plus de 100 kilomètres à l'heure.

Jeannin qui ne dispose que d'un moteur de série ne peut faire mieux que maintenir son rang, ce qui est déjà bien.

Et tout se passe entre Suppo et Maucourant en un duel émotionnant entre les deux adversaires d'égale valeur et pareillement acharnés dans la bataille.

Nous irons jusqu'au 18e tour où les deux hommes passent "botte à botte" dans la même seconde mais à l'issue duquel Suppo ne reparait plus.

Dès lors, Maucourant a la course en main et il peut se payer le luxe de ralentir légèrement, ce qui fait quelque peu tomber la moyenne, mais bat le record.

 

Classement

 

   1 - Maucourant (MR), 1 h. 0 m. 36 s. 2/5, moyenne 98 km. 999. Record battu.

   2 - Wech (Prester Aubier et Dunne), 1 h. 7 m. 16 s.

   3 - Jeannin (Prester Aubier et Dunne), à 10 tours

   4 - Charollais (La Trompette), à 15 tours.

 

 

 

1937 

 

L'Auto 23-02-1937

 

A la Coupe des petites motos, les 175 cmc. seront admises

 

La Coupe des petites motocyclettes (ancien Grand Prix), dont ce sera, le 11 avril, à Montlhéry, la quinzième édition, a toujours répondu à une nécessité précise : permettre aux constructeurs spécialisés de ces petits moteurs, dont la cyclindrée 100 cmc. constitue la cylindrée type de la bicyclette à moteur, à la fois de faire la preuve de leur maîtrise et de posséder un banc d'essai sérieux où, chaque année, il leur soit loisible d'éprouver la valeur des solutions nouvelles.

Chaque fois le but a été pleinement atteint et ce n'est pas sans une certaine satisfaction que l'on a pu enregistrer, au cours des deux années qui viennent de s'écouler, qu'un moteur 125 cmc. était capable de fournir, sur 100 km. en piste, sans arrêt et toujours au maximum de puissance et de régime, une moyenne horaire de plus de 100 km. à l'heure avec des pointes nombreuses à 110.

Car, et c'est ici qu'il convient d'insister, c'est précisément parce qu'on peut atteindre de telles vitesses au cours desquelles tous les organes travaillent à la limite extrême du coefficient de sécurité, que du même coup, la réplique de ces moteurs sur la base du tourisme pur s'avère bsolument impeccable et qu'une robustesse hors de toute critique.

Toute l'utilité et, disons-le, toute la justification des courses de vitesse tient dans cette remarque. C'est la raison pour laquelle il nous est apparu que le règlement avait besoin, cette année, non d'une modification, car la Coupe de l'Auto des petites motocyclettes comprend toujpours sa course de 125 cmc., mais d'un complément sous forme d'une deuxième épreuve de 100 km., formule vitesse pure, réservée aux machines de 175 cmc. de cylindrée.

 

Pourquoi cette catégorie plutôt qu'une autre ?

 

Parce que, si le Conseil d'Etat se rallie à l'opinion de la Commission Centrale de l'Automobile des Travaux Publics, le permis de conduire sera supprimé prochainement pour les 175 cmc.

Ce qui équivaut à dire que la vente de telles machines augmentera de façon considérable et que, par conséquent, c'est sur elles que se portera d'abord l'attention des constructeurs qui s'efforceront de hâter les progrès et perfectionnements.

Or, ce que nous offrons avec le Prix de l'Auto des 175 cmc. ce n'est pas uniquement un spectacle, du reste, car, dans cette cylindrée, et sur la piste de vitesse de Montlhéry, le train doit être excessivement rapide, mais aussi, et surtout, une possibilité pour les constructeurs et les ingénieurs de réaliser dans le minimum de temps des modofications techniques qui ne peuvent pas être éprouvées au laboratoire. 

 

De même qu'il n'existe pas d'autre course de 100 km. sur piste pour les 125 cmc., que la Coupe de l'Auto des petites motocyclettes, il n'y a pas d'épreuve similaire pour les 175 cmc. Cette nouvelle initiative vient donc combler cette lacune et nous sommes persuadés qu'elle sera bien accueillie de tous.

J. Bonnet

 

L'Auto 08-04-1937

 

Les instructions pour les Grands Prix de l'Auto

 

Nous voici à quelques jours des épreuves de pure vitesse que l'Auto et l'AMCF organiseront dimanche matin à l'autodrome de Montlhéry ; l'après-midi devant être occupée par le Criterium de vitesse et de régularité de Moto Revue.

Rappelons qu'il s'agit de la Coupe de l'Auto des petites motocyclettes (catégorie 125 cmc.) et du Prix de l'Auto des 175 cmc.

 

Voici les instructions matérielles pour ces deux épreuves :

 

Le pesage

 

Les opérations de pesage et vérification des licences se feront à Montlhéry dimanche amtin de 8 h à 9 h.

Les machines des concurrents devront être munies des plaques portant le numéro de course peint en blanc sur fond noir

 

Les organisateurs ayant souscrit pour le compte d'un concurrent une assurance le garantissant aux tiers pour une somme d'un million de francs, chaque concurrent sera tenu d'acquitter au plus tard au pesage la somme de 50 francs, montant de la participation à cette assurance.

En cas de non paiement, le départ sera refusé au concurrent.

 

L'horaire

 

L'horaire a été établi comme suit :

  8 h à 9 h           Pesage

  9 h 30               Départ de la Coupe de l'Auto des petites motos 125 cmc.

10 h 45               Départ du Prix de l'Auto des 175 cmc.

 

Gaubert ne courra pas

 

Nous avons reçu la visite, à l'Auto, de Gaubert, qui devait partir dans le Prix des 175 cmc. et qui vient malheureusement de se blesser, ce qui le contraint à déclarer forfait. Nous le regrettons d'autant plus que c'était la première fois qu'il participait à cette épreuve et qu'il n'eût pas manqué d'y faire bonne prestattion. Il sera toutefois des nôtre dimanche à Montlhéry, mais en spectateur seulement.

 

L'Auto 11-04-1937

 

De prodigieuses performances seront encore réussies par les petites motos dans les Prix de l'Auto

 

L'épreuve des 175 cmc.

 

Revenons sur cette épreuve des 175 cmc. dont, aussi bien, nous n'avons pas encore présenté les concurrents.

 

Sur le papier, trois vainqueurs possibles ; Padovani et sa Terrot, jamais battu depuis de longues années dans le championnat de France ; Nougier et sa Magnat-Debon, qui enlevait la catégorie, au Comminges, en course internationale, et enfin Couturier, sur sa Benelli double arbre à cames en tête, dont on sait la vitesse. Trois hommes de poids léger - ce qui est essentiel ici - qui possèdent le maximum de chances.

Pur les encadrer des pilotes également de valeur mais qui seront handicapés par leur poids propre et celui de leur machine : Richardson, très ardent ; Le Roy, sage et avisé pilote ; Chocat, bien préparé ; Casal, vieil habitué, et A. Duc, dont on a maintes fois souligné la valeur. Un lot très homogène où il n'est pas exagéré de chercher les titulaires aux places d'honneur.

Physionomie générale : nous pensons à une lutte étroite entre les trois leaders qui savent qu'aucun d'eux pardonnera une quelconque défaillance aux deux autres et, derrière eux, une meute impatiente de jouer aussi sa chance. Du beau sport en perspective, et qui mieux est, du sport de qualité.

                           

Les engagés

 

   * Coupe 125 cmc. - 1 Nougier (Magnat-Debon) ; 2 Charollais (prof.) 4 Casal (prof.) ; 5 Suppo                                            (Magnat-Debon) ; 6 Meurice (Sporting MCP) ; 7 Maucourant (MR)

 

   * Prix des 175 cmc. - 1 Nougier (Magnat-Debon) ; 2 Chocat (prof.) ; 4 Casal (prof.) ; 5 Le Roy                                              (Terrot) ; 7 Padovani (Terrot) ; 8 Richardson (Terrot) ; 9 A. Duc (AMCF) ; 10                                        Couturier (Benelli).

 

Et cet après-midi, le Critérium de vitesse et de régularité

 

Le meeting se porsuivra l'après-midi par un critérium de vitesse et de régularité mêlées, dont la formule originale permet à un amateur de défendre sa chance devant un professionnel.

 

Les engagés

 

  * Amateurs

           125 cmc. - 2 Meurice (SMCP)

           175 cmc. - 1 Marco (AMCF) ; 3 Ruelle (SMCP)

           250 cmc. - 5 Arnodin-Chibrac (AMCO° ; 6 Zunstein (SMCP)

           350 cmc. - 11 Cholet ; 12 Thevenot ; 13 Pausz (MCP) ; 14 Evain (MCF) ; 15 Ronde ; 16                                       Courty (MCP) ; 17 Boireau (MCP)

           500 cmc. - 20 Huillier ; 21 Bacou (SMCP) ; 22 Duguet (SMCP) ; 23 Mendel (SMCP) ; 24                                      Anguille (MCP)

           Sidecars 600 cmc.- 30 Debec (AMCP)

 

  * Professionnels

           250 cmc. - 8 Patuelli

           350 cmc. - 10 Le Roy (Terrot)

           500 cmc. - 27 Monneret (Monet-Goyon) ; 28 Jarrot (Monet-Goyon) ; 29 Venin (Saroléa).

 

L'horaire

 

10 h. à 11 h. 30           Pesage

13 h. 30                       Départ vitesse, départ arrêté et arrivée lancée, 10 tours de la piste de                                                vitesse.

15 h.                            Départ régularité, de 9 à 16 tours du circuit routier du Bol d'Or, à des                                                  moyennes minima imposées de 40 à 80 km/h selon les cylindrées, le                                                  premier tour donnant le temps sur lequel les écarts seront chronométrés.

 

Enfin à l'issu du meeting, Monneret fera une tentative de record sur la piste de vitesse avec sa 500 cmc. Monet-Goyon.

 

 

L'Auto 12-04-1937

 

Coupe et Prix de l'Auto - Petites motos rapides et sûres à Montlhéry

 

Magnet-Debon et Terrot vainqueurs - Monet-Goyon remporte le Critérium de vitesse et de régularité

 

Hier matin, à l'autodrome de Linas-Montlhéry, ont été disputées la Coupe de l'Auto des motos 125 cmc. et le Prix de l'Auto réservé aux machines 175 cmc. de cylindrée, que nous organisions en collaboration avec l'AMCF.

Ces deux épreuves ont donné lieu à de très brillantes performances établies par Magnat-Debon et Terrot. Ces deux marques ont obtenu des résultats que, pour notre part, nous n'espérions pas, et ceci est tout à leur honneur comme à celui des deux pilotes qui ont triomphé : Nougier et Padovani.

 

Dans la Coupe de l'Auto des 125 cmc., Nougier et Suppo, les deux représentants de Magnet-Debon, prirent la tête dès le premier tour et la conservèrent jusqu'à la fin, effectuant les 100 kilomètres - quarante tours de la piste de vitesse - à plus de 110 kilomètres de moyenne, sans la moindre défaillance, sans la moindre inquiétude, battant de plus de dix kilomètres le record de l'épreuve.

Tous les deux roulèrent roue dans roue, laissant loin derrière leurs adversaires. Maucourant réussit néanmoins à couvrir la distance imposée ; Meurice du SMCP, et A. Duc de l'AMCF, furent courageux, mais ne pouvaient rien devant les deux hommes de Magnat-Debon. A noter qu'il n'y eut aucun abandon ; cette constatation ne manque pas d'intérêt. La double performance de Magnat-Debon est remarquable ; elle démontre une construction parfaitement au point.

Maurice Henry

 

Dans le Prix de l'Auto des 175 cmc. que ,nous avons créé cette année, il faut croire que Padovani et sa Terrot ont fait le vide autour d'eux. En effet, sur neuf concurrents inscrits, trois seulement se présentèrent sur la ligne de départ. Si, parmi les absents, deux avaient de bonnes raisons à faire valoir - maladie et mécanique cassée - les autres n'en avaient aucune.

Peut-être pourrait-on leur rappeler ce que signifie le respect d'un engagement.

 

Donc, Padovani sur sa Terrot, fit cavalier seul, tournant avec la plus grande facilité et conservant une réserve de puissance dont il n'eut pas à se servir.

C'était la première fois qu'une course de vitesse pure sur 100 kilomètres, disputée sur une piste de vitesse, était offerte aux 175 cmc. ; aussi, pouvait-on craindre la défaillance des mécaniques. Il n'en a rien été, et Padovani couvrit la distance à plus de 124 km. de moyenne, dépassant 131 kilomètres pour le meilleur tour. La firme de Dijon peut être fière de ce succès plein d'enseignements et de promesses.

Dans la même épreuve Chocat s'arrêtait en même temps que Padovani, mais avec 5 tours de retard, une averse subite marquait la fin de la course, l'empêchant de continuer prudemment.

 

L'après-midi, eut lieu un critérium de vitesse et de régularité qui fut pour Georges Monneret l'occasion de remporter une belle victoire pour le compte de Monet-Goyon, homme et machine démontrant une supériorité très nette. Cette victoire de la marque mâconnaise nous promet de futures et belles démonstrations.

 

Nougier et Suppo dominent en 125 cmc.

 

La Coupe des 125 cmc., si elle donna lieu à deux performances splendides de Nougier et de Suppo manqua, toutefois d'animation. Dès le départ, qui groupe de cinq hommes, nos deux compères prennent la tête à quelques mètres l'un de l'autre et s'en vont de compagnie tout au long des 100 kilomètres à plus de 110 de moyenne, ce qui boulverse les pronostics les plus optimistes.

Derrière eux, Maucourant, très régulier, mais pris de vitesse, prend sans aucune difficulté la troisième place devant Meurice et Duc, très courageux, mais dont les machines n'étaient pas suffisantes pour un tel train.

 

Classement 

 

1 - Nougier (Magnat-Debon, pneus Dunlop), 100 km. en 55 m. 19 s. 3/5, moyenne 110 km. 539, record battu (ancien record 99 km. 200).

2 - Suppo (Magnat-Debon), 55 m. 19 s. 4/5

3 - Maucourant (MR), 1 h. 2 m. 54 s. 3/5

4 - Meurice (Sporting MCP), 90 km. en 1 h. 3 m. 56 s.

5 - A. Duc (AMCF), 80 km. en 1 h. 3m. 47 s.

 

Le meilleur tour fut fait à trois reprises différentes par Suppo et deux fois par Nougier, en 1 m. 21 s. moyenne 113 km. 255.

 

Padovani s'adjuge la course des 175 cmc.

 

Désillusion sur la ligne de départ : trois hommes seulement s'alignent : Nougier Padovani et Chocat ; les autres ou ont eu des malheurs à l'entraînement ; ou ont estimé devoir n'être pas assez rapides. Comble de malchance ; alors qu'on espère un duel Nougier-Padovani analogue au duel Nougier-Suppo de tout à l'heure, Nougier, au premier tour, a un serrage de moteur, manque de peu la chute, mais doit abandonner.

Dès lors, Padovani, qui a la course en main, n'a aucune raison de pousser mais n'en gagne pas moins à une moyenne confortable qui prouve que sa Terrot avait pas mal de chevaux en réserve.

Chocat, avec une machine non adaptée aux nécessités de cette épreuve, a fait une course très régulière.

 

Classement

 

1 - Padovani (Terrot, pneus Dunlop), 100 km. en 49 m. 17 s. 1/5, moyenne 124 km. 088

2 - Chocat (prof.), 87 km. 500 en 46 m. 41 s.

 

Meilleur tour par Padovani en 1 m. 10 s., moyenne 131 km. 052.

Jean Bonnet

 

L'Auto 13-04-1937

 

Dans la Coupe de l'Auto des 125 cmc., le quatre temps a vaincu le deux temps

 

Il faut souhaiter, pour l'an prochain, une compétition plus serrée en 175 cmc., ainsi qu'entre les amateurs

 

Les motos légères dont c'était, dimanche matin à Montlhéry, le véritable critère de vitesse pure absolument unique au calendrier national, ont réservé à qui les suit de près, bien des surprises. Il apparaît opportun de règler, aujourd'hui, les principaux problèmes dont quelques uns ne manquent pas d'importance.

 

L'éternelle lutte deux temps-quatre temps

 

La Coupe de l'Auto des motos 125 cmc. fut de loin, la plus belle des deux courses que comportait le critérium encore que nous les eussions souhaitées. On sent bien que tout l'intérêt se concentrait sur l'inévitable lutte des deux cycles toujours en présence dans cette catégorie ; le deux temps et le quatre temps.

Jusqu'alors, et très régulièrement, sur cette distance imposée de 100 km., le quatre temps n'avait jamais pu affirmer sa supériorité !

Plus rapide au début que son compère à deux temps plus brillant par certains côtés, il manifestait toujours sur la fin quelques défaillances mécaniques qui lui coûtait la victoire.

Cette année, rien de pareil et ce qu'ont fait Nougier et Suppo est proprement admirable. Un record haussé de plus de 10 km. dans l'heure sur la distance, un duel roue dans roue, sans nul répit ni nulle trève et, pour finir, des machines en si parfait état que Suppo, produisant un effort supplémentaire "sautait" Nougier.. dans le tour suivant, le dernier, ce qui évidemment ne pouvait plus compter pour le classement mais témoignait éloquemment que le moteur était loin d'être à bout de souffle.

Ainsi, Magnat-Debon - puisque la victoire est double pour la marque grenobloise - à force de patience, de science et de mise au point est parvenu à ce véritable tour de force dont nous fûmes témoin dimanche et devant lequel il faut s'incliner.

Mais cela signifie-t-il que la suprématie du deux temps est morte définitivement ?

Je ne crois pas que celui-ci se soit présenté, cette fois, au mieux de sa condition.

Wech, nous le savons, a cassé au cours des essais un moteur nouveau qui laisse les plus grandes espérances ; Maucourant, en réalisant une performance équivalente à celle de l'an dernier qui lui valut la victoire, s'est laissé surprendre par les événements.

La leçon sera profitable et dès l'an prochain nous aurons des deux temps qui feront aussi les 110 km/heure de moyenne..

 

Alors le débat sera ouvert encore car il nous étonnerait fort que Magnat-Debon ne réalise pas quelque nouveau progrès ; et ainsi d'évolution en évolution, la marche vers la perfection se poursuivra-t-elle sans heurt comme sans défaillance.

 

Le premier pas du 175 cmc.

 

Pour son début, le Prix de l'Auto des 175 cmc. n'a pas donné ce qu'on attendait de lui. Manque de compétition véritable par manque de préparation initiale provoquant de trop nombreux forfaits ; retraite prématurée de la Magnat-Debon de Nougier, bien capable d'animer la lutte, cavalier seul de la Terrot de Padovani qui n'a pas donné son maximum.

Cette terrot, nous la connaissons bien depuis 1931 où elle est invaincue, chaque année, dans le championnat de France ; nous savons qu'elle peut tourner à plus de 140 sans aucun inconvénient. Elle ne l'a pas fait cette fois-ci parce qu'elle n'avait pas à la faire, elle le fera l'an prochain si les circonstances le commandent, ce qu'il faut évidemment souhaiter.

On tient qu'elle est capable de grandes choses et qu'elle ne doit pas décevoir.

 

Cette question des défections nous amène à penser que l'an prochain le règlement sera bien avisé en prévoyant un classement spécial pour les amateurs tant en 125 qu'en 175 cmc. Il n'est pas logique de laisser sur le même pied que les professionnels des hommes qui disposent de ressources mécaniques infiniment moindres. Ce qu'ont fait Meurice du Sporting, comme Duc de l'AMCF, le prouve sans conteste possible.

 

La chose est à envisager et peut-être à compléter sur le plan d'une compétition interclubs.

 

1938 

 

L'Auto 07-05-1938

 

A Montlhéry, Coupe de l'Auto, journée de l'AGACI

 

Une grande manifestation, demain, à l'autodrome de Montlhéry !

Il y a bien longtemps que cela ne s'était pas produit. Et ce n'est pas à un organisme de la Fédération que nous le devons, mais à l'AGACI, club de coureurs indépendants, de sportifs fervents, fidèles défenseurs de la course automobile. L'AGACI - auquel, la société Desmarais frères et l'Auto apportent leur concours - a pris l'initiative et la responsabilité de cette vaste organisation.

"Voyez-vous, nous disait hier encore M. Maurice Mestivier, président du club, nous n'avons pour toute richesse que la bonne volonté et l'énergie de nos membres. Néanmoins, nous avons estimé qu'il était de notre devoir de mettre sur pied une grande réunion. Tous nous travaillons avec acharnement depuis plusieurs semaines. Nous avons dressé un programme qui, je l'espère, obtiendra la faveur du public. Aussi, nous espérons que le succès viendra récompenser nos efforts."

 

Il est certain que le programme établi par l'AGACI est très attrayant et qu'il doit attirer la foule des grands jours. Il ne s'agit pas, précisons-le bien, d'une seule course sur une longue distance, mais d'une série d'épreuves sur de petits parcours. Le spectacle n'aura pas à en souffrir, bien au contraire. Voitures de tourisme, de sport et de course, dans des compétitions diveres ; descente en parachute du recordman du monde James Williamx ; tentative par notre champion motocycliste Georges Monneret. Il y en aura pour tous les goûts

 

Au cours de la matinée se déroulera la Coupe de l'Auto, réservée aux machines de 125 et 175 cmc.

Cette journée offre donc un intérêt certain à plus d'un titre ; le beau temps aidant, elle constituera pour les amateurs de sports mécaniques , une excellente occasion de passer quelques heures agréables sous les frondaisons du plateau de Saint-Eutrope.

En dehors de la Coupe de l'Auto des motos 125 et 175 cmc., des exhibitions du parchutiste Williams et du motocycliste Monneret, d'autres épreuves parmi lesquelles le grand handicap Olazur et la Coupe de Paris figurent au programme de la VIIe journée de l'AGACI, qui sera organisée demain à Montlhéry, avec le concours de la société Desmarais et de l'Auto.

Parmi les principaux conducteurs figurent Albert Divo, J. Paul Le Bègue, Hertzberger, Harkuleyns, Mazaud, Horvilleur, Druck, Viale, Balsa, Bénazet, Danniell, Mmes Roux, Rouault, etc.

 

Au total, plus de 30 dans le handicap Olazur et une quarantaine dans la Coupe de Paris.

Maurice Henry

 

Le programme

 

7 h.                       Tentative de reecord par Nougier, sur une 125 cmc. Magnat-Debon

8 h 30 à 11 h.        Coupe de l'Auto des motos 125 et 175 cmc.

12 h.                      4 éliminatoires successives du grand handicap Olazur.

14 h.                      Première série de la Coupe de Paris.

15 h.                      Tentative de Georges Monneret         

15 h 15                  Descente en parachute par James Williams

15 h 30                  Finale du grand handicap Olazur.

17 h 30                  Deuxième série de la Coupe de Paris.

 

Un service d'autobus

 

Demain, un service d'autobus sera assuré, à partir de 10 h, par la STCRP.

Ajoutons que le prix des places à l'autodrome est le suivant : pelouse, 6 fr. ; pesage et tribunes 10 fr. ; loges 20 fr.

 

 

L'Auto 08-05-1938

 

Plus de cent voitures et motos pour la journée de l'AGACI et la Coupe des petites motos de l'Auto

 

L'AGACI a mis sur pied une Journée qui peut être qualifiée de populaire où se rencontreront des pilotes dont la réputation n'est plus à faire, comme Albert Divo, et des jeunes qui ne cherchent qu'à percer. C'est là le propre de la manifestation organisée par le club des indépendants que préside Maurice Mestivier.

Grand handicap Olazur, Coupe de Paris offriront, à rien en douter, un très beau spectacle.

 

Les concurrents du rallye Azur sont arrivés hier à Montlhéry ; ce rallye comporte deux classements. Le premier a donné les résultats suivants :

 

1 - Louis Dejean (Peugeot)

2 - ex aequo Georges Pion (Citroën) et jean Dupuis (Peugeot)

4 - Salignac (Delahaye)

5 - Mère (Simca)

6 - Tavernier (Salmson)

7 - Mme Lapchin (Simca)

8 - Mme Vidalin (Salmson)

9 - Pinay (Chenard)

 

Le deuxième classement ne sera connu que ce soir.

 

Les engagés de la Coupe de l'Auto

 

  * 175 cmc. - 2 Nougier (Magnat-Debon) ; 4 Térigi (MM) ; 6 Gaubert (Terrot) ; 8 PAche (AMCF)

  * 125 cmc. - 1 Nougier (Mgnat-Debon) ; 3 X. (Magnat-Debon) ; 5 Belliard (SMCP) ; 7 Leclerc                                (SMCP)

 

Avant que soit donné le départ de la Coupe de l'Auto, Nougier s'attaquera à plusieurs records du monde de la catégorie 125 cmc.

 

Journée de l'AGACI

 

Les engagés Grand handicap Olazur

 

55 Biolay (Amilcar) ; 56 Barré (Citroën) ; 57 Todd (MG) ; 58 Bénazet (Delahaye) ; 59 Druck (MG) ; 60 Mme  Roux (Amilcar) ; 61 Herkuleyns (MG) ; 62 Gérard (Delage) ; 63 Pichard (Salmson) ; 64 Bourinet (Delage) ; 65 Andréany (Citroën) ; 66 Michel (Oméga-Six) ; 67 Lascaut (Oméga-Six) ; 68 Danniell (Delahaye) ; 69 Guérin (Bugatti) ; 70 Le Bègue (Talbot) ; 71 Wabie (Citroën) ; 72 Mme Rouault (Delahaye) ; 73 Cathary (Bugatti) ; 74 Polledry (Aston Martin) ; 75 Hortilleur (Bugatti) ; 76 Roumani M. (Bugatti) ; 77 Roumani R. (Rosengart) ; 78 Chevane (Morgan) ; 79 Hertzberger (Aston Martin) ; 80 Malivoir (Alfa Romeo) ; 81 Saccani (Citroën) ; 82 Bith (Bugatti) ; 83 Paul (Delahaye) ; 84 Balsa (Bugatti) ; 85 La Caze (Citroën) ; 86 Venot (La Pintade) ; 87  Serra (Peugeot) ; 102 Ferry (Riley)

 

Les engagés de la Coupe de Paris

 

  * Première série

 

14 Forestier (Riley) ; 16 Robert (Simca) ; 21 Molinari (Simca) ; 24 Mazalon (Citroën) ; 49 Du Brusle (Bugatti) ; 55 Biolay (Amilcar) ; 57 Todd (MG) ; 59 Druck (MG) ;  61 Herkuleyns (MG) ;  63 Pichard (Salmson) ; 65 Andréany (Citroën) ; 74 Polledry (Aston Martin) ; 77 Roumani R. (Rosengart) ; 79 Hertzberger (Aston Martin) ; 90 Jamin (Bugatti) ; 91 Mestivier (Amilcar) ; 92 Tramer (Simca) ; 93 Sarret (Simca) ; 95 Constantin (Bugatti) ; 93 Grignard (Amilcar) ; 100 Milhavet (Salmson) ; 102 Ferry (Riley)

 

  * Deuxième série

 

58 Benazet (Delahaye) ; 80 Mme Roux (Amilcar) ; 62 Gérad (DElage) ; 66 Michet (Oméga-Six) ; 67 Lascaut (Oméga-Six) ; 68 Danniell (Delahaye) ; 70 Le Bègue (Talbot) ; 75 Horvilleur (Bugatti) ; 76 Roumani M. (Bugatti) ; 80 Malivoir (Alfa Romeo) ; 84 Balsa (Bugatti) ; 89 Paul (Delage) ; 94 Bayard (Bugatti) ; 96 MAzaud (Delahaye) ; 97 Hup (Bugatti) ; 99 Breillet (Bugatti) ; 101 Divo (Delahaye) ; 103 Viale (Delahaye).

 

 

L'Auto 09-05-1938

 

Nougier bat 4 records du monde sur moto 125 cmc. Magnat-Debon

 

La marque Magnat-Debon, qui avait ouvert la saison sportive par une belle victoire dans la dure épreuve de tourisme Paris-Nice, a remporté hier un véritable triomphe à Montlhéry.

 

Nougier sur machine 125 cmc. de cylindrée, a battu quatre records de vitesses mondiaux à des moyennes supérieures de 11 à 14 km :

     Record sur 50 km., moyenne 115 km. 320 (ancien record 104 km. 320)

     Record sur 50 milles, moyenne 114 km. 850 (ancien record 100 km. 117)

     Record sur 100 km., moyenne 114 km. 490 (ancien record 100 km. 230)

     Record sur une heure, 114 km. 25 (ancien record 100 km. 229).

Tous les connaisseurs voudront recevoir le catalogue des cycles et motos Magnat-Debon, adressé franco sur demande.

 

Etablissements Magnat-Debon, 51 rue Thiers à Dijon (Côte-d'Or).

 

Ces quatre records étaient détenus par l'Italie depuis le 18 septembre 1927. Celui des 50 km. appartenait à Baschieri sur GD, et les trois autres à Morini, sur MM ; ils avaient été établis à Monza. 

 

 

Terrot et Magnat-Debon se sont partagés les Coupes de l'Auto

 

La Coupe de l'Auto, qui s'est déroulée hier matin à Montlhéry, organisée avec le concours de l'AMCF, a donné lieu à quelques surprises ; Nougier joua de malchance dans les deux catégories 125 et 175 cmc., tandis que Suppo fut trahi par son réservoir.

 

La catégorie 175 cmc. réunit trois partants ; Nougier (Magnat-Debon) ; Gaubert (Terrot) et Pache (AMCF). Nougier qui avait plus d'une demi-minute d'avance après quatre tours, sur les 40 imposés, fit une chute et abandonna. Pache et Gaubert, dans cet ordre, continuèrent ainsi jusqu'à la fin.

 

  * Professionnels : 1 Gaubert (Terrot), les 100 km. en 52 m. 37 s. 3/5, moyenne 116 km. 211

  * Amateurs : 1 Pache (AMCF), les 100 km. en 52 m. 14 s., moyenne 117 km. 086.

 

En 125 cmc., il y avait 4 partants : Nougier (Magnat-Debon) ; Suppo (Magnat-Debon) ; Belliard (SMCP). Au quatrième tour, Nougier casse son frein de direction et abandonna ; au quinzième. Supppo s'arrêta, son réservoir d'essence crevé ; il put repartir à l'aide d'une nourrice, ce qui l'obligea à s'arrêter pour ravitailler.

 

  * Professionnel : 1 Suppo (Magnat-Debon), les 100 km. en 1 h 11 m. 44 s., moyenne 85 km. 257.

  * Amateurs : 1 Leclercq (SMCP), 87 km. 500 en 1 h 9 m. 58 s. ; 2 Belliard (SMCP), 77 km. 500 en                         35 m. 41 s.

 

Les records n'ont pas été battus.

 

 

1939 

 

L'Auto 23-06-1939

 

Engagez-vous pour la Coupe de l'Auto des petites motos

 

L'AMCF et l'Auto organiseront, le 2 juillet, la classique épreuve de vitesse pour petites motos (125 et 175 cmc.), dont tant d'années ont consacré le succès de l'utilité.

C'est à l'autodrome de Montlhéry que se disputera la Coupe de l'Auto.

Le règlement est paru et les engagements sont reçus dès maintenant soit à l'Auto, soit à l'AMCF, 29 boulevard du Havre, à Colombes.

 

 

L'Auto 28-06-1939

 

La Coupe de l'Auto des petites motos n'aura pas lieu dimanche

 

La Coupe de l'Auto des petites motos qui devait être organisée, en collaboration avec l'AMCF, dimanche matin, sur la piste de vitesse de Montlhéry, ne pourra pas avoir lieu puisque la tentative Yacco-Gnome et rhône des records se poursuivant, il ne peut être question de l'interrompre.

Nous nous excusons auprès des coureurs déjà engagés, et nous étudions, avec la Fédération, la possibilité d'organiser cette épreuve à une date ultérieure.

 

 

- Haut de la page -