Tourisme en Auvergne - Vacances et Loisirs

 

  Puy-de-Dôme :

Ambert

 Infos

 

Dictons auvergnats !

Brumes d'août font passer les châtaignes.

Les Pétaros des Volcans sont sur Facebook

Pour découvrir plus d'infos proposées par les Pétaros via Facebook,

Création de la page : juillet 2017

 

 

Modification de la page : 24 juillet 2017

 

1 - 5       Le meeting Automobile de Vichy

1934   La Presse 13-07-1934  

 

L'Automobile Club de Vichy organise, avec le concours de l'Automobile Club d'Auvergne et Le Journal, un grand meeting qui a lieu d'aujourd'hui vendredi à lundi prochain, conformément au programme suivant :

 

* Vendredi 13 : de 12 à 19 heures, au siège de l'AC de Vichy, arrivée des concurrents du rallye.

 

 

 

* Samedi 14 : à 8 h 30, épreuve de démarrage, freinage et marche arrière, pour les concurrents du rallye ; à 10 h 30, épreuve de régularité sur le circuit : Charmeil, Vendat, Saint-Rémy-en-Rollat, Charmeil (10 km.) pour les concurrents du rallye.

 

* Dimanche 15 : à 14 heures, Grand Prix de vitesse.

 

* Lundi 16 : à 14 heures, concours d'élégance.

 

Le rallye réunit une cinquantaine de participants.

 

Le Grand Prix de Vichy se déroulera sur un cicuit tracé dans la ville dont le développement est de

2 km. 357, la plus longue ligne droite ayant 450 mètres.

 

Il sera disputé de la façon suivante : deux éliminatoires sur trente tours, soit 70 km. 710 ; une finale sur 60 tours, soit 141 km. 420, réunissant les quatre premiers qualifiés de chaque éliminatoire et le meilleur cinquième.

 

 

 Le Journal 25-06-1934  

 

Le rallye automobile de Vichy 

 

Les demandes de renseignements pour le rallye de Vichy, qui aura lieu les 13 et 14 juillet, font augurer un très vif succès pour l'épreuve organisée par l'AC de Vichy sous le patronage du Journal.

 

On sait que la formule de ce rallye est analogue à celle du rallye de Dieppe et tient compte de la ville de départ, de la distance parcourue, de la moyenne réalisée, et de deux épreuves, l'une de régularité, l'autre de démarrage, freinage et marche arrière.

 

En ce qui concerne les points affectés à la ville de départ, ceux-ci varieront entre 5 et 20 points selon la zone où la ville sera située. Nous aurons 5 points pour Lyon, Grenoble, Genève, Aurillac, Bourges, Dijon ; 10 points pour Lausanne, Avignon, Périgueux, Tours, Orléans, Troyes ; 15 points pour Paris, Reims, Belfort, Bâle, Marseille, Perpignan, Toulouse, Bordeaux ; enfin 20 points pour Brest, Rennes, Cherbourg, Le Havre, Boulogne, Bruxelles, Strasbourg, Milan, Gênes, Nice, Barcelone, Pau, Biarritz, Nantes.

 

Pour la distance, il sera attribué des nombres de points différents par kilomètres, selon qu'il s'agit d'une voiture dont la puissance est inférieure ou supérieure à 9CV ; mais il y aura un même maximum de points pour toutes.

De même pour ce qui a trait à la moyenne de route : si les voitures jusqu'à 9 CV comptent 3 points par kilomètres à l'heure, cependant que les voitures plus puissantes ne bénéficient que de 2 points 1/2, comme la vitesse moyenne maximum est de 50 kilomètres à l'heure pour les premières et de 60 pour les secondes, le maximum de points sera de 150 pour tous les concurrents.

 

Rien de particulier à signaler sur l'épreuve de régularité, contrôlée en deux points secrets d'un circuit de 10 kilomètres.

Quand à l'épreuve de démarrage, freinage et marche arrière, la formule est telle que l'avantage au démarrage pour les voitures rapides sera compensé par leur désavantage au freinage.

 

On peut donc dire que toutes les bonnes voitures ont une chance sensiblement égale de remporter la victoire... pourvu que leurs pilotes sachent en tirer le meilleur parti. Ce doivent être là d'ailleurs les conditions de base du règlement d'un rallye.

 

Dès aujourd'hui nous recevrons les engagements.

 

 Le Journal 14-07-1934  

 

Le Grand Prix de Vichy sera couru demain pour la première fois

 

En parcourant, hier soir, le circuit de 2 km. 357 sur lequel se disputera dimanche le premier Grand Prix automobile de Vichy, nous savions déjà que, sur un tel parcours tout en virages - la plus longue ligne droite mesure environ 400 mètres - les concurrents, qui sont tous des pilotes de grande classe, devraient se tenir bien près les uns des autres.

On n'ignore pas, en effet, l'impossibilité de jouer impunément dans les virages avec le rapport entre le coefficient d'adhérence des roues d'une part et, d'autre part, la vitesse et la force centrifuge. Il demeure évidemment la puissance du freinage à l'entrée du virage, l'énergie des reprises à la sortie encore et surtout la maîtrise du conducteur. Mais encore une fois, avec les véhicules en présence, ces différences ne pouvaient être qu'assez peu marquées.

L'entraînement de ce matin, qui eut lieu de 6 heures à 7 h 30 et auquel prirent part seize concurrents, a confirmé notre impression. Certes, il ne pouvait être question, par exemple, que la 1.500 cmc de Mme Itier - la seule voiture d'une cylindrée inférieure à 2 litres - batte des trois litres monoplaces. Mais comme on le verra plus loin, les temps réalisés sont bien proches les uns des autres et on se rend compte que le moindre incident de course peut modifier complétement le classement.

Mlle Hellé Nice Source Gallica

En réalité le Grand Prix de Vchy se présente comme la course automobile de la saison dont le résultat est le plus incertain. Il n'est pas jusqu'à la formule adoptée ; deux éliminatoires sur 70 kilomètres, une finale sur 140 kilomètres, qui n'apporte sa contribution à l'intérêt de l'épreuve.

Quant à la difficulté du circuit, elle se caractérise par les vitesses moyennes réalisées à l'entraînement. Notons que les places au départ étant fixées d'après les meilleurs temps, ces vitesses constituent pour les coureurs de véritables "tentatives contre la montre", donc de vrais records, qu'il est assez improbable de voir améliorer durant la course.

 

Or les vitesses records sont de l'ordre de 80 à 84 kilomètres à l'heure. Voilà qui donne une idée des qualités de virtuosité qui sont exigées des pilotes et de l'effort demandé aux divers organes des voitures : freins, embrayages, boites de vitesses.

 

Les meilleurs tours accomplis aujourd'hui par les concurrents sont les suivants : Lehoux (Alfa Roméo) 1' 40" 3/5, moyenne 84 kil. 345 ; Etancelin (Maserati) 1' 40" 4/5, moyenne 84 kil. 178 ; Dreyfus (Bugatti) 1' 42" 4/5, moyenne 82 kil. 540 ; Falchetto (Maserati) et Trossi (Alfa Roméo) 1' 43" ; Straight (Maserati), 1' 44" ; Scarron (Maserati), 1' 46" ; Brunet (Bugatti) 1' 48" 2/5 ; Lord Howe (Bugatti), 1' 50" ; Mlle Hellé Nice (Alfa Roméo), 1' 51" ; Veyron (Bugatti), 1' 51" 4/5 ; Mme Itier (Bugatti), 1' 52" 1/5 ; Gaupillat (Bugatti), 1' 52" ; Lonnet (Bugatti), 1' 55" ; Delmo (Bugatti), 2' 7" 3/5.

 

Naturellement, ces temps pourront être améliorés au cours de l'entraînement de demain, certains concurrents tel que Dreyfus n'ayant pas cherché aujourd'hui à donner leur maximum.

 

Trois concurrents du GP de Vhichy Source Gallica

L'ordre des départs dans le Grand Prix

 

A la suite de l'entaînement d'aujourd'hui, les deux séries du Grand Prix ont été constituées.

 

* Première série : n° 2 Lehoux (Alfa Roméo) ; n° 8 Dreyfus (Bugatti) ; n° 26 Straight (Maserati) ; n° 12 Sommer (Maserati) ; n° 14 Brunet (Bugatti) ; n° 36 Mlle Hellé Nice (Alfa Roméo) ; n° 24 de Villapadierna (Maserati) ; n° 32 Lonnet (Bugatti)

 

* Deuxième série : n° 6 Etancelin (Maserati) ; n°30 Falchetto (Maserati) ; n° 4 Trossi (Alfa Roméo) ; n° 28 Scarron (Alfa Roméo) ; n° 38 Farina (Alfa Roméo) ; n° 10 Veyron (Bugatti) ; n° 20 Zanelli (Alfa Roméo) ; n° 40 Gaupillat (Bugatti) ; n° 22 Delmo (Bugatti).

 

 

Liste des concurrents du rallye arrivés à Vichy Source Gallica

42 concurrents du rallye sont arrivés à Vichy

 

Le rallye a remporté un beau succès puisque sur 48 concurrents inscrits, 42 sont arrivés dans les délais à Vichy.

 

En voici la liste ci-contre :

 

 

 

Le programme d'aujourd'hui est le suivant :

 

* à 8 h 30, épreuve de démarrage, freinage et marche arrière sur l'allée des Ailes (150 mètres en marche avant et 30 mètres en marche arrière)

 

* à 10 h 30, régularité sur le circuit de 10 kilomètrres.

Etancelin Source Gallica

 

 Le Journal 15-07-1934  

 

Le record du tour est encore battu

 

Le Grand Prix de Vichy se disputera sur un circuit, aux caractéristiques particulièrement sportives, qui doit lui valoir un magnifique succès. L'organisation est parfaite et l'on peut être assuré que l'épreuve se déroulera avec un maximum de garanties.

 

L'entraînement de ce matin, le dernier avant la course, a vu se renouveler le duel d'hier entre Etancelin et Lehoux pour la conquête du meilleur temps sur un tour.

Mais alors qu'hier Lehoux avait battu son rival d'un cinquième de seconde, aujourd'hui, c'est Etancelin qui a pris le meilleur sur Lehoux... pour un dixième de seconde.

Nous disons bien : pour un dixième de seconde, car les temps ont été pris au moyen de l'appareil de chronomètrage électrique qui fonctionne pour le Grand Prix de l'ACF à Montlhéry et qui est arrivé hier après-midi.

Etancelin a fait 1' 40" 2/10 améliorant son temps d'hier de 3/5 de seconde et Lehoux 1' 40" 3/10, Trossi réussit 1' 41" 1/10 contre 1' 43" la veille, Straight vient ensuite avec 1' 42" 3/10 puis Dreyfus 1' 43" 2/10, Falchetto 1' 43" 6/10, Scarron 1' 45" 6/10, etc...

 

La voiture de Gaupillat s'est retournée dans un virage, mais sans mal, ni pour le pilote ni pour le véhicule qui seront demain au départ.

 

Les concurrents du rallye ont disputé des épreuves

 

Aussitôt après l'entraînement du Grand Prix de vitesse, les concurrents du rallye ont disputé les deux épreuves qu'ils leur restait à accomplir.

Ce fut d'abord sur l'allée des Ailes, l'épreuve de démarrage, freinage et marche arrière ; départ moteur arrêté ; 150 mètres en marche avant, 30 mètres en marche arrière : arrêt sur la dernière ligne.

Le meilleur temps fut réalisé par Rossi (Fiat) 21" 1/5, devant Pousset (Citroën) 21" 2/5 ; Bret (Bugatti), 22" ; Clermont (Fiat), 22" 3/5 ; Norma (Lancia), 23" ; Dranve (Peugeot), 23" 2/5 ; Pouderoux (Citroën) ; Pagnez (Ford) tous deux avec 23" 3/5 ; Mme Schelle (Delahaye), Ambaud (Ford), Rouxel (Peugeot), 23" 4/5.

 

Il s'agit ensuite, pour les concurrents de satisfaire à l'épreuve de régularité sur un difficile circuit de 10 kilomètres, un poste secret de chronomètrage vérifiant les moyennes effectuées, lesquelles devaient être théoriquement égales à celles communiquées aux concurrents avant le départ.

 

Le Grand Prix sera radiodiffusé

 

Les services de radioreportage de l'Intransigeant et de Match diffuseront aujourd'hui le GrandPrix automobile de Vichy organisé par le Journal.

La diffusion se fera par l'antenne de la Tour Eiffel de 14 h 30 à 15 h et de 17 h à 17 h 45. Radioreporters :MM Dehorter, Philippe et Fraichard.

 

Le Comte Trossi vainqueur à Vichy Source Gallica

 

 Le Journal 16-07-1934  

 

Victoire du Comte Trossi dans le GP de Vichy

 

"Le Grand Prix de Vichy a été très dur. Après mon tête à queue, au dixème tour, j'étais quatrième. J'ai essayé d'améliorer ma position, mais au vingt-sixième tour, mon pont arrière a cassé. Je m'arrêtait donc, décidé à abandonner la course.

J'ai continué et j'ai pu passer Dreyfus et Etancelin.

Je tiens à rendre un hommage mérité à mes concurrents qui, comme toujours ont été courtois et m'ont donné le passage quand je le réclamais.

Mais ce circuit est très fatigant. J'ai beaucoup souffert de la chaleur et ne pouvais aller assez vite, à cause des nombreux et terribles virages. Mais enfin, tout a été pour le mieux, et je compte bien être au rendez-vous, l'année prochaine, à Vichy."

Source Gallica

Le voici donc couru ce Grand Prix de vitesse de Vichy sur un circuit impressionnant et par sa petitesse (2 kil. 357) et par le nombre de ses virages : onze.

 

Voyez vous, une course automobile ce n'est pas d'une tribune, fut-elle officielle, qu'il faut la voir, face au tableau d'affichage : non.

 

C'est aux stands de ravitaillement avec les mécaniciens des coureurs, avec leurs intimes, avec les bidons d'essence et d'huile, les roues de rechange et les crics, qu'il faut vivre ces minutes ardentes fertiles en enthousiasme débordant et en désespoir instantané.

Straight second du GP de Vichy Source Gallica

Le premier Grand Prix automobile de Vichy fut une course splendide, disputée avec acharnement de bout en bout et qui secoua le public jusqu'à l'ultime minute.

 

Après les escarmouches qui constituèrent les deux courses éliminatoires, la finale mit en présence les meilleurs champions du lot duquel se détachèrent immédiatement Etancelin, Lehoux, Trossi, Dreyfus et Straight, qui devait faire la plus belle course de sa carrière.

 

Alors on vit aux prises les tempéraments divers des coureurs : la fougue constante de Lehoux qui lui fit toucher deux fois dans les virages et qui lui coûta probablement la victoire, l'ardeur disciplinée d'Etancelin, la facilité d'assimilation de Trossi qui, après avoir lui aussi manqué un virage ne commit ensuite aucune faute, les très grands progrès de Straight, la froide maîtrise de Dreyfus le scientifique.

 

On verra plus loin ce que furent les diverses péripéties de l'épreuve avec ses continuelles variations dans l'ordre des quatre premiers, et le retour véritablement émouvant de Lehoux, à qui la foule fit une ovation.

 

Etancelin a été une fois de plus trahi par ses freins et les deux Alfa Roméo de Trossi et Lehoux se montrèrent les deux voitures les plus rapides. Notons que le second placé, Straight a également gagné nettement son éliminatoire. Plaignons Etancelin victime d'une injuste malchance contre laquelle il a lutté de son mieux.

 

Ainsi donc l'écurie Ferrari, dont Trossi est précisément l'animateur, a remporté encore une victoire avec l'une de ces Alfa Roméo qui sont les voitures de course les plus sûres à l'heure actuelle.

 

Signalons encore la Maserati de Straight qui a été transformée de façon originale de la part de son pilote qui non seulement lui a adjoint une carrosserie fort bien préparée mais a de plus adapté la boite de vitesses Wilson à présélection, ce qui a évidemment facilité grandement la tâche du pilote sur un circuit où il fallait constamment changer de vitesse.

 

Le meeting  automobile de Vichy, bien conçu, aura remporté un très vif succès. Il prendra fin demain par un concours d'élégance pour lequel sont déjà ici d'admirables voitures.

 

Le classement à l'arrivée

 

1 - Trossi  (Alfa Roméo, huile Aéro Shell, bougies Champion) couvrant les 141 kil. 420 en 1 h 45' 44" 6/10 (moyenne : 80 kilomètres 250) ; 2 - Straight (Maserati) 1h 45' 49" 6/10 ; 3 - Etancelin (Maserati) 1h 46' 52" 4/10 ; 4 - Dreyfus (Bugatti) 1h 48' 18" 4/10 ; 5 - Lehoux (Alfa Roméo) 1h 48' 18" 3/10 ; 6 - Scarron (Alfa Roméo) à 1 tour ; 7 - Howe (Bugatti) à 2 tours.

 

Classement final du rallye Source Gallica

 

Le classement officiel du rallye

 

Quelques changements ont été apportés au classement du rallye, il s'établit ainsi :

 

Le vainqueur, M Clermont est un coureur cycliste qui habite Clermont-Ferrand.

Il est bien connu dans la région.

Il conduisait une 6 CV Fiat Torpédo commerciale n'ayant subi de préparation spéciale et ayant couvert déjà 25.000 kilomètres.

 

Le second, M. Dessante, est expert en automobiles à Rouen et il conduisait une Peugeot.

 

C'est encore à une Peugeot, celle de Mlle Olga Thibault, que revient la coupe des Dames.

 

 

Né à Bellerive-sur-Allier, en 1894, Paul Devaux, illustrateur et graveur, a marqué son époque par son talent.

 

Auteur d'affiches de publicités et de bandes dessinées satiriques, féru de sport, il réalisa, en 1934, l'affiche du Grand Prix automobile de Vichy.

 

 

- Haut de la page -