Tourisme en Auvergne - Vacances et Loisirs

 

  Puy-de-Dôme :

Ambert

 Infos

 

Dictons auvergnats !

Brumes d'août font passer les châtaignes.

Les Pétaros des Volcans sont sur Facebook

Pour découvrir plus d'infos proposées par les Pétaros via Facebook,

Mise à jour de la page : 14-04-2014

Restauration

A méditer !

 

Attention lors de l’achat d'une machine, il est peut être préférable, d'en choisir une en très bon état, plutôt que d’avoir à faire une grosse restauration, si vous n’êtes pas sûr de pouvoir la mener à bien vous-même.

 

Toutefois, réaliser et réussir une restauration procure des émotions particulières !

 

 

Les causes qui amènent à réaliser une restauration peuvent être diverses :

           - la machine ne fonctionne pas (épave, longue immobilisation, accident…)

           - la machine fonctionne mais ne donne pas satisfaction du point de vue esthétique           ou opérationnel (état général, vieillissement : peinture, performances…).

 

 

Conseils préliminaires

 

 

 

Pensez à votre sécurité, portez les équipements adéquats, respectez les règles élémentaires de la mécanique et les consignes des fabricants de produits utilisés.

 

Les grandes étapes

 

Quelle qu’en soit la raison, se lancer dans une restauration nécessite de l’espace, du temps, un minimum de savoir faire, un peu d’outillage, de la patience, de la méthode, de la documentation et un budget.

La première étape consiste donc à évaluer chacun de ces paramètres de façon objective.

 

Avant de démonter, il est utile de prendre des photos et des notes détaillées car la mémoire humaine n’est pas infaillible surtout si l’opération se prolonge faute de temps ou de pièces par exemple.

 

Soyez ordonné, après démontage il est impératif de regrouper les pièces repérées par sous-ensembles identifiés (pochettes plastiques étiquetées, boites numérotées…).

 

L’idéal est de n’entreprendre un sous-ensemble (cadre, fourche, moteur…) que si on est sûr de pouvoir le mener à bien assez rapidement.

Plusieurs chantiers en cours risquent de compliquer la tâche, nuire à l’efficacité, nécessiter plus de place de stockage…

 

En cas de difficulté, ne pas hésiter à demander des conseils, qu'il faudra vérifier !

 

La décision étant prise, le chantier peut démarrer.

 

1.    Lavage de la machine, d'une manière générale toujours travailler sur des pièces propres c’est plus agréable et çà peut faire apparaître certains détails importants cachés par la crasse.

 

2.    Dépose du moteur

 

3.    Démontage complet de la partie cycle avec inventaire quantitatif et qualitatif des différents éléments.

 

    Prendre des photos et des notes précises. Ne pas jeter précipitamment les pièces défectueuses ou jugées irréparables, elles pourront servir de modèles pour vos recherches futures chez les revendeurs ou sur les bourses d'échange.

 

4.   Etablir la liste des pièces à remplacer.

 

5.    Nettoyage des éléments démontés de la partie cycle.

 

6.    Les premières interventions sur la partie cycle sont réalisées : soudures, étanchéité et traitement intérieur des réservoirs, géométrie du cadre et de la fourche, remise en état des garde-boues fendus ou bosselés, des roues, etc.….

 

7.    Remontage à blanc de la machine, moteur dans le cadre. Cette façon de procéder permet d’ajuster chaque équipement l’un par rapport à l’autre, sans risquer de détériorer la peinture, les chromes, la sellerie qui ne seront réalisés qu’en fin de restauration.

 

8.   Redémontage de la partie cycle.

 

9.   Travaux de peinture, chromage, sellerie.

 

10.  Réfection du moteur avec remplacement des roulements, des joints, des ressorts fatigués et des rondelles freins. Rodage des soupapes, remplacement des segments, déglaçage éventuel du cylindre.

 

11. Passage du faisceau électrique.

 

12. Remontage complet de la machine, en respectant l’origine (photos et notes). Attention au poids du moteur complet qui peut nécessiter une aide pour la mise en place dans le cadre sans endommager la peinture de celui-ci (protection).

 

13. Refaire les niveaux.

 

15. Démarrage de la moto, réglage du ralenti à froid. Vérification de l’éclairage, des freins, de l’embrayage. L’essai sur route tant attendu, récompense de tous les efforts consentis permet de s’assurer que tout fonctionne. Au retour, on finalise le réglage des commandes et du ralenti, moteur chaud.

 

16. Rodage sérieux et entretien régulier devraient contribuer à vous procurer l’irremplaçable plaisir de rouler en toute confiance avec votre nouvelle machine.

 

Bon courage !

Bouton "haut de page" - Haut de la page -