Tourisme en Auvergne - Vacances et Loisirs

 

  Haute-Loire :

Monastier sur Gazeille

 Infos

 

Dictons auvergnats !

Avril fait la fleur,

Mai en a l'honneur.

Les Pétaros des Volcans sont sur Facebook

Pour découvrir plus d'infos proposées par les Pétaros via Facebook,

Création de la page : mars-2015

Mise à jour de la page : 19-12-2015

La roue tourne

Depuis son apparition, la roue a eu de nombreuses applications.

Voici les grandes étapes de l'évolution de nos "deux roues".

* L'attribution de certaines des premières inventions semble problèmatique.

 

Le Célérifère           Une idée des égyptiens (hiéroglyphes de Luxor) reprise par un soi-disant M. Sivrac en 1791. Il s'avère que ce personnage est le fruit de l'imagination d'un journaliste qui voulait que cette invention soit française. Cet engin basic réalisé en bois, et dépourvu de direction est constitué de deux roues à rayons d'un diamètre identique, reliées par une poutre horizontale sur laquelle un individu pouvait s'assoir. Des jouets ont été fabriqués avec une poutre en forme de cheval, de lion...

 

 

La draisienne           La première "bicyclette" apparaît en 1818 à Paris, elle est présentée par le baron allemand Karl Drais von Sauerbronn. La roue avant est orientable.

Comme le déclare son inventeur, la draisienne est capable de rouler à 4 lieues à l'heure en terrain plat et sec, mais peut aller plus vite qu'un cheval en descente ! 

 

 

 

 

 

 

Le vélocipède          En 1839, un anglais McMillan propose un modèle équipé d'un système de bielles pour entrainer la roue arrière. Puis les roues augmentent de diamètre.Tantôt la roue avant est plus grande que celle de l'arrière ou vice et versa.

Cette solution permet de vaincre plus facilement les inégalités du terrain et de limiter la vitesse des mouvement de jambes du pilote.

 

Une amélioration importante voit le jour à Paris en 1861, elle est l'oeuvre d'un jeune homme Ernest Michaux qui suggère de fixer sur la roue avant un levier pour y poser les pieds.

Son père Pierre eu l'idée des manivelles.

La pédivelle, ancêtre de la pédale vient de naître.

 

 

Le grand-bi          En 1875. une nouvelle machine est inventée. Elle est dotée d'une roue avant de très grand diamètre (1,30 m) et d'une minuscule roue arrière (0,30 m). Le principe est poussé à l'extrême avec une machine de 3 m de haut dont le développement passe à 9,50 m par tour, la vitesse de déplacement est considérablement augmentée.

Malheureusement la stabilité est précaire.

  

 

 

 

 

 

 

 

Le bicycle          En 1878, André Guilmet puis Louis Sergent inventent la chaine qui va permettre de grandes évolutions dans la transmission du mouvement.

Le dérailleur apparait avant la première guerre mondiale mais n'est largement diffusé que dans les années 30.

 

 Liens :        1

 

La bicyclette           Telle que nous la connaissons aujourd'hui, avec tous ses accessoires est le résultat de nombreuses inventions.

Les pneus, les freins, la roue libre, les vitesses, l'éclairage, les suspensions pour les VTT sont apparus aux fils des années. Son avenir est peut être la ville, car la bicyclette est une des solutions pour combattre la pollution de l'air.

Le vélo est proposé en location libre-service dans les grandes agglomérations.

Le "BME" à assistance électrique est déjà commercialisé.

 

 

De nombreux constructeurs de deux roues motorisées ont débuté par la fabrication de bicyclettes. Nous vous proposons ci-dessous quelques affiches.

* Source Gallica (usage commercial interdit)

Le "Motoporteur"         Le principe de cette innovation de 1919, est de transformer rapidement une bicyclette en engin auto-propulseur. Le moteur est placé soit dans un porteur à bagages ou colis, d'une charge utile de 80 kg, soit dans un "car" analogue au sidecar de la motocyclette. Cette propulsion est obtenue par un moteur Anzani 3HP qui entraine la remorque par l'intermédiaire d'une courroie trapézoîdale et pousse la bicyclette. Le moteur est équipé d'un ventilateur, d'une magnéto à haute tension, d'un carburateur automatique, d'un décompresseur et d'une manivelle de démarrage. Une liaison à cardan relie le propulseur au tube de selle de la bicyclette, le freinage se fait sur la roue du propulseur.  

 

La motocyclette        En 1881, Daimler et Maybach s'intéressent à un carburant dérivé du pétrole, facile à transporter, pour alimenter un moteur à explosion ; la benzine.

Pour l'expérimentation, un moteur est monté sur un chassis en bois muni de deux grandes roues et de deux plus petites en guise de stabilisateurs. D'une cylindrée de 264 cc, le moteur est alimenté par un réservoir embarqué. L'engin de 90 kg est propulsé à 19 km/h.

C'est Paul, le fils de Daimler qui en parcourant sur l' Einspur, la distance aller et retour, soit 9,5 km, entre Bad Cannstatt et Unterturkheim devient le premier motocycliste.

En 1903, l'incendie de l'usine Daimler détruisit le prototype. Les machines exposées aujourd'hui sont des reproductions.

 

Voir le site    La moto sur les dents

Le BMA          Pour rendre la bicyclette accessible à un plus grand nombre d'utilisateurs, sur des parcours plus longs et tourmentés, un nouvel élément est inventé : le moteur auxiliaire ou de secours.

Installé très rapidement sur un cadre de bicyclette classique, ce petit moteur à essence offre des performances intéressantes. La Bicyclette à Moteur Auxiliaire est née.

 

La transmision du mouvement est assuré sur la roue avant ou arrière. Souvent par un galet en contact direct avec le pneu ou par une chaine via le moyeu (ou le pédalier) et plus rarement par un engrenage sur la jante.

  

 Liens :        1            2             3

Le cyclomoteur          Avec l'augmentation des performances des modifications sont apportées. Le cadre et les freins sont renforcés, les suspensions avant et/ou arrière sont proposées pour un meilleur confort. Le moteur est placé sous le cadre pour améliorer la maniabilité et libérer les porte-bagages. L'embrayage apparait pour faciliter la conduite en ville. L'éclairage se perfectionne. Certaines machines sont équipées de boite à vitesses. La cylindrée est inférieure à 50 cm3, la vitesse est limitée à 45 km/h et les pédales sont obligatoires jusqu'en 1983. Sa conduite est accessible dès 14 ans, muni d'un BSR.

  

Le vélomoteur          Pour améliorer le rayon d'action et pouvoir transporter un passager, les constructeurs augmentent la cylindrée jusqu'à la limite autorisée : 125 cm3. Le cadre subit une modification de sa structure, le réservoir est placé à l'horizontale. Le moteur est accouplé à une boite de vitesses à 3 ou 4 rapports. Le confort est assuré par des suspensions avant et arrière. Dénommé aussi "motocyclette" sa conduite est possible à partir de 16 ans avec le permis A1.

  

- Haut de la page -